Economies d'énergie : réduire sa conso d'électricité et gaz

Mis à jour le
minutes de lecture

À l'approche de l'hiver et en contexte de hausse inédite des prix de l'énergie, réduire ses factures de gaz et d'électricité est devenu un enjeu financier majeur pour de nombreux foyers français. En France, la consommation électrique moyenne s'élève à 5681 kWh par an et par ménage, en net hausse sur les dernières années. Cette augmentation s'explique en partie par la multiplication des appareils numériques dans les foyers. Bien que les appareils soient de moins en moins énergivores et censés être plus écologiques, leur dimensionnement et leur durée d’utilisation - beaucoup plus longue qu’autrefois - sont à l’origine de l’augmentation des factures d’énergie. Il est possible de suivre votre consommation d'énergie et la comparer avec des foyers similaires grâce à notre application MySelectra.

Retrouvez toutes nos astuces sur comment économiser de l'électricité et du gaz chez soi.

1. Limiter la consommation de chauffage

L'astuce à connaître : baisser son chauffage de 1 °C permet de réaliser jusqu'à 7% d'économies sur le  chauffage électrique ou au gaz.

Premier poste de dépenses énergétiques d'un foyer, un chauffage bien optimisé permet d'effectuer de réelles économies sur sa facture.

radiateur inertie

Quelques stratégies permettent de baisser le montant des factures et faire des économies de chauffage, la plus simple et la moins coûteuse est d'ajuster la température de chaque pièce selon ses besoins.

En effet, selon l'ADEME toutes les pièces d'un logement ne nécessitent pas d'être chauffées à la même température :

  1. 16 °C dans la chambre ;
  2. 18 °C dans les pièces à vivre comme le salon et la salle à manger ;
  3. 22 °C dans la salle de bain au moment de l'utiliser (17 °C le reste de la journée) ;
  4. 14 °C dans des pièces peu occupées comme la cave et le cellier.

Installer un thermostat d'ambiance connecté pour gérer sa consommation de chauffage. L'installation d'un thermostat connecté au système de chauffage est la solution la plus efficace pour gérer la température d'une habitation et réduire sa facture de chauffage. Cet appareil, existant sous forme programmable et connectée au smartphone, régule la température pour chaque pièce du logement et permet d'adapter la consommation énergétique aux besoins du foyer.

Quelques gestes simples permettent d'optimiser le rendement des radiateurs, et donc de réduire la consommation d'énergie nécessaire pour les alimenter en eau chaude :

Radiateurs
Ce qu'il faut faireCe qu'il faut éviter
  • Nettoyer et purger ses radiateurs régulièrement : cette action permet d'optimiser leur fonctionnement, et donc de diminuer la consommation ;
  • Dépoussiérer les radiateurs régulièrement à l'aide d'un chiffon mouillé à l'eau chaude et au vinaigre blanc ;
  • Aménager l'espace pour que la chaleur circule librement : l'idéal est de laisser l'espace devant les radiateurs dégagé et de ne pas placer de meubles devant ces derniers.
  • Placer un meuble devant ou à proximité des radiateurs : permet d'éviter les déperditions de chaleur ;
  • Couvrir les radiateurs : la longueur des rideaux doit être adaptée pour que ceux-ci ne couvrent pas l'appareil ;
  • Déposer des objets sur les radiateurs : obstacle à la diffusion de la chaleur, cela peut également s'avérer dangereux.

2. Des appareils électriques moins énergivores et mieux utilisés

Selon l'ADEME, les appareils qui consomment le plus d'énergie sont les radiateurs électriques et les chauffe-eau. Toutefois, d'autres appareils, notamment d'électroménager sont responsables d'une grande partie de la consommation électrique.

La consommation de l'éclairage est calculée pour une durée d'utilisation de 200 h/an/source - Graphique: Selectra - Source: Ademe, 2022

Le choix d’appareils multimédias moins énergivores

À l’heure où les appareils multimédias se multiplient au sein des foyers, il est important de choisir des appareils peu énergivores.

  • Les téléviseurs à écran LCD consomment moins d'énergie que ceux à écran plasma.
  • Les ordinateurs portables nécessitent entre 50 et 80% d'énergie en moins que les postes fixes.
  • Les imprimantes à jet d'encre nécessitent entre 5 et 10W pour fonctionner, contre 200 à 300W pour les imprimantes laser.

Réfrigérateurs et congélateurs : les bons réflexes

Pour une utilisation écologique et économique de vos réfrigérateurs et congélateurs, voici quelques gestes simples à appliquer.

Refrigerateur

  • Installer le réfrigérateur ou congélateur dans une pièce au frais, loin d’une source de chaleur. Il est nécessaire de laisser un certain espace entre le mur et l’appareil afin que l’air circule.
  • Décongeler les aliments dans votre réfrigérateur : le froid émis par les aliments congelés rafraîchira les autres produits présents dans le réfrigérateur, ce qui entraînera une baisse de la consommation d’électricité de l’appareil.
  • Dégivrer le congélateur : quand le givre atteinte 3mm d'épaisseur, l’appareil peut augmenter sa consommation d’électricité de 30%.

Lave-vaisselle : les secrets pour baisser sa consommation

Le lave-vaisselle consomme également une quantité d’énergie considérable, mais cette quantité est assez facilement réductible en adoptant les bons réflexes :

  • Si la vaisselle n’est pas très sale, il est intéressant de faire tourner le lave-vaisselle sur le programme « éco » qui permet de réduire votre consommation d’électricité de 25 % grâce à un lavage avec une eau moins chaude ;
  • Si la quantité de vaisselle n’est pas suffisante, faire tourner l’appareil en demi charge permet de ne laver la vaisselle que d’un étage ;
  • Lancer le lave-vaisselle uniquement quand il est plein permet également faire des économies considérables.

Machine à laver et sèche-linge : quelques conseils à suivre

Prendre de bonnes habitudes pour l’utilisation de la machine à laver peut permettre de faire des économies considérables :

Machine à laver

  • Ne faire tourner la machine que quand elle est pleine, ou se servir de l’option « demi-charge » ;
  • Ne pas faire de pré-lavage ni d'essorage ;
  • Utiliser la fonction cycle « éco », qui permet de consommer jusqu’à 25 % de moins d’électricité ;
  • Nettoyer votre machine à laver avec du vinaigre blanc.

Le sèche-linge est extrêmement énergivore. Voici quelques conseils pour éviter des factures d’énergie trop importantes :

  • Essorer le linge avant de le mettre dans la machine ;
  • Inspecter votre appareil à chaque lavage afin de vérifier que des poussières et tissus ne se soient pas amassés ;
  • Préférer les modèles à évacuation à ceux à condensation, qui consomment 10 à 20 % de plus.

Notre conseil avisé Si vous êtes amenés à acheter un nouvel appareil, choisissez un modèle de classe A+, A++, voire A+++. Ils consomment 20 à 60% de moins que les anciens appareils.

Éclairage : les solutions pour consommer moins

Ampoule LED

  • Profiter le plus possible de l’éclairage naturel peut faire gagner jusqu’à 1 h d’éclairage quotidiennement.
  • Remplacer ses ampoules incandescentes par des ampoules LED.
  • Installer des interrupteurs à minuteries pour les lieux de passage comme les couloirs.
  • Choisir la bonne intensité pour les ampoules : 15 à 20W par m² pour les pièces à vivre 10 à 15W par m² pour les pièces de passage et chambres.

Veille des appareils multimédias : l’ennemi de nos factures

Même éteints, les appareils audiovisuels sont généralement encore en veille. Cet état de veille peut représenter les 3/4 de la consommation de ces appareils. Afin de faire des économies, il est important de ne pas hésiter à les débrancher.

éteindre téléviseur bouton

A titre d'illustration, à l'échelle de la France, la consommation des appareils en veille nécessite le fonctionnement sans interruption d'un réacteur nucléaire.

  • La veille d’un téléviseur coûte entre 5 et 15 € par an.
  • La veille d’un lecteur DVD ou BluRay reviennent entre 3 et 13 € sur une année.
  • La veille d’une console de jeu coûte à l'année entre de 2 à 10 €.
  • La veille d’un ordinateur revient entre 6 et 30 € pour un an.
  • La veille d’une cafetière coûte entre 2 et 4 € par an.
  • La veille de votre micro-ondes revient entre 3 et 20 € l'année.
  • La veille d’une box internet, une vingtaine d'euros par an.
  • De même pour les chargeurs de téléphone portable, d’ordinateur, d’appareils-photo qui, restés branchés, continuent de consommer de l’électricité.

éteindre multiprise

Pour faciliter ces gestes au quotidien, l’utilisation de multiprises avec interrupteurs peut aider. Encore mieux, les prises coupe-veille bloquent l’arrivée du courant quand l’appareil est éteint.

3. Diminuer sa consommation d’eau chaude

robinet

A chaque utilisation d'eau chaude, le chauffe-eau doit utiliser du gaz ou de l'électricité pour chauffer l'eau utilisée à la température souhaitée.

Environ 15% de la consommation d'énergie domestique d'un foyer est consacré au chauffage de l'eau.

Voici les bonnes habitudes à prendre pour maîtriser sa consommation d'eau chaude et réduire sa facture :

chauffage
  1. Favoriser les douches rapides aux longs bains : cette astuce permet de faire d'importantes économies de gaz, puisqu'un bain utilise en moyenne 3 à 5 fois de volume d'eau en plus que la douche, et donc de gaz pour la chauffer ;
  2. Se laver les mains à l'eau froide ;
  3. Installer des économiseurs d'eau ou mousseurs hydro-économes : pour consommer moins d'eau chaude tout en gardant un débit important, cette solution à installer sur les robinets d'eau est efficace et ne demande pas de grand investissement (environ 10 € à l'achat).

4. Cuisiner malin

inertie chaleur plaques induction

Voici quelques astuces pour effectuer de vraies économies en cuisine et réduire sa facture :

  • Placer un couvercle sur la casserole : grâce à ce petit geste, l'eau peut bouillir jusqu'à quatre fois plus vite ;
  • Faire chauffer l'eau dans une bouilloire avant de la transvaser dans la casserole : une eau déjà chauffée bout plus rapidement ;
  • Utiliser un autocuiseur pour une cuisson express : longtemps plébiscité dans les cuisines, l'autocuiseur a pour grand avantage de cuire les aliments en un temps record. Seul petit inconvénient : le bruit.
  • Cuisson des aliments : les plaques à induction chauffant plus vite, elles offrent une économie d’électricité d'environ 50 % par rapport aux plaques classiques et de 30 % par rapport aux surfaces vitrocéramiques. Par ailleurs, nous recommandons d'utiliser des plaques de cuisson adaptées à la taille des ustensiles et de penser à couvrir les casseroles pour mieux garder la chaleur.
  • Réchauffer des plats : le four à micro-ondes consomme moins qu'un four classique, mais un four à chaleur tournante permet de cuire plusieurs plats en même temps. Un four combiné (four + micro-ondes) peut réduire la consommation d'électricité de 66 à 75%.
  • Utiliser l'inertie des plaques et du four : Une plaque électrique ou un four continuent de chauffer après avoir été éteints. Il est donc possible d’exploiter cette chaleur lors des cuissons longues, en les éteignant quelques minutes avant la fin de cuisson.
  • Améliorer le rendement de sa gazinière : nettoyer et dégraisser régulièrement les brûleurs, utiliser des brûleurs adaptés à la taille des casseroles, et ajuster la puissance des flammes aux besoins de cuisson ;

inertie chaleur four

Réduire vos factures : c'est possible !Pour faire des économies sur vos factures d'énergie, contactez un conseiller Selectra au :
09 73 72 25 00
Rappel gratuit à l'heure voulue

5. Bien entretenir sa chaudière ou pompe à chaleur

chaudiere

Régler correctement sa chaudière au gaz est essentiel pour son bon rendement et réduire ses factures sur le long terme.

L'entretien de la chaudière à gaz est une obligation annuelle et doit être réalisé par un professionnel agréé.

Bien plus qu'une contrainte, cette opération présente de vrais bénéfices, puisque l'entretien d'une chaudière à gaz :

  • permet de réaliser entre 8 à 12% d'économies sur sa consommation de gaz ;
  • améliore les performances et la durée de vie de l'appareil et évite les risques de dépannage de la chaudière ;
  • protège contre les éventuelles intoxications au monoxyde de carbone.

Il en va de même pour l'entretien de sa pompe à chaleur.

6. Améliorer l’isolation thermique

economies maison

Effectuer des travaux d'isolation thermique permet d'effectuer de vraies économies de chauffage. Si le coût des travaux peut dissuader, il est pourtant très vite amorti par les économies engendrées a posteriori sur la facture de gaz.

Une étude thermique du logement réalisée par un professionnel permet de déterminer la nature des travaux à prévoir et d'adapter le devis en fonction du budget du client. Les éléments pris en compte au moment de cette analyse sont l'isolation des murs, le fonctionnement du système de chauffage, et les déperditions de chaleur.

Les travaux d'isolation thermique suivants ont un réel impact sur la facture de gaz :

  • Isolation des combles et de la toiture : les plus grandes déperditions de chaleur au sein d'un logement se font par sa partie supérieure, ces travaux doivent donc être prioritaires ;
  • Isolation des murs extérieurs : en contact avec le froid, ils sont aussi les principaux diffuseurs de fraîcheur à l'intérieur ;
  • Installation de fenêtres à double vitrage ;
  • Isolation du plancher : si peu y pensent, l'isolation thermique du sol permet pourtant de réduire de 7 à 10% les déperditions de chaleur au sein d'un logement.
etiquette energie logement

La performance énergétique d'une habitation est évaluée grâce au Diagnostic de Performance Énergétique (DPE). Ce diagnostic énergétique décrit les performances du logement selon plusieurs critères (matériaux, surface, murs, orientation, fenêtres) et évalue également le bon fonctionnement des équipements de production d'eau chaude, de chauffage, et de ventilation.

Grâce à cette analyse poussée, le futur habitant du logement peut estimer le futur montant de ses factures énergétiques, voire anticiper d'éventuels travaux de rénovation à prévoir.

Concrètement, tout logement à vendre ou à louer se voit attribuer une classe d’énergie de A (la meilleure) à G (la plus mauvaise).

  • Les performances d’un logement peuvent être classées selon deux étiquettes environnementales :
  • étiquette énergie : renseigne sur la performance énergétique de l'habitation (de A à G)
  • étiquette climat : mesure le niveau d'émissions de gaz à effets de serre (également de A à G)

Information de référence au moment de l'achat d'appareils électroménagers, l’étiquette énergie est donc aussi appliquée à l'immobilier et permet d'évaluer la consommation énergétique globale d'un logement.

Concrètement, l'étiquette énergétique facilite le choix des consommateurs souhaitant déménager dans un nouveau logement sans que celui-ci soit un gouffre énergétique.

 

Ce type de travaux est certe très onéreux. Toutefois, plusieurs dispositifs existent et permettent d'en réduire considérablement le coût.

Les aides financières pour la rénovation énergétique en bref

L'éco-prêt à taux zéro

L'éco-prêt à taux zéro permet aux particuliers de bénéficier d’un prêt allant jusqu’à 50 000 € pour réaliser des travaux d'amélioration de la performance énergétique du logement. Cumulable avec d'autres aides, la seule condition pour en bénéficier est de passer par une entreprise certifiée RGE.

MaPrimeRénov'

MaPrimeRénov est une initiative débutée en janvier 2020, destinée à succéder au crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE). L'Anah verse cette subvention aux propriétaires effectuant des projets de rénovation énergétique. Le montant accordé dépend du type de travaux réalisés et des revenus du foyer, pouvant atteindre 10 000 € pour les travaux d'envergure. A noter que les foyers à revenus modestes peuvent bénéficier d'un soutien financier plus conséquent.

Le chèque énergie

Le chèque énergie est délivré automatiquement chaque année aux foyers répondant aux critères d'éligibilité, en particulier ceux ayant des revenus modestes ou très modestes. Ce dispositif vise à soutenir les ménages dans leurs dépenses relatives à l'énergie et peut également contribuer au financement partiel de leurs projets de rénovation.

La TVA réduite

La TVA à taux réduit de 5,5 % s'applique de manière automatique sur les coûts des matériaux et de la main-d'œuvre pour les projets de rénovation énergétique.

7. Suivre ses consommations d'énergie au plus près

Le suivi régulier de sa consommation d'énergie à travers des applications dédiées permet des économies d'énergie :

  • Détection de surconsommation : En surveillant régulièrement vos relevés de compteurs, vous pouvez repérer plus facilement les mois où votre consommation d'énergie est anormalement élevée. Cela peut vous inciter à enquêter sur la cause de cette surconsommation et à prendre des mesures pour y remédier.
  • Compréhension des fluctuations : En examinant les variations saisonnières de votre consommation d'énergie, vous pouvez mieux planifier et budgéter vos dépenses énergétiques. Par exemple, vous pouvez anticiper les besoins en chauffage supplémentaires pendant l'hiver ou la climatisation pendant l'été.
  • Vérification des factures : En vérifiant régulièrement vos factures d'énergie, vous pouvez vous assurer que les chiffres sont corrects, ce qui peut vous éviter de payer pour une consommation d'énergie qui ne vous est pas attribuable en cas d'erreur.
  • Économies basées sur la tarification : Si votre fournisseur d'énergie propose une tarification variable en fonction de l'heure de la journée ou de la saison, comme sur les horaires d'heures creuses, le suivi régulier de vos consommations peut vous aider à déplacer certaines activités énergivores vers des moments où l'électricité est moins chère, ce qui peut entraîner des économies sur vos factures d'énergie.

Vous pouvez suivre votre consommation d'énergie et la comparer avec des foyers similaires grâce à notre application MySelectra.

Un enjeu économique et environnemental majeur

Maison en bois dans la forêt

Avec une production nette de 546 TWh en 2015, la France fait partie des dix plus grands producteurs d'électricité au monde. L’électricité française est issue à 76,3% de centrales nucléaires en 2015 (2e rang mondial derrière les États-Unis). Les centrales thermiques, utilisant du charbon, du gaz naturel ou des dérivés du pétrole comme combustibles, représentent quant à elles 6,2% de la production nette totale d'électricité en France. Ces méthodes de production d’électricité sont pourtant extrêmement nocives pour l’environnement :

  • Les centrales électriques nucléaires ne produisent ni gaz à effet de serre ni produits chimiques. Toutefois la fission nucléaire produit des déchets dont certains demeurent hautement radioactifs pendant des milliers d’années.
  • Le charbon est, pour le moment, abondant et bon marché mais sa combustion dégage des sous-produits toxiques, très nocifs pour l'environnement. On peut notamment citer des gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone, le dioxyde de soufre qui est cause de pluies acides et qui attaque le système respiratoire ; des oxydes d'azote et des cendres volantes qui contiennent des toxines environnementales telles que l'arsenic.
  • Comparée au charbon, la combustion du gaz naturel produit 43 % d'émissions de dioxyde de carbone en moins. Toutefois, le gaz naturel contient du méthane, un gaz à effet de serre plus dangereux que le dioxyde de carbone. De même la combustion de gaz naturel produit du monoxyde de carbone et des oxydes d'azote. 
  • Le raffinage et la combustion du pétrole émettent également des gaz polluants tels que le monoxyde de carbone et le dioxyde de carbone.

La part des énergies renouvelables dans la production nette d'électricité en France atteint 16,2% en 2015. Les centrales solaires, les centrales géothermiques et les fermes éoliennes ne produisent ni gaz à effet de serre ni produits polluants. Néanmoins le coût des matériaux utilisés et de leur installation rend ces énergies renouvelables pour le moment plus coûteuses que celles produites par des combustibles fossiles et les centrales nucléaires.

Dès lors, la protection de l’environnement passe par la réduction de notre consommation d’énergie domestique. Au-delà de l’impact écologique, il y a également les effets de notre consommation sur notre facture d’énergie, et notamment d’électricité. En effet, dans un contexte de crise économique et à cause de l’augmentation fréquente des prix de l’énergie, deux tiers des français estiment que leurs factures d’énergie représentent une part importante de leur budget. Pourtant, il est possible de la réduire considérablement en adoptant des gestes simples au quotidien.