Autoconsommation : consommer sa propre énergie verte

Mis à jour le
minutes de lecture

Une installation d'autoconsommation solaire peut réduire de 30 à 50 % vos factures d'électricité, soit jusqu'à 1 500 € d'économies la première année selon les calculs d'Otovo (ex InSunWeTrust). Moins courantes, les éoliennes permettent aussi désormais d'autoconsommer son énergie. Quelle installation choisir, quelles sont les démarches et quel budget prévoir en 2024 pour une installation d'autoconsommation ?

Qu'est-ce que l'autoconsommation ?

L'autoconsommation consiste à produire et consommer sa propre énergie. Cela est possible grâce à des installations d'énergies renouvelables. Les plus simples à l'échelle résidentielle étant actuellement les panneaux solaires et les éoliennes domestiques.

Les avantages de l'autoconsommation sont multiples. Une telle démarche permet entre autres de :

  • Réduire ses factures d'électricité : le logement consomme en priorité l'énergie produite, qui est gratuite, car elle d'origine renouvelable (solaire ou éolienne). Ainsi, vous n'achetez plus l'intégralité de l'électricité liée à votre consommation auprès des fournisseurs d'énergie. En fonction du rendement de l'installation, il est possible de réduire de 30 à 50 % vos factures d'énergie ;
  • Réduire son impact environnemental : l'autoconsommation solaire ou éolienne est avantageuse sur le plan environnemental, car vous produisez et consommez une énergie verte ;
  • Être moins dépendant des prix sur le marché : un autre avantage majeur est que vous devenez moins dépendant du réseau d'électricité, sur lequel les prix fluctuent très fréquemment. Vous réduisez par conséquent l'impact des hausses de prix de l'électricité sur vos factures.

Ce dernier point étant particulièrement important quand on sait que les prix de l'électricité n'ont cessé de grimper. En dix ans, le tarif réglementé a augmenté de plus de 70 %, passant de 0,1329 € en 2013 à 0,2276 € en 2024. En produisant votre propre énergie, vous subissez beaucoup moins ces fluctuations :

Source : Selectra

Autoconsommation solaire ou éolienne : laquelle choisir ?

Autoconsommation solaire ou éolienne : comparatif
Critères☀️ Panneaux photovoltaïques💨 Éolienne domestique
Prix (1 à 10kW)7 000 à 15 000 €10 000 à 30 000 €
Durée de vie30 à 40 ans25 à 30 ans
Émissions de CO2Env. 25 à 150 g / kWhEnv. 20 g / kWh
Composants recyclablesEnv. 95 %Env. 98 %
Retour sur investissementAprès environ 10 ansPlus de 20 ans
Avantages
  • Grande efficacité
  • Presque entièrement recyclable
Inconvénients
  • Production intermittente
  • Dépend du niveau d'ensoleillement
  • Prix d'installation élevé
  • Faible rentabilité

Chaque installation a ses avantages et inconvénients, mais l'autoconsommation solaire est encore aujourd'hui la plus simple et la plus avantageuse pour les particuliers. Elle est moins onéreuse, nécessite moins de démarches administratives et est plus rentable (on vous explique la rentabilité des panneaux solaires plus bas).

Cela étant dit, l'éolienne domestique est bien plus efficace et moins dépendante de la météo. Contrairement aux panneaux solaires, elle peut produire de l'énergie de jour comme de nuit. Son inconvénient principal reste son prix très élevé.

Par conséquent, il n'y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Le choix doit entièrement dépendre de vos besoins, de votre budget et des caractéristiques de votre terrain.

Combiner les deux est aussi la solution la plus avantageuse si le budget le permet. Ce sont en effet deux installations qui peuvent être très complémentaires et permettre d'atteindre une autonomie totale. Il existe des kits hybrides solaire - éolien sur le marché, avec un principe de fonctionnement assez simple : pendant la journée, la production est assurée par les panneaux solaires, tandis que la nuit, l'éolienne prend le relais.

☀️ En savoir plus sur les panneaux solaires  💨 En savoir plus sur les éoliennes domestiques

Autoconsommation solaire : comment ça fonctionne ?

L'autoconsommation solaire consiste à produire de l'électricité grâce à l'installation de panneaux solaires photovoltaïques ou kits solaires. Les kits solaires correspondant aux panneaux solaires à monter soi-même (ce sont des petites installations d'une puissance comprise entre 375 et 500 kWc). Les panneaux photovoltaïques fonctionnent de la manière suivante :

  1. Les cellules photovoltaïques captent la lumière du Soleil, puis transforme cette énergie en courant continu ;
  2. Ce courant passe dans un onduleur ou des micro onduleurs qui transforment le courant continu en courant alternatif ;
  3. Le courant alternatif est envoyé vers les appareils électriques du logement.

Grâce à ce système, le logement est alimenté en priorité par l'énergie produite par les panneaux solaires. Le réseau d'électricité ne prend le relais qu'en cas de production insuffisante. En effet, comme les panneaux solaires dépendent énormément du niveau d'ensoleillement, la production ne peut pas toujours suffire à répondre à l'ensemble de vos besoins. C'est d'ailleurs l'un des inconvénients majeurs de ce type d'installation.

Avantages et inconvénients du kit solaire autoconsommation
AvantagesInconvénients
  • Permet de réduire ses factures d'énergie
  • Permet de consommer une énergie gratuite et renouvelable
  • Un taux de production et un rendement variables en fonction de la météo
  • Ne permet pas d'être à 100 % autonome
  • Les prix de panneaux solaires encore relativement élevés

Les types d'autoconsommation photovoltaïque

On distingue deux grands types d'autoconsommation photovoltaïque individuelle :

  1. L'autoconsommation partielle : l'autoconsommation partielle consiste à couvrir une partie de vos besoins électriques avec l'électricité produite par vos panneaux solaires. S'il y a un surplus de production, celui-ci est revendu grâce à des contrats d'achat, notamment avec EDF OA Solaire. On appelle aussi ce système l'autoconsommation avec revente de surplus. Au contraire, si la production ne suit pas, le réseau d'électricité prend le relais ;
  2. L'autoconsommation totale : dans ce cas, le foyer consomme l'intégralité de l'électricité produite par ses panneaux solaires, sans revente. Cette configuration n'est possible que si la production totale coïncide parfaitement avec les habitudes de consommation du foyer - ce qui est plutôt rare. Ainsi, souvent, pour atteindre une autoconsommation totale, il faut disposer d'une batterie de stockage, qui stocke l'énergie non consommée au moment de la production, pour l'utiliser plus tard.

Les démarches pour mettre en place un kit d'autoconsommation solaire

Pour mettre en place un kit d'autoconsommation solaire chez soi, il est conseillé de se faire accompagner par un professionnel, comme un prestataire spécialisé à l'instar de Selectra, ou encore un fournisseur d'énergie.

En moyenne, il faut compter environ 2 mois pour un projet d'autoconsommation solaire complet. Ce délai prend en compte les études de faisabilité ainsi que toutes les démarches administratives. La pose en elle-même prend 1 à 2 jours en fonction de la complexité du chantier.

L'installation se déroule comme suit en règle générale :

  1. Définir le projet : la première étape est de déterminer la faisabilité du projet en analysant des éléments comme l'orientation et l'inclinaison du toit, qui vont influencer le rendement des panneaux solaires. C'est aussi l'étape qui permet de dimensionner les panneaux solaires ;
  2. Choisir les matériels et panneaux : on distingue notamment les panneaux monocristallins et polycristallins. Il est important de choisir selon les caractéristiques de la toiture, le budget et la puissance recommandée ;
  3. Réaliser les démarches administratives : l'installation de panneaux solaires nécessite une demande d'autorisation à la mairie. Il faut également faire la démarche de demande de raccordement de l'installation au réseau Enedis ;
  4. Faire installer les panneaux : les panneaux sont idéalement posés par un professionnel qualifié RGE, spécialiste du solaire. À savoir que cela est obligatoire pour toucher la prime à l'autoconsommation, en plus de garantir la conformité et la qualité de l'installation.

L'autoconsommation solaire pour les locataires : est-ce possible ?

Pour les locataires, une installation de panneaux solaires en autoconsommation nécessite obligatoirement l'autorisation du propriétaire ou du bailleur. La loi du 6 juillet 1989 qui régit les baux d'habitation vides et meublés stipule que les locataires n'ont pas le droit de transformer les lieux sans autorisation écrite. L'installation de panneaux solaires étant définitive, elle entre dans la catégorie des projets de transformations.

Si le locataire fait installer des panneaux solaires sur le toit d'une maison qui ne lui appartient pas, le propriétaire peut lui demander de faire enlever l'installation à ses frais. Le propriétaire ou le bailleur peut aussi décider de conserver l'installation, mais le locataire n'aura dans ce cas droit à aucune indemnisation s'il souhaite récupérer une partie de son investissement.

Dans les copropriétés, il est possible de mener un projet d'autoconsommation collectif. Dans ce cas, le projet doit être voté à la majorité absolue en Assemblée Générale et le PLU doit également donner son autorisation pour l'installation.

La rentabilité panneaux solaires autoconsommation

D'abord, il faut comprendre que les panneaux solaires sont rentables partout en France, même dans les régions moins ensoleillées. C'est le taux de rentabilité qui varie. Selon Otovo, les panneaux solaires ont un taux de rentabilité de 8 à 12 %. Par ailleurs, le retour sur investissement se fait en 10 à 15 ans.

Pour calculer la rentabilité, il suffit de prendre en compte le coût global de l'installation et les économies qu'elle permet de réaliser sur les 30 à 40 ans de sa durée de vie, en prenant en compte le rendement des panneaux et le taux d'autoconsommation.

Quels coûts pour une installation de panneaux solaires ?

Le prix d'une installation de panneaux solaires varie fortement en fonction de la puissance. Pour une installation de 3 kWc, il faut prévoir environ 7 000 €. Le budget est à partir de 10 000 € pour une installation de 6 kWc, et à partir de 16 000 € pour une installation de 9 kWc (selon une moyenne de tarifs constatés sur les sites de différents prestataires).

Quel est le rendement des panneaux solaires ?

Ensuite, il faut connaître le rendement des panneaux solaires, qui correspond au rapport entre l'énergie solaire reçue par les panneaux, et la quantité d'électricité réellement produite. Les différents fabricants de panneaux solaires estiment que le rendement des panneaux solaires varie entre 7 et 24 %, en fonction de plusieurs paramètres :

  • Le type de panneaux (monocristallins ou polycristallins) ;
  • La puissance des panneaux ;
  • L'inclinaison et l'orientation du toit ;
  • Les conditions climatiques de la région, etc.

En conditions de laboratoire, on estime que 1 kWc peut produire 900 à 1400 kWh / an.

Le taux d'autoconsommation

Le calcul de la rentabilité des panneaux solaires doit aussi prendre en compte le taux d'autoconsommation. En effet, nous ne consommons pas toujours 100 % de l'énergie produite par les panneaux. Dans la journée, les particuliers sont généralement au travail, et l'énergie produite à ce moment-là n'est donc pas utilisée.

C'est pourquoi on parle de taux d'autoconsommation. Nous ne consommerons qu'environ 30 à 50 % de la production de l'installation solaire. Cela signifie que 30 à 50 % de la consommation du foyer n'est pas achetée sur le réseau, ce qui fait qu'il peut réaliser 30 à 50 % d'économies d'énergie sur ses factures.

Comment calculer la rentabilité des panneaux solaires en autoconsommation ?

Maintenant que l'on connaît les coûts d'installation, le rendement et le taux d'autoconsommation des panneaux, ci-dessous comment on obtient sa rentabilité pour :

  • Un coût d'installation de 10 000 € pour une installation de 6 kWc
  • Une production annuelle de 7 400 kWh après la prise en compte du rendement
  • Un taux de consommation de 30 %
  • Une consommation du foyer de 4 000 kWh par an

Sans son installation de panneaux solaires, le foyer paierait sa consommation 910 € (4 000 kWh x le prix du kWh au TRV à 0.2276 €). Cependant, 30 % de l'énergie qu'il consomme (soit 1 200 kWh) provient de son installation solaire, ce qui lui fait une économie de 273 € / par an.

Ce n'est pas tout, son surplus de production (3 400 kWh) peut être revendu via les contrats d'achat au prix de 0,10 € / kWh, soit 340 €. Les économies annuelles sont alors de 613 € et l'installation se rentabilise sous 16 ans. Sans oublier qu'il touche une prime d'autoconsommation les 5 premières années, ce qui peut ramener ce retour sur investissement à 15 voire 14 ans.

Les aides panneaux solaires autoconsommation

Les installations de panneaux solaires favorisent l'utilisation des énergies renouvelables et sont naturellement éligibles à des aides de l'État pour en faciliter le financement.

Parmi les aides pour panneaux photovoltaïques à l'échelle résidentielle, on peut citer essentiellement la prime à l'autoconsommation et l'obligation d'achat, mais il existe d'autres aides complémentaires auxquelles vous pouvez prétendre en fonction de la puissance de votre installation.

Récapitulatif des aides panneaux solaires autoconsommation en 2024
AidesCaractéristiques
Prime à l'autoconsommation
  • Prime calculée sur la puissance de l'installation
  • Prime versée en 5 annuités
Obligation d'achat
  • Un tarif d'achat du surplus d'énergie garanti pendant 20 ans
  • Les tarifs sont fixés par arrêté et évoluent chaque trimestre
TVA réduite
  • Un taux de TVA de 10 % pour les installations d'une puissance inférieure ou égale à 3 kWc

La prime à l'autoconsommation

Toutes les installations en autoconsommation partielle (c'est-à-dire avec revente de surplus) sont éligibles à une prime à l'autoconsommation. Elle est versée automatiquement par EDF, en même temps que les revenus générés par le tarif d'achat du surplus.

Les conditions d'obtention de la prime sont détaillées dans l'arrêté tarifaire du 6 octobre 2021, mais les voici en bref :

  • Les panneaux solaires sont destinés à l'autoconsommation avec revente du surplus ;
  • Les panneaux solaires sont positionnés en toiture ;
  • L'installation des panneaux a été réalisée par un professionnel RGE ;
  • La puissance de l'installation est inférieure à 100 kWc.

Le montant de cette prime varie selon la puissance de l'installation. Il est aussi révisé tous les trimestres par la CRE. Voici les tarifs en vigueur :

Les primes d'autoconsommation en 2024
Puissance de l'installationMontant de la prime
≤ 3 kWc350 € / kWc
≤ 9 kWc260 € / kWc
≤ 36 kWc200 € / kWc
≤ 100 kWc100 € / kWc

Source : economie.gouv.fr

L'obligation d'achat

Lorsque l'installation est destinée à l'autoconsommation partielle, le surplus est revendu et injecté sur le réseau de distribution électrique. Grâce au dispositif d'obligation d'achat, EDF et les ELD sont dans l'obligation d'acheter tout ou une partie de l'électricité produite par les petits producteurs d'électricité.

Les contrats sont alors généralement établis avec EDF OA Solaire. La revente est garantie sur une période de 20 ans. L'arrêté du 9 mai 2017 fixe les tarifs de rachat comme suit :

Les tarifs de rachat en 2024
Puissance de l'installationTarif de rachat
≤ 3 kWcNA € / kWh
≤ 9 kWc0.1297 € / kWh
≤ 9 kWcNA € / kWh
≤ 100 kWc0,0778 € / kWh

Source : economie.gouv.fr

Autoconsommation éolienne : comment ça fonctionne ?

Comment fonctionne un kit éolien domestique ?

Une éolienne est un dispositif permettant de produire de l'électricité grâce à la force du vent. Elle est composée de pales fixées sur un rotor, qui tournent sous l'action de vent. Cela crée de l'énergie, qui est convertie en électricité.

Si l'éolienne est moins courante que les panneaux solaires, de nombreux fabricants ont adopté leurs modèles pour des usages domestiques. Par conséquent, il est désormais possible de faire installer des éoliennes domestiques chez soi dans le cadre d'un projet d'autoconsommation.

On distingue deux types d'éoliennes :

  1. L'éolienne à axe vertical : elle utilise la force du vent sur le principe des moulins à vent. Son rendement est généralement plus faible que celui d'une éolienne horizontale ;
  2. L'éolienne à axe horizontal : c'est le modèle le plus courant. Il utilise la force du vent appliquée à ses pales, à la manière des ailes d'un avion.

Les deux modèles peuvent être utilisés en autoconsommation, mais il faudra choisir l'un ou l'autre en fonction des caractéristiques du terrain, sachant que l'éolien vertical est le plus simple à installer, car il nécessite moins d'espace.

Avantages et inconvénients du kit éolien en autoconsommation
AvantagesInconvénients
  • Permet de réduire ses factures d'énergie
  • Permet de consommer une énergie 100 % renouvelable
  • Un rendement plus élevé en hiver (contrairement aux panneaux solaires)
  • De nombreuses démarches administratives et des réglementations strictes à respecter
  • Un coût d'installation élevé
  • Nécessite un grand espace extérieur

Quelles démarches pour installer une éolienne domestique en kit ?

Les démarches pour installer une éolienne domestique en autoconsommation dépendent fortement de la taille du mât :

  1. Si le mât fait moins de 12 m de haut : il faut uniquement une déclaration préalable à la mairie ;
  2. Si le mât fait plus de 12 m de haut : il faut un permis de construire. Il faut également respecter certaines réglementations comme des distances de sécurité avec les habitations voisines. À savoir que les propriétaires d'éoliennes domestiques ne respectant pas les règles d'urbanisme encourent une amende de 1 200 € au moins.

Pour le reste, il faut savoir que vous pouvez monter vous-même les kits éoliens domestiques. Toutefois, il est conseillé de passer par un professionnel, qui pourra vous accompagner pour déterminer la faisabilité et le dimensionnement du projet.

La rentabilité de l'autoconsommation éolienne

Même si l'éolienne est plus efficace que les panneaux solaires, en raison de sa capacité à produire à tout moment de la journée, elle est plus difficile à rentabiliser. D'abord, son prix d'achat est beaucoup plus élevé (souvent au-delà de 20 000 € pour répondre aux besoins d'une famille de 4 à 5 personnes).

Ensuite, les revenus générés par la revente d'énergie est trop faible pour pouvoir amortir l'investissement.

Les aides à l'autoconsommation éolienne

Les installations éoliennes peuvent également bénéficier du tarif de rachat par EDF, mais uniquement celles qui sont installées en ZDE (zone de développement éolien). La valeur de cette aide est toutefois bien moins intéressante que le tarif de rachat photovoltaïque. Elle est de 0.082 €/kWh les 10 premières années, puis descend à entre 0.028 € et 0.082 € après. Hors ZDE, il faut passer par des entreprises tierces pour essayer de vendre son surplus.

Un projet d'installation d'éoliennes est aussi soumis à une TVA réduite à 10 %, appliquée sur l'achat du matériel et la main d'œuvre.

Autoconsommation totale, revente totale ou revente partielle : que préférer ?

Autoconsommation totale ou revente partielle : comparatif
CritèresAutoconsommation totaleAutoconsommation partielleRevente totale
DéfinitionConsommation de l'intégralité de la production, sans reventeConsommation de la production et revente du surplusRevente de la totalité de l'énergie produite (sans consommation)
Avantages
  • Consommation de 100 % d'énergies renouvelables
  • Indépendance totale du réseau d'électricité
  • Plus rentable grâce aux aides et primes de l'État
  • Installation optimisée, car le surplus est injecté sur le réseau au lieu d'être perdu
  • Des revenus plus élevés grâce au tarif de rachat
Inconvénients
  • Très difficile à atteindre sans stockage
  • Sans stockage, l'énergie en surplus se perd
  • Le particulier dépend encore du réseau d'électricité
  • L'énergie consommée n'est pas 100 % renouvelable
  • Pas d'économies sur les factures d'électricité

Que ce soit avec des panneaux solaires ou des éoliennes domestiques, les particuliers ont le choix entre l'autoconsommation totale, l'autoconsommation avec revente du surplus et la revente totale. Le choix le plus écologique est l'autoconsommation totale, car cela signifie que vous consommez à 100 % une énergie verte via vos installations d'énergies renouvelables. Mais cette configuration est très difficile à atteindre, sans s'équiper de batteries solaires, qui ont un coût assez élevé.

De plus, les installations en autoconsommation totale ne sont pas éligibles à la prime d'autoconsommation. Cependant, pour certains, passer à l'énergie solaire est une démarche entièrement écologique plutôt qu'économique. Et dans ce cas de figure, essayer d'atteindre une autoconsommation totale est une excellente initiative.

La revente totale, quant à elle, consiste à revendre toute la production de l'installation solaire ou éolienne. Cela permet donc plutôt de générer des revenus, comme un petit producteur indépendant, plutôt que de faire baisser ses factures. C'est un choix intéressant si l'installation est assez importante pour générer une grande quantité d'énergies.

Mais, pour faire simple, l'installation la plus rentable reste l'autoconsommation partielle car elle fait profiter des avantages à la fois de l'autoconsommation et de la revente.