Cours de l'électricité : prix du MWh du jour, passé, futur SPOT

Mis à jour le
minutes de lecture
prix spot

Le prix du MWh d'électricité sur le marché EpexSpot est de 59,61 €/MWh aujourd'hui. Demain, le prix du MWh sera de 84.67 € . Retrouvez ci-dessous le prix Spot de l'électricité mis à jour quotidiennement à partir de 14h, avec également les prévisions et historiques d'évolution.

Quel est le prix du MWh d'électricité en France en février 2024 ?

Aujourd'hui, 22/04/2024, le prix de l'électricité sur le marché de gros est de 59,61 €/MWh. Le prix de demain sera 84.67.

Évolution du cours du MWh d'électricité sur le marché spot
  Prix Spot demain
23/04/2024
Prix Spot aujourd'hui
22/04/2024
Prix Spot il y a un mois
22/03/2024
Prix Spot il y a un an
22/04/2023
Prix en €/MWh 84.67
€/MWh
59.61
€/MWh
9.63
€/MWh
118.84
€/MWh
Évolution en € - - 49.98 € -59.23 €
Évolution en % - - 519% -49.84%

Crédits : Nord Pool Group - actualisé à la main par Selectra le 22/04/2024

Quelle évolution du prix du MWh sur le marché Epex Spot France ?

📅 Les dates clés du prix de l'électricité sur le marché SPOT

  • Automne 2021 : hausse du prix des matières premières (électricité, gaz, pétrole, charbon) à cause de la reprise économique d'après Covid, et de l'arrivée de l'hiver. À cela s'ajoute la reprise chinoise, qui mobilise une bonne partie des ressources disponibles, entrainant une hausse mécanique des prix de l'électricité ;
  • Décembre 2021 : baisse des capacités de production d'électricité nucléaire, à la suite de la découverte de problèmes de corrosion sur deux réacteurs de la centrale de Chooz ;
  • Février 2022 : début du conflit entre l'Ukraine et la Russie, sur fond de sanctions économiques et de suspension du gazoduc Nord Stream 2 ;
  • Été 2022 : réduction de la capacité de livraison de gaz de Nord Stream 1 à cause de problèmes techniques, parallèlement à la volonté de l'Europe de remplir ses réserves de gaz pour l'hiver, entrainant ainsi une hausse des prix du gaz, et de ceux de l'électricité SPOT ;
  • Automne 2022 : diminution des tensions sur le marché de l'énergie après qu'EDF ait annoncé le calendrier de réouverture des centrales, contribuant ainsi au maintien de la stabilité des prix.
  • Printemps 2023 : le retour à la normale sur le marché du gaz ne s'accompagne pas d'une détente significative sur le marché de l'électricité. Les prix restent très au-dessus de leur moyenne historique, contraignant le gouvernement à maintenir le bouclier tarifaire jusqu'en 2025.

Le prix Spot (soit le cours de l'électricité sur la Bourse) est resté à un niveau assez proche des prix sur l'ARENH jusqu'en 2020, avec un prix du MWh qui oscillait entre 30 et 50 € / MWh (contre 42 € / MWh sur l'ARENH). Mais en 2021, face à la crise énergétique et différents facteurs géo-politiques, les prix Spot (ainsi que les prix à termes d'ailleurs) ont subi une très forte augmentation.

Source : Selectra

Le prix du MWh d'électricité sur le marché de gros (Epex Spot France) a subi une hausse record en 2022. Le prix de l'électricité calendaire "CAL" reste depuis lors au-dessus de la barre des 200€/MWh. Il s'est ensuite stabilisé de nouveau au printemps 2023, tout en restant plus élevé qu'à la période d'avant-crise, en raison des inquiétudes sur le parc nucléaire français.

La crise énergétique est la cause principale de ces hausses. Cette crise énergétique ayant été provoquée par la reprise économique en sortie de crise sanitaire, qui avait entraîné une tension entre l'offre et la demande. Face à l'augmentation de la demande, pourtant, l'offre ne suit pas. La France fait face en parallèle à des tensions sur le parc de production nucléaire et à une sècheresse qui affecte la production hydraulique. Il faut savoir que la France est habituellement exportatrice d'électricité, mais se retrouve à importer des volumes d'électricité conséquents depuis les pays voisins entre 2021 et 2022 :

Source : RTE Bilan Électrique 2023 - Graphique : Selectra

C'est dans ce contexte que le prix français de gros a fortement augmenté. La disponibilité du parc nucléaire français a atteint un minimum historique en août 2022, et le prix spot a atteint son maximum, à 743,84€ du MWh

Evolution des prix Spot (day-ahead) de l'électricité
AnnéePrix en €/MWhEvolution en %
201246,9 €/MWh--
201343,3 €/MWh-7.7%
201434,6 €/MWh-20.1%
201538,6 €/MWh+11.6%
201636,7 €/MWh-4.9%
201744,9 €/MWh+22.3%
201850,2 €/MWh+11.8%
201939,5 €/MWh-21.3%
202032,2 €/MWh-18.5%
2021109,2 €/MWh+239.1%
2022275,9 €/MWh+152.8%

Source : EEX

Évolution d'octobre 2021 à mars 2022

C'est vers la fin de l'année 2021 que commence la hausse des prix Spot de l'électricité sur le marché de gros. La forte reprise économique en sortie de crise sanitaire en était l'une des causes principales, comme mentionné plus haut. Celle-ci ayant mené à un déséquilibre dans l'offre et la demande. Selon la CRE, la consommation de gaz en France a augmenté de 7 % en 2021.

Cela a aussi créé une concurrence entre les pays européens et asiatiques concernant le GNL. Cette concurrence a mené à une hausse des prix du gaz, et donc par ricochet, des prix de l'électricité. Les prix du gaz étaient passée de 15-20 €/MWh en début d'année 2021 à 80-100 €/MWh en fin d'année.

Conversion €/mWh en ct€/kWh

Si vous voulez savoir combien de kWh vaut 1 MWh, la conversion est simple : 1 MWh équivaut à 1000 kWh. Ainsi, pour convertir des MWh en kWh, il suffit de diviser les chiffres par 1000. Par exemple : 15 € / MWh = 1.5ct€ / kWh.

Au début de l'année 2022, les prix spot de l'électricité connaissent une légère baisse par rapport à la fin de l'année 2021, grâce à la baisse des prix du gaz (notamment en raison du retour de stabilité dans les livraisons de GNL). Le début de 2022 est également marqué par une production éolienne très importante en France et en Europe, diminuant la dépendance des prix à ceux de la production de centrales thermiques à l'étranger.

Cependant, en février 2022 commencent les conflits entre l'Ukraine et la Russie. La Russie est, pour rappel, l'un plus grands pays exportateurs de gaz (environ 38 % des exportations en Europe).

livraison gaz

Source : RTE

Les différents acteurs de l'énergie craignent alors des ruptures d'approvisionnement, ce qui a poussé à l'augmentation des prix des matières premières. Dès mars 2022, les prix spot de l'électricité connaissent des pics significatifs en France et en Europe. Il dépasse les 540 €/MWh en moyenne sur la journée en France.

Évolution de prix du MWh Spot d'avril à juin 2022

prix Mwh marché gros epex spot

De nouveaux pics sont atteints en avril 2022 pour le prix Spot en France. Le parc nucléaire français se dégrade avec notamment des arrêts programmés pour maintenance. Pour ne pas arranger les choses, les températures baissent considérablement sur cette période, ce qui mène à un nouveau déséquilibre de l'offre et la demande.

Sans oublier que les possibilités d'importation sont toujours limitées à cause du contexte tendu dans les pays d'Europe centrale. Le prix spot horaire en France s'est rapproché du prix plafond de 3000 €/MWh en avril.

En juin, toutefois, les prix du MWh d'électricité baissent, même s'ils restent à un niveau plus élevé qu'à la période d'avant-crise. Cette baisse est due à :

  • une livraison conséquente de gaz sur la période, malgré l'incertitude liée aux flux de gaz russes ;
  • une diminution de la consommation électrique en France avec l'augmentation des températures ;
  • une production renouvelable plus importante, notamment une production éolienne considérable en avril et une production solaire significative en mai et juin.

Évolution des prix Spot de juillet à août 2022

L'été 2022 est marqué par une forte tension sur le système électrique, menant à des prix spot très élevés. Le prix spot moyen journalier en France dépasse les 700 €/MWh les 26, 29 et 30 août. En moyenne, le prix du MWh se rapproche de 400 €/MWh en juillet et de 500 €/MWh en août. Plusieurs facteurs justifient ces hausses :

  • Les vagues de chaleur en été ont entraîné une hausse de la consommation électrique en Europe, liée à l'utilisation de la climatisation ;
  • Les prix du gaz ont de nouveau augmenté à cause de la réduction des flux en provenance de Russie. L'Union européenne adopte un règlement imposant un niveau minimal de remplissage des stockages de gaz des pays membres (80 % pour l’hiver 2022/2023 et 90 % pour les hivers suivants). Le remplissage de stocks conduit à une augmentation considérable de la demande, et logiquement, à une augmentation des prix ;
  • La production hydraulique en France est très faible en France et en Europe sur cette période ;
  • Les prix du charbon augmentent aussi considérablement à cause des mesures prises par le gouvernement, pour permettre un recours plus important aux centrales au charbon afin de sécuriser l'approvisionnement en électricité sur l'hiver.

Évolution des prix Spot de septembre à octobre 2022

Les mois de septembre et octobre 2022 sont les premiers mois de réelle baisse, après de fortes tensions sur le marché. Les prix du MWh d'électricité sont passés de plus de 700 €/MWh à moins de 200 €/MWh, son niveau le plus bas depuis octobre 2021. Ceci est dû à de nombreux facteurs favorables, comme la livraison abondante de GNL, les températures élevées réduisant la consommation électrique et de gaz en Europe, l'importante production renouvelable, etc.

importations

Source : RTE

Cela étant dit, les prix à termes de l'électricité sont restés très élevés, ce qui laisse penser que les acteurs ont souhaité maintenir les primes de risque considérées sur les mois précédents.

Évolution des prix Spot de novembre à décembre 2022

Les prix se stabilisent à partir de mi-octobre et retrouvent des niveaux correspondant aux coûts variables de production des centrales thermiques en France. Cela ne dure pas. Dès mi-novembre, les prix du MWh d'électricité atteignent de nouveaux pics significatifs à cause de la vague de froid. Mais, sur les deux dernières semaines de décembre, les prix de l'électricité retrouvent des niveaux assez faibles, pour deux grandes raisons :

  • Des températures plus élevées que les normales saisonnières menant à une baisse des consommations ;
  • Une production éolienne très important sur la période.

Les prix à terme ont aussi connu une très forte baisse à partir du mois de novembre. Malheureusement, malgré la baisse des prix Spot sur la fin de l'année 2022, les tensions sont toujours présentes sur les finances publiques et l'économie en général. Ainsi, les débats actuels se réorientent vers une réforme permettant de mieux aligner les prix sur le marché et les prix payés par les consommateurs.

Le marché de gros de l'électricité : comment ça marche ?

Le marché de gros correspond au marché sur lequel l'électricité est négociée avant d'être livrée aux clients finaux (les consommateurs particuliers et professionnels). Il est au cœur de l'organisation des transactions énergétiques en France : c'est grâce à lui que peut être trouvé un équilibre entre l'offre et la demande en électricité.

Plusieurs acteurs interviennent sur ce marché :

  • les producteurs d'électricité : ils négocient et vendent leur production ;
  • les fournisseurs d'électricité : ils négocient et achètent l'électricité, avant de la vendre aux clients finaux ;
  • les négociants : ils achètent l'électricité et la revendent (ou inversement) afin de favoriser la liquidité du marché ;
  • les opérateurs d'effacement : ils valorisent la consommation évitée de leurs clients.

Le marché de gros de l'électricité joue un rôle important dans le fonctionnement du système électrique, car il permet d'assurer un équilibre entre :

  • l'offre (la partie amont) : c'est-à-dire l'électricité injectée sur le réseau, qui provient soit des centrales de production (à 95 %), soit des importations en provenance des pays exportateurs à l'étranger ;
  • la demande (la partie aval) : c'est-à-dire l'électricité soutirée du réseau pour alimenter les consommateurs finaux (environ 75 %) et pour les exportations (pour les 25 % restants).

Les produits spot ou au comptant et les produits à terme sont les deux produits principaux du marché de gros.

Les produits Spot

Les produits Spot désignent l'électricité achetée pour une livraison le lendemain ou le jour même. Selon les marchés, ce sont donc :

  • des produits pour l'échéance journalière (day-ahead) : soit des produits horaires avec livraison pour le lendemain. C'est l'échéance journalière qui sert de prix de référence sur le marché de l'électricité français. Les prix sont fixés tous les jours avant 13h par un mécanisme d'enchères communes. En d'autres mots, les prix sont négociés la veille pour livraison le lendemain ;
  • des produits pour l'échéance infrajournalière (intraday) : soit des produits demi-horaires, horaires ou par blocs de plusieurs heures avec livraison le jour même. L'échéance infrajournalière permet des échanges en France jusqu'à cinq minutes avant le début de livraison. Ces prix sont très volatils.
Prix spot en France en €/MWh (2019-2021)
Marché201920202021
Prix spot intraday39,7 €/MWh32,9 €/MWh109,5 €/MWh
Prix Day-Ahead base39,4 €/MWh32,2 €/MWh109,2 €/MWh
Prix Day-Ahead Pointe42,5 €/MWh35,0 €/MWh116,6 €/MWh

Source : CRE : rapport de surveillance 2021

En France, c'est le système de l'échéance journalière qui s'applique à la vente d'électricité sur le marché de gros. Via un mécanisme d'enchères communes, les opérateurs du marché (NEMO) calculent et fixent chaque jour le montant pour le Spot - soit le prix du produit Day-ahead sur la bourse EPEX SPOT - pour une livraison le lendemain.

Introduit en 2018 entre plusieurs pays européens (dont la France, l'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et l'Espagne), le XBID ou système de trading intra-journalier transfrontalier permet d'harmoniser les offres proposées par les différents acteurs du marché des pays inclus. Ce cadre permet aussi aux pays de négocier et échanger entre eux des produits. Pour la France, ces transactions sont possibles jusqu'à 5 minutes avant le début de la livraison.

Les produits à terme

Les cours de l'électricité sur les marchés à terme sont comme suit :

Cours de l'électricité sur le marché à terme (indices futurs)
Indice futurs mensuels
janvier 202487.55 €/MWh
février 202483.71 €/MWh
mars 202471.75 €/MWh
avril 202464.04 €/MWh
septembre 202482.25 €/MWh
Indices futurs trimestriels
Q2 202463.16 €/MWh
Q3 202474.02 €/MWh
Q4 2024109.6 €/MWh
Q1 2025110.98 €/MWh
Q2 202573.97 €/MWh
Q3 202578.63 €/MWh
Q4 2025107.93 €/MWh
Q1 2026104.39 €/MWh
Indices futures annuels
CAL 202592.81 €/MWh
CAL 202687.15 €/MWh
CAL 202787.32 €/MWh
CAL 202884.71 €/MWh

Contrairement aux produits Spot, les produits à long terme peuvent être vendus en vue d'une livraison future (dans les semaines, mois ou années à venir) : leur montant est négocié et arrêté au moment de la signature du contrat entre les deux parties.

Les produits concernés par les contrats à long terme sont des produits standardisés pour permettre des échanges simplifiés : cela peut être, par exemple, l'achat d'électricité en option base ou en heures pleines (en semaine de 8h à 20h).

Ainsi, les produits à terme sont bien moins volatils que les produits à court terme ou Spot. Ce sont généralement ceux que l'on prend en compte pour la définition des prix payés par les clients finaux. Le principe est simple : les fournisseurs d'énergie signent des contrats à terme pour une fourniture dans les jours, les semaines, les mois, les trimestres, voire les années à venir. Les prix sont alors négociés à la date de signature du contrat, et se basent souvent sur une moyenne des prix spot anticipés pour une période considérée.

Lorsqu'un fournisseur signe un contrat à terme, il couvre généralement la majeure partie des livraisons qu'il devra effectuer. C'est pour cette raison que ce type de produit est favorisé par les fournisseurs : ils couvrent et fixent avec le moins de risques la tarification appliquée aux consommateurs finaux.

Sur les périodes de fortes tensions (2021), les prix à terme ont été très élevés :

Prix spot et à terme en France en €/MWh (2019-2021)
Marché201920202021
Prix à terme M+145,1 €/MWh36,4 €/MWh133,0 €/MWh
Prix à terme Q+148,6 €/MWh42,0 €/MWh134,9 €/MWh
Prix à terme Y+150,8 €/MWh44,9 €/MWh95,4 €/MWh

Source : CRE : rapport de surveillance 2021

Le mécanisme de capacité

Le mécanisme de capacité, aussi appelé marché des garanties de capacité, est un dispositif qui vise à garantir la sécurité d'approvisionnement en électricité sur le territoire national. Il a été instauré au 1er janvier 2017. Concrètement, les fournisseurs (qui sont des acteurs obligés) sont tenus de s'approvisionner en garanties de capacités pour couvrir la consommation de l'ensemble de leurs clients en périodes de pointe de consommation nationale. La quantité de garanties de capacité est calculée en fonction de la consommation des clients du fournisseur certains jours de l'année choisis par RTE (ces jours sont appelés PP1).

Les producteurs, de leur côté, ont pour obligation de faire certifier leurs moyens de production auprès de RTE. Un moyen de production certifié = garanties de capacité au producteur, qui pourra ensuite les revendre. Les producteurs et les fournisseurs s'échangent alors les garanties de capacité sur le marché organisé par Epex Spot.

Ce que cela implique pour le consommateur ? L'achat des garanties de capacité implique évidemment un surcoût pour les fournisseurs. Cela se répercute directement dans les factures des consommateurs depuis 2017. Le surcoût est déterminé à partir des prix en €/kWh révélés par les enchères et du coefficient de sécurité. Le coefficient de sécurité, établi par RTE, constitue une marge de flexibilité qui permet d'assurer la cohérence entre le niveau de garantie de capacités certifiées et l'obligation.

Coefficient de sécurité (2017-2023)
Année de livraisonCoefficient de sécurité
20170,93
20180,93
20190,99
20200,98
20210,98
20220,98
20230,99

Source : CRE.

Impact du prix MWh sur les consommateurs et futures réformes

Pourquoi les hausses des prix de l'électricité pour le consommateur ?

Il n'y a pas de doute sur la corrélation entre la hausse des prix spot et à terme sur le marché de gros, et les prix payés par les consommateurs. 

La hausse des prix de l'électricité sur le marché de gros est liée aux centrales fonctionnant au gaz. En effet, pour répondre aux besoins en électricité des consommateurs, les gestionnaires font d'abord appel aux solutions de production ayant les coûts les moins élevés, et à la fin, les plus élevés. Par ordre, on fait donc d'abord appel à l'éolien, au solaire, au nucléaire, au charbon, au gaz et enfin au fioul. C'est le coût de la dernière centrale appelée qui fixe les prix auxquels sont achetés tous les kWh vendus.

Avec la hausse des demandes en 2021, et la dégradation de la disponibilité des parcs nucléaires, les centrales gaz ont beaucoup été appelées. Pourtant, leur fonctionnement dépend du prix du gaz, qui lui était déjà à la hausse sur le marché à cause de la crise. Voilà pourquoi le prix de l'électricité a également augmenté.

La plupart des fournisseurs s'approvisionnent en grande partie sur le marché de gros et doivent ainsi répercuter la hausse sur leurs clients. Le fournisseur historique EDF est moins concerné, car il dispose de moyens de production nucléaire - d'ailleurs, pendant la crise énergétique, le tarif réglementé EDF était l'un des moins chers du marché. En revanche, les tarifs réglementés sont aussi en partie indexés sur le marché spot. Ils ont donc aussi tout de même augmenté.

Autre point important : même si les prix du MWh d'électricité baissent sur le marché de gros, il faut un peu de temps pour que les prix payés par les consommateurs baissent aussi. Cela est dû au fait que les fournisseurs signent des contrats à terme, pour des durées d'approvisionnement plus ou moins longues (pouvant aller à un an). Ainsi, l'électricité que nous consommons aujourd'hui a probablement été achetée il y a un an au prix en vigueur à cette période-là.

Suivre l'augumentation des prix de l'électricité

La réforme du marché de l'électricité pour une meilleure stabilité

La question se pose alors sur comment protéger les consommateurs durablement et stabiliser les prix sur le marché. Autrement dit, comment éviter une nouvelle crise. L'Union européenne est actuellement en train de remodeler le marché de l'électricité.

La réforme européenne a trois grands objectifs :

  • protéger les consommateurs en leur offrant plus de possibilités lors de la signature d'un contrat d'électricité ;
  • assurer une meilleure stabilité et compétitivité pour les entreprises ;
  • améliorer l'intégration des énergies renouvelables dans le système.

Protéger les consommateurs

Les nouvelles règles imposent de donner un large éventail de possibilités aux consommateurs lorsqu'ils souscrivent un contrat d'électricité. Ils peuvent alors disposer :

Pour les consommateurs les plus vulnérables, les pouvoirs publics veilleront à ce qu'il y ait suffisamment de fournisseurs de dernier recours pour qu'aucun ménage ne reste sans aucune électricité.

Assurer une meilleure compétitivité pour les entreprises

La réforme prévoit que les fournisseurs bénéficient de prix plus stables grâce à des contrats long terme. Les producteurs, quant à eux, auront des recettes plus stables grâce aux contrats d'écart compensatoire bidirectionnels. Le principe de ce type de contrat est que le producteur vend de l'électricité sur le marché, puis règle la différence entre le prix du marché et le prix d'exercice convenu à l'avance avec l'entité publique. 

reforme

Source : Conseil de l'Union européenne.

Davantage d'électricité verte

La nouvelle réforme de l'Union européenne vise aussi à améliorer l'intégration des énergies renouvelables dans le système, ainsi qu'à faciliter les prévisions de la production d'énergies renouvelables. Cela, grâce à de nouvelles obligations de transparence pour les gestionnaires de réseau. L'objectif de l'UE étant de doubler la part des énergies solaires et éoliennes d'ici à 2030.

Quels sont les prix du MWh sur les marchés de gros de l'électricité en Europe ?

Au 4 janvier 2024, les prix du MWh d'électricité en Europe s'élevaient à :

  • 105,18 € / MWh en Espagne ;
  • 105,18 € / MWh au Portugal ;
  • 96,94 € / MWh en Belgique ;
  • 92,65 € / MWh en Angleterre ;
  • 99,09 € / MWh en Suisse ;
  • 86,08 € / MWh en France ;
  • 112,99 € / MWh en Italie du Nord ;
  • 101,65 € / MWh aux Pays-Bas ;
  • 100,1 € / MWh en Autriche ;
  • 103,59 € / MWh en Allemagne et au Luxembourg.

Au 25 avril 2023, les prix du mWh d'électricité en Europe s'élevaient à :

  • 127,39 € / MWh en Espagne ;
  • 127,39 € / MWh au Portugal ;
  • 114,41 € / MWh en Belgique ;
  • 110,10 € / MWh en Angleterre ;
  • 110,16 € / MWh en Suisse ;
  • 107,60 € / MWh en France ;
  • 107,60 € / MWh en Italie du Nord ;
  • 100,00 € / MWh au Pays-Bas ;
  • 99,55 € / MWh en Autriche ;
  • 96,41 € / MWh en Allemagne et au Luxembourg.

Source : éCO2mix - Les données de marché

Les prix du MWh sur le marché de gros de l'électricité varient fortement d'un pays à l'autre au sein du continent européen, du fait que l'offre et la demande ne sont pas équivalents dans toutes les régions.

Même d'une journée à l'autre, le prix varie régulièrement de plusieurs dizaines d'euros par mégawattheure. C'est donc un marché très volatil.

Les prix spots en Italie, Espagne, Grande-Bretagne et Suisse sont historiquement plus élevés que les prix spots en France. Ces pays sont en effet caractérisés par des mix électriques très gaziers, et dépendent donc beaucoup plus des importations. Avec les fortes tensions en 2021, cette tendance n'a pas changé, même si la France a connu des mois de fortes importations par rapport aux niveaux historiques en 2021.

Comparatif des prix spots moyens en France et en Europe en 2021
AnnéePrix en €/MWh
Allemagne96,8 €/MWh
Belgique104,1 €/MWh
Suisse114,9 €/MWh
Espagne111,9 €/MWh
Italie124,7 €/MWh
Grande-Bretagne137,6 €/MWh
France109,2 €/MWh

Source : ENTSOE, EPEX SPOT, Nordpool – Analyse : CRE

Au 25 avril 2023, le prix moyen de l'électricité en France sur les marchés de gros est de 107,60 € / MWh, se situant dans la moyenne européenne, alors que d'autres pays comme l'Espagne ou le Portugal voient leurs tarifs bien plus élevés avec un prix de 127,39€/MWh à la même date. De manière générale, malgré les fortes augmentations du prix du MWh sur le marché de gros, le prix de final de l'électricité domestique en France est en moyenne moins chère qu'en Europe.

Source : Eurostat

Questions fréquemment posées

Quel est le prix de 1 MWh en 2024 ?

En février 2024, 1 MWh d'électricité coûte 59,61 €. A titre de comparaison, il était de 92,69 € l'année dernière, soit une évolution de -35.7 %.

Quel est le prix de 1 kWh en 2024 ?

En avril 2024, 1 kWh d'électricité coûte 0,2516 € pour le consommateur en option Base, pour un compteur 6 kVA (il ne s'agit pas du prix spot, mais du prix réel payé par les consommateurs).

Qu'est-ce qu'un Mégawatt-heure ?

Le mégawatt-heure est une unité de mesure pour exprimer l'énergie consommée, comme le kilowatt-heure. À savoir que 1 MWh = 1 000 kWh. Les factures d'électricité des consommateurs sont exprimées en kWh.

L'électricité peut aussi s'exprimer en gigawatt-heure (GWh). C'est une unité de mesure utilisée surtout pour de grosses quantités, car elle correspond à 1000 MWh ou 1 million de kWh.

Qu'est-ce qu'un effacement de consommation ?

L'effacement est un type de contrat régi par les règles NEBEF qui peut être conclu entre un consommateur et un opérateur d'effacement. Concrètement, l'utilisateur accepte de réduire, de façon ponctuelle et pour une durée déterminée, sa consommation (arrêt du chauffage électrique ou du chauffe-eau) pour que l'électricité non consommée soit revendue par l'opérateur sur le marché.

De tels contrats peuvent être conclus entre opérateurs et particuliers, industriels (arrêt des fours, pompes, etc.) et des sites tertiaires (arrêt de la climatisation, de l'éclairage, etc.).