Augmentation du prix du gaz en 2024 et les prochaines à venir

Mis à jour le
minutes de lecture
Augmentation Gaz

Le prix du gaz baisse depuis quelques mois sur le marché, la part variable ayant diminué de 9,16 €/MWh (0,00916 € / kWh) entre janvier et février selon la CRE. Et pourtant, le prix payé par le consommateur risque de continuer d'augmenter en 2024. En cause : la hausse de la taxe TICGN (accise sur le gaz naturel). Ce qui aurait dû baisser d'au moins -12 % ne baissera que de -1.39 % environ au 1er février 2024. Et on peut s'attendre à des augmentations sur les mois à venir...

Evolution prix du gaz : historique et prévisions (2005 - 2030)

Le prix du gaz va-t-il augmenter en 2024 ?

Les consommateurs peuvent s'attendre à une hausse moyenne de 120 € sur leur facture de gaz en 2024. La prochaine augmentation du prix du gaz aura surement lieu en juillet 2024 selon une note de la CRE. La CRE annonce pourtant que le prix du gaz sur le marché a une tendance baissière. Entre janvier et février, le prix HT pour les foyers chauffés au gaz diminue de -0,9 centime / kWh. Depuis décembre 2023, il a baissé d'environ -1,26 centime / kWh.

Alors, pourquoi les augmentations du prix du gaz en 2024 ? Parce que la TICGN (accise sur le gaz naturel) a doublé au 1er janvier, passant de 8,37 € à 16,37 €/MWh, selon un arrêté publié au Journal officiel le 30 décembre 2023.

Pourquoi et de combien augmente la TICGN en 2024 ?

Pour rappel, l'accise sur le gaz naturel est acquittée par les consommateurs via leurs factures de gaz, puis reversée par les fournisseurs à l'État. Le gouvernement s'est fixe pour objectif de réduire l'endettement de l'État, en visant une économie de 16 milliards d'euros. Pour atteindre cet objectif, la fin progressive du bouclier tarifaire sur l'énergie mis en place en 2021 est annoncée.

Grâce au bouclier tarifaire, la taxe TICGN était notamment gelée à 8,45 €/MWh, avec même une baisse en 2023, la ramenant à 8,37 €/MWh. Avec la fin de ce dispositif, toutefois, la TICGN est quasiment multipliée par 2, et passe à 16,37 €/MWh, ce qui devrait rapporter près de 1,9 milliard d'euros à l'État

Si le prix du gaz aurait dû baisser d'au moins 12 %, cette hausse de l'accise amortit la baisse, et on se retrouve avec une baisse de seulement 1.39 % environ en février 2024, et probablement de nouvelles hausses dans les mois à venir.

Graphique: selectra.info - Source: Légifrance

Quel est l'impact de l'augmentation du prix du gaz pour les consommateurs ?

La hausse des prix du gaz ne sera pas la même pour tous les 11 millions de consommateurs de gaz en France, même si quasiment tout le monde sera touché. À savoir que, même pour les clients ayant souscrit un prix fixe, le prix du gaz va augmenter, car ces contrats prévoient de bloquer uniquement le prix du kWh hors taxes. En cas de hausse de taxes (comme c'est le cas ici), le prix final augmente.

L'impact de la hausse va d'abord varier selon la consommation des foyers. Selon les estimations d'Engie, la hausse serait de 120 € par an en moyenne (ou 10 € par mois) pour les foyers vivant dans une maison chauffée au gaz et ayant une consommation moyenne de 14 000 kWh par an. Pour un foyer vivant dans un appartement, la consommation serait plutôt de l'ordre de 8000 kWh, et la hausse de la facture, d'environ 70 € par an, soit 5,8 € par mois.

L'augmentation du prix du gaz ne sera pas non plus la même sur tout le territoire. Pour rappel, les prix du gaz varient selon la zone tarifaire, plus précisément selon la distance qui sépare un logement et un centre de stockage de gaz. Plus le logement est éloigné, plus les frais d'acheminement sont élevés, et donc plus le prix augmente. L'augmentation des prix du gaz est graduelle entre les zones :

  • La zone 2 est 2 % plus chère que la zone 1 ;
  • La zone 3 est 3 % plus chère que la zone 1 ;
  • Et la zone 6 est donc 6 % plus chère que la zone 1.

Voici quelques estimations :

Impact de la hausse de l'accise sur le gaz selon les villes
VilleConsommation moyenne par foyer et par anHausse sur la facture
Brest6,1 MWh+ 99,86 €
Clermont-Ferrand7,5 MWh+ 122,77 €
La Rochelle6,6 MWh+ 108,04 €
Lille8,8 MWh+ 144,06 €
Paris10,6 MWh+ 173,52 €
Rouen8,3 MWh+ 135,87 €
Strasbourg8,3 MWh+ 135,87 €

Source : Ekwateur.

Augmentation du prix du gaz de référence mois après mois

Abonnement mensuel en € TTC et prix du kWh en centimes d'euros TTC pour une consommation de 13000 kWh par an - À jour en février 2024

Janvier 2024 : augmentation de + 5,29 %

Alors que le prix hors-taxes continue de baisser sur le marché, le prix repère de gaz augmente en janvier 2024 à cause de la hausse de la TICGN. Selon les grilles tarifaires publiées par la CRE pour janvier 2024, on remarque une hausse de +5,29 % sur le dernier prix moyen du prix repère.

Évolution du prix repère gaz de la CRE entre novembre et décembre 2023
 Décembre 2023Janvier 2024Évolutions (%)
Prix TTC moyen pour foyer cuisson/eau chaude au gaz0,1269 €/kWh0,1324 €/kWh+ 4,38 %
Part TTC moyen pour foyer chauffage au gaz0,1040 €/kWh0,1095 €/kWh+ 5,29 %

Décembre 2023 : hausse de + 6,34 %

Le mois de décembre 2023 suit la tendance initiée depuis octobre 2023 avec une nouvelle augmentation du prix du gaz à hauteur de + 6.34 %. Cette augmentation a pour conséquence de faire augmenter la part variable hors taxes (HT) d’un consommateur type cuisson/eau chaude et chauffage à hauteur de 5,18 €/MWh entre novembre et décembre 2023. Pour autant, bien que le prix du kWh de gaz continue d'augmenter, la CRE a indiqué lors de la publication du Prix Repère Gaz que le prix de l'abonnement n'évolue toujours pas.

Évolution du prix repère gaz de la CRE entre novembre et décembre 2023
 Novembre 2023Décembre 2023Évolutions (%)
Prix TTC moyen pour foyer cuisson/eau chaude au gaz0,1207 €/kWh0,1269 €/kWh+ 5,14 %
Part TTC moyen pour foyer chauffage au gaz0,0978 €/kWh0,1040 €/kWh+ 6,34 %

Novembre 2023 : une augmentation de + 4.94 %

Dans la continuité d'octobre 2023 et avec l'arrivée de l'hiver, le mois de novembre connait une hausse du prix du gaz à hauteur de + 4.94 %. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un nouvel épisode d'inflation, avec cette augmentation, la part variable hors taxes (HT) d’un consommateur type cuisson/eau chaude et chauffage augmente de 3,98 €/MWh entre octobre et novembre 2023.

Évolution du prix repère gaz de la CRE entre octobre et novembre 2023
 Octobre 2023Novembre 2023Évolutions (%)
Prix TTC moyen pour foyer cuisson/eau chaude au gaz0,1131 €/kWh0,1207 €/kWh+ 6,72 %
Part TTC moyen pour foyer chauffage au gaz0,0932 €/kWh0,0978 €/kWh+ 4,94 %

Octobre 2023 : nouvelle augmentation du Prix Repère Gaz après une diminution en septembre 2023

Octobre 2023 a vu le prix du gaz augmenté de nouveau à hauteur de + 13.52 %. Cette augmentation fait suite à une légère diminution du prix du gaz que les consommateurs ont connu au cours du moins de septembre 2023. Néanmoins, comme la CRE l'a indiqué lors de la publication du tarif de référence du gaz, si le prix du kWh de gaz augmente, le prix de l'abonnement, quant à lui, n'évolue pas.

Ainsi, en octobre 2023, la part variable hors taxes (HT) pour un consommateur utilisant le gaz pour la cuisson, l'eau chaude et le chauffage a augmenté de 9,21 €/MWh.

Évolution du prix repère gaz de la CRE entre septembre et octobre 2023
 Septembre 2023Octobre 2023Évolutions (%)
Prix TTC moyen pour foyer cuisson/eau chaude au gaz0,1051 €/kWh0,1131 €/kWh+ 7,61 %
Part TTC moyen pour foyer chauffage au gaz0,0821 €/kWh0,0932 €/kWh+ 13,52 %

Août 2023 : première augmentation du Prix Repère Gaz

Après sa mise en place en juillet 2023, le Prix repère Gaz va subir sa première augmentation en août 2023. En effet, un consommateur utilisant le gaz pour la cuisson, l'eau chaude et le chauffage verra la part variable hors taxes (HT) augmenter de 1,76 €/MWh.

Évolution du prix repère gaz de la CRE entre juillet et août 2023
 Juillet 2023Août 2023Évolutions (%)
Prix TTC moyen pour foyer cuisson/eau chaude au gaz0,1048 €/kWh0,1070 €/kWh+ 2,1 %
Part TTC moyen pour foyer chauffage au gaz0,0819 €/kWh0,0840 €/kWh+ 2,5 %

Juillet 2023 : quelle évolution entre le Tarif réglementé et le Prix repère gaz ?

Avec la disparition définitive du Tarif Réglementé de Vente du Gaz fin juin 2023, un nouvel indicateur de référence a été mis en place avec le Prix Repère du Gaz. Avec sa disparition, le TRV a eu un impact sur l'évolution des prix du gaz en juillet 2023.

Tarif indicatif mensuel publié par la CRE pour le gaz naturel vendu aux consommateurs particuliers en France, le Prix Repère Gaz a été mis en place 1ᵉʳ juillet 2023 à la suite de la fin du TRV gaz. Bien que composé d'un prix du kWh et d'un prix de l'abonnement, il ne s'agit pas d'une offre d'un fournisseur d'énergie et il est donc impossible d'y souscrire. Pour autant, les tarifs publiés par la CRE pour le prix de référence du gaz en juillet 2023 sont bien moins chers que l'ex-tarif réglementé de vente du gaz, créant ainsi une baisse des tarifs du gaz.

Ainsi, à titre d'exemple, pour un foyer qui utilise le gaz afin de se chauffer, cuisiner et pour l'eau chaude, le Prix Repère Gaz a permis une baisse des tarifs à hauteur de 23 % face au tarif réglementé de vente du gaz de juin 2023.

Tableau comparatif entre le Prix Repère Gaz de juillet 2023 et le TRV Gaz de juin 2023
 Prix Repère de Vente de Gaz naturelTarif réglementé de vente du gaz
Classe de consommation (kWh/an)Base
(0-1000 kWh/an)
B0
(1001-6000 kWh/an)
B1
(6-30 MWh/an)
B2i
(30-300 MWh/an)
Base
(0-1000 kWh/an)
B0
(1001-6000 kWh/an)
B1
(6-30 MWh/an)
B2i
(30-300 MWh/an)
Abonnement annuel102.94 €102.94 €257.18 €257.18 €102.12 €102.12 €249.84 €249.84 €
Zone 1 (€/kWh)0.1048 €0.1048 €0.0805 €0.0805 €0.1284 €0.1284 €0.1035 €0.1035 €
Zone 2 (€/kWh)0.1048 €0.1048 €0.081 €0.081 €0.1284 €0.1284 €0.1042 €0.1042 €
Zone 3 (€/kWh)0.1048 €0.1048 €0.0817 €0.0817 €0.1284 €0.1284 €0.105 €0.105 €
Zone 4 (€/kWh)0.1048 €0.1048 €0.0822 €0.0822 €0.1284 €0.1284 €0.1057 €0.1057 €
Zone 5 (€/kWh)0.1048 €0.1048 €0.0827 €0.0827 €0.1284 €0.1284 €0.1064 €0.1064 €
Zone 6 (€/kWh)0.1048 €0.1048 €0.0833 €0.0833 €0.1284 €0.1284 €0.1071 €0.1071 €

Tarifs TTC du Prix Repère Gaz en juillet 2023 et du tarif réglementé de vente du gaz en juin 2023

Cette diminution des tarifs s'explique notamment par le gel des tarifs réglementés qui avait ayant eu lieu en janvier 2023. En effet, à la suite de ce gel, le TRV gaz n'avait pas suivi l'évolution à la baisse des tarifs du gaz qui ont eu lieu pendant les mois qui ont précédé sa disparition.

Une différence de tarifs qui peut évoluer Il est important de noter que cette différence entre le Prix Repère Gaz et l'ancien Tarif réglementé de gaz n'est pas fixe. Le Prix Repère évoluant mensuellement sur les recommandations de la CRE qui prend en compte différents facteurs, il est probable que le prix repère gaz ne soit pas toujours moins cher que l'ancien tarif réglementé du gaz.

Février 2023 : bouclier tarifaire et conséquence

En février 2023, face à l'augmentation des prix de l'énergie sur les marchés internationaux, le bouclier tarifaire a été prolongé par le gouvernement français. Cette mesure a permis de plafonner l'augmentation des tarifs du gaz à 15 % et ainsi éviter une augmentation de 200 € par mois selon la Commission de Régulation de l'Energie. Par conséquent, cette augmentation de 15 % représente néanmoins une augmentation moyenne d'environ 25 € par mois pour un foyer qui se chauffe au gaz. Par conséquent, de 2022 à 2023, un ménage qui se chauffe au gaz a vu le montant annuel de la facture de gaz augmenter de 15,3 %, passant ainsi de 1 453 € à 1 675 €.

Évolution de la facture annuelle de gaz entre 2022 et 2023
Classe de consommation20222023Évolution en pourcentage
Base (cuisson)171,10 €181,10 €+5.84 %
B0 (eau chaude)370,30 €409,20 €+10.50 %
B1 (chauffage)1 452,80 €1 675,10 €+15.30 %
B2i (collectivités)2 859,50 €3 343,40 €+16.92 %

Augmentation du prix moyen des offres de gaz en France

Les évolutions du prix du gaz sur les marchés de gros entraînent des variations mensuelles du prix moyen du kilowattheure de gaz naturel. Parallèlement à cela, les fournisseurs n'appliquent pas tous ces variations de manière similaire au sein de leurs offres, rendant la situation difficile à comprendre pour le consommateur.

Afin de permettre aux consommateurs de mieux comprendre l'impact des différentes variations du prix moyen du kilowattheure de gaz naturel sur leur facture, Selectra a développé un indice mensuel des prix de marché du gaz naturel. Il est donc possible avec cet outil d'observer les différentes fluctuations du prix moyen du kilowattheure de gaz naturel, hors taxes, proposé par les différents fournisseurs d'énergie disponibles à la souscription le 10 de chaque mois.

Il est donc possible de remarquer que, pour un foyer chauffé au gaz à Nantes, si l'ancien tarif réglementé du gaz est resté stable au cours de l'année 2022 avec un prix du kWh à 0,0649 €, avant de subir une hausse de 15 % en janvier 2023 et atteindre un prix du kWh à 0,0788 €, le prix moyen du gaz n'a cessé de fluctuer à la hausse durant 2022 avant de commencer à diminuer dès janvier 2023 passant ainsi de 0,1424 € en janvier à 0,0932 € en juin 2023.

Augmentations attendues du prix du gaz sur les marchés

Appelé Prix de l'Énergie de Base Gaz ou prix PEG, cet indicateur permet de connaitre sur le marché européen le coût de l'énergie de base du gaz naturel. Utilisé afin de déterminer le prix du gaz sur le marché de gros, le prix PEG prend en compte divers facteurs comme :

  • Les coûts de production ;
  • Les conditions économique ;
  • L'offre et la demande.

Ainsi, le prix PEG est un indice indispensable afin de comprendre l'évolution des tarifs du gaz et de prendre des décisions dans le secteur de l'énergie.

Ainsi, à travers le prix PEG, il est possible d'observer les futures évolutions du prix du gaz dans les prochains mois. Le prix du MWh de gaz en France sur le marché PEG est de 23.984 €/MWh pour le contrat 2ème trimestre 2024, alors qu'il s'élevait à 41.589 €/MWh le 01/12/2023 pour le même contrat futur.

Les causes de l'augmentation du tarif du gaz naturel

Sur les marchés de gros

Les évolutions du prix du gaz s'expliquent par de nombreuses causes. Tout d'abord, il faut considérer la relation entre l'offre et la demande qui affecte les cours du prix du gaz sur les marchés de gros. En effet, si dans le cadre de problématique géopolitique les volumes de gaz se raréfient, le prix sur les marchés de gros va augmenter, affectant ainsi la facture des ménages français. À l'inverse, dans le cadre d'une surproduction, l'offre étant bien supérieure à la demande, les prix du gaz diminuent. Par exemple, en 2018, des pays comme les États-Unis, la Russie et l'Australie ont produit en masse du gaz naturel liquéfié. Celui-ci n'ayant pas été absorbé par le marché pendant la période hivernale en Chine et en Europe, le prix du kWh a connu une diminution.

D'autre part, le prix du gaz est intimement lié au cours du fioul lourd, domestique et du baril de Brent. Ainsi, lorsque les pays producteurs de pétrole mettent en place des politiques visant à modifier le prix du pétrole, le prix du gaz s'en trouve impacté également. En effet, en cas de tension au niveau du pétrole, il est généralement possible d'observer une augmentation du prix du gaz avec une offre qui se réduit.

Enfin, des causes telles que l'inflation ou encore les coûts de maintien des infrastructures jouent un rôle dans l'évolution du prix du gaz. À titre d'exemple, l'inflation qu'a connu l'Europe en 2022 additionné à l'augmentation du prix de l'acier et du cuivre à mener les cours du prix du gaz sur le marché de gros à augmenter.

C'est dans l'objectif de prendre en compte toutes ces externalités que la CRE établie chaque mois le prix repère gaz afin de suivre les évolutions du marché.

Quel impact a le prix du gaz sur le prix de l'électricité ? Le prix du gaz a un effet direct sur le prix de l'électricité, car de nombreux pays produisent une grande partie de leur électricité à partir de centrales au gaz naturel. Ces centrales utilisent le gaz pour produire de l'électricité à l'aide de turbines.
Lorsque le prix du gaz augmente, les coûts de production d'électricité augmentent pour ces centrales. En effet, puisque les compagnies d'électricité doivent acheter du gaz sur le marché pour alimenter leurs installations, lorsque le coût du gaz augmente, celles-ci répercutent ces dépenses supplémentaires sur les consommateurs. Cela se traduit généralement par une hausse des factures d'électricité pour les ménages.
Le prix du gaz a donc un impact direct sur le coût de production de l'électricité dans les centrales au gaz, ce qui se répercute directement sur les prix de l'électricité pour les consommateurs. Il est donc essentiel de suivre l'évolution des prix du gaz pour comprendre comment cela peut influencer le prix du MWh d'électricité dans nos foyers.

Sur les prix de référence du gaz

Prix de référence du gaz et offres à prix indexés Les offres à prix indexés sont des offres mises en place par les fournisseurs. Elles utilisent le prix de référence du gaz comme indicateur afin de mettre en place leur tarif. Ainsi, bien souvent, elles proposent un prix du kWh HT avec un certain pourcentage de réductions par rapport au Prix Repère Gaz. Néanmoins, le prix du kWh HT étant lié au tarif de référence du gaz, celui-ci évolue à la hausse ou à la baisse de la même manière que le prix repère du gaz.

Afin de calculer le prix de référence du gaz, la CRE prend en compte différent facteurs tels que les coûts d’approvisionnement sur le marché de gros, les coûts dits “hors approvisionnement” ou encore les coûts dits commerciaux avec notamment la rémunération des fournisseurs. Ainsi, la Commission de Régulation établit chaque mois un prix du kWh moyen à l'aide de cette formule.

La majorité des offres à prix indexés étant liées à ce prix de référence du gaz, lorsque celui-ci évolue à la hausse, les offres des fournisseurs voient également leurs tarifs augmenter. À titre d'exemple, en août 2023, à la suite de l'évolution des prix sur le marché de gros du gaz naturel, la CRE a redéfini son prix de référence du gaz à la hausse, affectant ainsi les offres des fournisseurs. Les foyers utilisant le gaz afin de se chauffer, cuisiner et avoir de l'eau chaude ont donc vu la part variable hors taxes (HT) augmenter de 1,76 €/MWh.

Comment éviter les augmentations du gaz ?

Face aux augmentations des prix du gaz, il est conseillé d'opter pour une offre à prix fixe afin de se protéger de futures hausses de prix. En effet, ce type d'offre propose des tarifs qui sont garantis sans augmentation pendant toute la durée du contrat, et cela, peu importe les évolutions des tarifs sur le marché. Seules les taxes peuvent augmenter et faire évoluer les tarifs de ce type d'offre.

Choisir une offre à prix fixe

Pour choisir une offre à prix fixe, il est recommandé d'effectuer la démarche avant toute annonce de hausse importante des prix du gaz. Néanmoins, afin d'être protégé face à l'augmentation des prix de l'énergie, il est nécessaire que l'offre à prix fixe possède un prix du kWh inférieur à celui du futur prix repère gaz définit par la CRE. Voici une liste des offres de gaz à prix bloqué les moins chères du marché :

🔥 Qui est le meilleur fournisseur de gaz fixe ?
Fournisseur de gaz fixe Nom de l'offre Budget annuel - TTC Économies sur le Prix Repère Abonnement annuel - TTC Prix du kWh - TTC
Vattenfall
GAZ FIXE FIDÉLITÉ
🔐 Des prix bloqués !
Budget annuel estimé
1395€
Vous gagnez
24€
269.14€ 0.0938€
Sowee
 Souscrire en ligne
GAZ PRIX FIXE 3 ANS
🔐 Des prix bloqués !
Budget annuel estimé
1431€
Votre surcoût est de
12€
257.16€ 0.0978€
TotalEnergies
STANDARD FIXE GAZ
🔐 Des prix bloqués !
Budget annuel estimé
1488€
Votre surcoût est de
69€
257.18€ 0.1026€
TotalEnergies
OFFRE VERTE FIXE GAZ
🌿 Offre verte !
🔐 Des prix bloqués !
Budget annuel estimé
1511€
Votre surcoût est de
92€
257.16€ 0.1045€
EDF
AVANTAGE GAZ 2 ANS
🔐 Des prix bloqués !
Budget annuel estimé
1557€
Votre surcoût est de
138€
242.52€ 0.1137€

*Tableau à jour du 28/02/2024. Budget calculé pour une consommation de 12000 kWh (classe de consommation B1) par an à Nantes .

telephone

🔥 Protégez-vous contre les futurs hausses de prix du gaz !

Contactez nos conseillers gratuitement du lundi au vendredi de 7h à 21h, le samedi de 8h30 à 18h30 et le dimanche de 9h à 17h qui vous assisteront et conseilleront dans votre recherche d'une offre de gaz à prix fixe.

09 73 72 25 00 OU

Mise en place d'un bouclier tarifaire par le gouvernement

Dans un contexte d'explosion des prix sur les marchés européens du gaz, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le 30 septembre 2021 la mise en place d'un bouclier tarifaire afin d'empêcher de futures augmentations du prix du gaz et pallier les hausses à répétition subies par les Français depuis plusieurs mois.

Dans un premier temps, ce bouclier tarifaire a permis d'éviter des hausses brutales du prix du gaz, ce qui aurait affecté très fortement le portefeuille des Français. Le pouvoir d'achat des particuliers a été protégé au détriment des fournisseurs, qui ont dû absorber la différence entre le prix de commercialisation, bloqué par le bouclier tarifaire, et le prix d'achat sur le marché de gros, en pleine explosion. Quant aux entreprises et les collectivités, elles n'ont pas été pris en compte dans le bouclier tarifaire et ont donc subi de plein fouet toutes ces augmentations.

Au cours du printemps 2023, le prix du gaz sur le marché de gros a considérablement baissé, ce qui rend le bouclier tarifaire moins utile.

Le graphique ci-dessous donne un aperçu de l'impact qu'aurait eu la hausse du prix du gaz sans la mise en place d'un bouclier tarifaire :

Source : Selectra

Sans l'ensemble de ces mesures, le gouvernement assure que la facture de gaz aurait dû augmenter pour les particuliers de +116,50 % HT par rapport au niveau fixé depuis le 1ᵉʳ octobre 2021.

Bon à savoir : Le mercredi 16 février 2022, le gouvernement a étendu le bouclier tarifaire sur le gaz aux foyers chauffés au gaz et non éligibles au tarif réglementé du gaz, à savoir :

 

  • Les copropriétés ;
  • Les logements sociaux ;
  • Les logements chauffés par un réseau de chaleur.

L'extension du bouclier tarifaire concerne environ 5 millions de logements, et son application ne nécessite aucune démarche particulière.

Est-ce que le prix de la bouteille de gaz a également augmenté ?

Comme le gaz de ville, le gaz en bouteille a, lui aussi, vu son prix augmenter, passant d'un prix moyen de 41,27€ en 2023 à 41,38€ sur le mois de janvier 2024 (chiffres pour une bouteille de 13 kg de butane). On compte donc une augmentation de 1% du prix.

Les hausses du prix du gaz par le passé

De 2020 à 2022

Globalement, le prix du gaz a d'abord connu une diminution de 7 % en 2020. Le début d'année ayant été marqué par la crise du coronavirus, la consommation et la production de gaz en France et en Europe a particulièrement diminué. En effet, la CRE prenant en compte dans son calcul de l'évolution du TRV les coûts d'approvisionnement d'Engie, le prix du gaz a pu voir ses tarifs diminuer de manière constante. Néanmoins, à partir d'août 2020, la tendance s'inverse et le prix du gaz augmente de nouveau jusqu'à la fin de l'année. La mise en place du mécanisme de lissage a cependant permis d'échelonner ces augmentations, et ainsi protéger le pouvoir d'achat des Français.

La reprise économique qui a suivi la crise de coronavirus verra les tarifs du gaz augmenter lors l'année 2021. En effet, la France importe 99 % du gaz utilisé par les consommateurs. Ainsi, l'augmentation continue des coûts d'approvisionnement d'Engie a pour conséquence de faire augmenter les tarifs du gaz calculé par la CRE. C'est dans ce contexte qu'en octobre 2021, la France connait une hausse historique de +12,6% HT sur le prix du gaz.

En 2022, le prix du gaz ne cessera de continuer d'évoluer à la hausse. En réponse à crise sur le marché de l'énergie, le prix du gaz a de nouveau augmenté en 2022. Néanmoins, aucune influence sur la facture du consommateur, grâce à la mise en place du bouclier tarifaire. À titre d'exemple, sans l'application du dispositif, le prix de vente des tarifs réglementés du gaz au 1ᵉʳ juin 2022 auraient été supérieurs de 48,70% TTC par rapport à octobre 2021.

De 2006 à 2019

L'évolution du prix du gaz naturel en France entre 2005 et 2018 a été caractérisée par des fluctuations à la fois à la hausse et à la baisse. Sur l'ensemble de cette période, les prix ont globalement augmenté de 64 %. Cependant, cette progression a été marquée par des variations significatives durant différentes périodes.

Entre 2005 et 2013, les tarifs réglementés du gaz naturel ont connu une augmentation record de 80 % pour les consommateurs particuliers. Cette hausse importante peut être attribuée à la libéralisation du marché énergétique en France en 2007, entraînant une augmentation continue des tarifs réglementés du gaz.

De 2013 à 2016, une réduction moyenne de 20% des prix du gaz est observable. Cette baisse a été provoquée par plusieurs facteurs, dont le passage de l'actualisation trimestrielle des tarifs à une actualisation mensuelle, permettant une répercussion plus rapide des baisses du cours du fioul lourd, du fioul domestique et du baril de Brent sur le prix du gaz. À cela, il est possible d'ajouter la baisse des coûts du gaz naturel liquéfié asiatique, du pétrole et des coûts approvisionnements sur les marchés énergétiques qui ont également contribué à cette diminution.

Influencé par l'accord de l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) sur la limitation de la production de pétrole, les tarifs réglementés du gaz sont repartis à la hausse entre 2016 et 2018. De plus, cette augmentation a été renforcée par l'augmentation de la TICGN en début d'année 2018.

Après une hausse d'environ 20 % des tarifs réglementés du gaz, 2018 a connu une baisse des prix en fin d'année suite à la surproduction de gaz naturel liquéfié de certains pays. En effet, cette surproduction n'a pas totalement été absorbée par la demande durant l'hiver en Chine et en Europe.

En France, les décisions prises par les pouvoirs publics avec l'avis de la CRE ont pour conséquences de faire fluctuer mensuellement le prix du gaz. Ces variations sont dépendantes de plusieurs facteurs, tels que les coûts de production, d'approvisionnement, de transport et de vente du gaz naturel. La formule d'évaluation des tarifs réglementaires du gaz prend également en compte le cours du pétrole. Ainsi, après une baisse significative en 2016, le prix du pétrole a progressivement augmenté en raison de la demande croissante de gaz pendant l'hiver.

2018 a été une année marqué par une augmentation du prix du gaz, notamment durant l'été. Cette augmentation s'explique par l'amortissement des investissements réalisés dans le réseau de gaz et à l'augmentation du tarif des hydrocarbures. De plus, de nombreuses raisons expliquent l'augmentation des tarifs réglementés du gaz de 2016 à 2018 comme l'augmentation des coûts d'approvisionnement. De plus, le cours du gaz sur les marchés de gros étant lié à celui du pétrole, l'envol de ce dernier de 2016 à 2018 explique la tendance à la hausse du tarif du gaz. Enfin, l'importance des investissements réalisés par GRTgaz pour moderniser ses infrastructures ont également contribué à cette augmentation du prix du gaz sur les marchés de gros.

Les prix du gaz sont également influencés par d'autres facteurs. Il est possible de prendre pour exemple les investissements dans le déploiement du compteur communicant Gazpar entièrement à la charge de GRDF, les nouvelles règles de stockage du gaz naturel ou encore l'augmentation des taxes, comme la hausse de 44% de la TICGN en janvier 2018. Effectivement, depuis 2005, la TICGN a augmenté de 565,4 %. Néanmoins, cet impôt assure l’octroi du chèque énergie d'une valeur maximale de 277 € pour les ménages en situation de précarité financière. Ainsi, l'ensemble de ces raisons ont contribué à l'envolée du prix du gaz en France.

En 2019, le prix du gaz a continué de fluctuer avec des baisses et des hausses selon les mois. Globalement, la tendance a été à la baisse avec une diminution de 11% sur l'année. Cette évolution s'explique par plusieurs facteurs, notamment le cours du gaz naturel sur les marchés de gros, le coût d'approvisionnement d'Engie et le terme fixe de lissage.

Le cours du gaz naturel sur les marchés de gros a eu une influence sur le prix du gaz en janvier, février, mars et juillet 2019, en compensant la hausse des taxes d'avril. Cependant, en novembre et décembre 2019, il a contribué à la hausse du prix du gaz.

Le coût d'approvisionnement d'Engie, correspondant au prix auquel Engie achète le gaz pour le revendre aux consommateurs, a entraîné une baisse du prix du gaz en août et septembre 2019, mais une augmentation en novembre et décembre 2019, influençant ainsi le prix du gaz.

Le terme fixe de lissage, mis en place en juillet 2019 pour lisser les variations du prix du gaz sur l'année, a eu un effet positif sur le prix du gaz de juillet à octobre 2019, mais un effet négatif en novembre et décembre 2019.