Pourquoi cette augmentation du gaz ? +7,5% en juillet 2018

Augmentation gaz - juillet 2018

Encore une fois les fluctuations du prix du gaz font parler. Cette fois-ci, c'est une hausse de 7.45%, du jamais vu avril 2010, qui a été annoncée ce 1er juillet. L'annonce d'une telle hausse a été d'autant plus marquante pour les consommateurs que elle est supérieure aux estimations réalisées le mois dernier par la Commission de régulation de l'énergie (CRE).


Des millions de français concernés

Les 5 millions de français clients du fournisseur historique de gaz, Engie (anciennement GDF), seront touchés par cette inflation. Il en est de même pour les français rattachés aux entreprises locales de distribution (ELD).

Après avoir connu une augmentation du gaz en moyenne de 0.4 % au 1er mai, 2.1% au 1er juin, cette nouvelle hausse du tarif réglementé gaz est difficile à accepter pour ces foyers français. Les personnes qui se chauffent au gaz seront plus touchées par cette inflation de 7.45 %. Il est possible que cette augmentation soit nettement perceptible sur leurs factures de gaz.

En prenant par exemple un logement de 120 m2, le consommateur verra sa facture augmenter de 90 euros de plus par an. Cet impact financier sur les dépenses de gaz n'est pas négligeable pour les foyers les plus modestes. 

D'où vient cette inflation ?

Les fluctuations du prix du gaz

Une augmentation du prix du gaz n'est pas inhabituelle. Cela a déjà été le cas entre 2005 et 2012. En effet, ces années ont été marquées par une croissance de +80%. A partir de 2012 et jusqu'à 2016, les français ont pu profiter d'un peu de répit avec une baisse moyenne de 12% du tarif réglementé.

Les saisons jouent également un rôle sur le prix du gaz : en raison de la baisse des températures, les tarifs du gaz peuvent augmenter en hiver et redescendre en été. Néanmoins ce critère de variation n'est pas forcement le plus impactant.

Plus de coûts pour Engie

En tant que fournisseurs de gaz, Engie (ex GDF) fait face à une croissance de ses coûts. L'approvisionnement en gaz naturel reste le principal facteur. La Commission de Régularisation de l'Energie (CRE) estimait, 1er juillet dernier, une hausse de 3% des frais approvisionnement en gaz supportés par Engie.

À cela se rajoute les coûts d'utilisation des réseaux de distribution, de stockage, de transport ainsi que des frais de commercialisation.Cette croissance impacte le consommateur final qui voit le montant de ses factures de gaz augmenter.

La loi de l'offre et de la demande

Le nombre de producteurs de gaz ne suit pas forcément l'accroissement de la demande. De ce fait, l'offre de gaz se fait de plus en plus rare, ce qui impacte les prix. Selon l'agence internationale de l'énergie, les réserves mondiales de gaz s’étendent ,à ce jour, à 190 000 milliards de mètres cubes. Elles seraient encore exploitables durant les 50 prochaines années.

De la même manière, les prix pétroliers affectent la courbe tarifaire du prix réglementé du gaz.

Historiquement le prix du gaz et du pétrole sont indexés c'est pourquoi les variations de ce dernier peuvent faire jouer la balance. C'est également le cas pour le cours de la monnaie. Si l'euro est plus faible qu'une autre monnaie, il faudra dépenser plus d'euros pour acheter la même quantité gaz. Ce phénomène mène à une inflation du prix du gaz, affectant la consommation de gaz de nombreux français.

Quelles conséquences ?

Montée des fournisseurs alternatifs

L'inflation des prix du gaz pousse de plus en plus de français à se tourner vers des offres du marché. D'après le CRE, 56 % des français ont déjà quitter le tarif réglementé. En effet, certaines offres de marché avec un prix bloqué permettent une certaine stabilité du montant de ses factures.

Bientôt la fin des tarifs réglementés

En 2017, le Conseil d’état a jugé contraire aux principes européens les tarifs réglementés sur la gaz, encore en vigueur en France. Avec un arrêt prévu pour 2023, la fin de ces tarifs devrait être mise en place progressivement. Soucieux de garantir une ouverture à la concurrence et tarif raisonnable pour les consommateurs français, les pouvoirs publics communiqueront dans un futur proche le déroulement de cette arrêt progressif.

Quelles solutions ?

Choisir un fournisseur de gaz

Plusieurs fournisseurs de gaz alternatifs proposent des solutions pour baisser le montant des factures gaz.

À ce jour, il est possible de souscrire auprès plusieurs fournisseurs alternatifs. Afin de faciliter la comparaison, voici les éléments principaux qui caractérisent ces fournisseurs.

Exemples de fournisseurs alternatif de gaz naturel en France
Fournisseurs Comparatif En savoir plus
Direct Energie 1er fournisseur alternatif sur le marché de l'énergie en France, il commercialise trois catégories d'offres, claires et moins chères que les TRV. 09 87 67 54 76
Me faire rappeler
Eni Le leader européen du gaz, connu pour ses offres à prix fixes révisables à la baisse, garantit un budget plus stable. 09 87 67 54 33
Me faire rappeler
Lampiris Une gamme intéressante et des tarifs particulièrement compétitifs. 09 75 18 77 00
Me faire rappeler
ekwateur Le premier fournisseur à avoir proposé du biométhane en France, et à un prix attractif et fixable 1 an si le client le souhaite. 09 87 67 16 74
Me faire rappeler
EDF Le fournisseur historique d'électricité profite de sa notoriété et est le premier concurrent d'Engie sur le gaz. Téléphone EDF

Choisir une offre adaptée

La plupart des offres gaz des fournisseurs alternatifs sont plus économiques que le tarif réglementé affiché par Engie. Il existe trois types d'offres sur le marché : 

Une offre à prix indexé

Ce type d'offre propose X% de réduction par rapport au tarif réglementé en vigueur chez Engie.

  • Toujours moins cher les tarifs d'Engie : le prix du kWh HT est garanti inférieur de X% par rapport au tarif réglementé.
  • Toujours lié aux variations du tarif réglementé : le prix du kWh HT suit les baisses et hausses du tarif réglementé.

Exemple : Si l'on prend le cas d'un consommateur ayant souscrit à une offre indexé lui octroyant 7% de réduction sur le prix du gaz naturel HT. Si le tarif réglementé augmente de 5% au cours du contrat, le consommateur subit cette augmentation de 5% mais son prix du gaz (HT) reste dans tous les cas 7% moins cher que le tarif réglementé Engie. 

Une offre à prix fixe

Cette offre propose de fixer le prix du gaz au moment de la souscription pendant toute la durée d'un contrat (1 à 3 ans).

  • Une garantie de stabilité : le prix du kWh HT ne suit pas les fluctuations du tarif réglementé.
  • Peu compétitif si le tarif réglementé baisse car le client ne peut bénéficier de cette baisse.

Exemple : Si l'on prend le cas d'un consommateur ayant souscrit à une offre fixe lui octroyant un prix du gaz stable. Actuellement, le prix du gaz naturel est en hausse de 5 %. En souscrivant à une offre fixe, ce consommateur ne sera pas affecté par cette inflation. Dans le cas d'une baisse du cours du gaz naturel, ce consommateur ne bénéficie pas de cet avantage.

Une offre à prix fixe révisable à la baisse

Il s'agit d'une variante de l'offre à prix fixe. Le client bénéficie d'un prix du gaz HT fixe pendant toute la durée de contrat, ce qui le protège des hausses du tarif réglementé. Toutefois, si le TRV baisse au cours d'une annuité de contrat, le client peut profiter de cette baisse, dans la limite de 7%.

Il existe quelques offres à prix fixe révisables uniquement à la baisse. Voici deux exemples Offre Ajust Engie ainsi que l'offre Astucio Eni.

Il faut noter que la facture de gaz ne se compose pas seulement du prix kWh HT. Il faut rajouter le prix de l'abonnement mais aussi des taxes qui peuvent toujours varier, indépendamment de l'offre choisie par le client.

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus