Vous êtes ici

Comment réduire sa consommation électrique ?

Électricité moins chère ? 09 73 72 25 00 (Service Selectra ; lundi - vendredi 8h/21h ; samedi 8h30/18h30)
Rappel immédiat et gratuit


Boutons on off

En France, la consommation d’électricité augmente doucement d'année en année. Elle s'explique en partie par la multiplication des appareils numériques dans les foyers ainsi que par l’utilisation croissante du chauffage électrique. Bien que les appareils soient de moins en moins énergivores et censés être plus écologiques, leur dimensionnement et leur durée d’utilisation - beaucoup plus longue qu’autrefois - sont à l’origine de l’augmentation des factures d’électricité.

Nous vous proposons ici quelques solutions pour alléger vos factures, sans pour autant avoir à changer votre mode de vie.


Un enjeu économique et environnemental majeur

Maison en bois dans la forêt

Avec une production nette de 546 TWh en 2015, la France fait partie des dix plus grands producteurs d'électricité au monde. L’électricité française est issue à 76,3% de centrales nucléaires en 2015 (2e rang mondial derrière les États-Unis). Les centrales thermiques, utilisant du charbon, du gaz naturel ou des dérivés du pétrole comme combustibles, représentent quant à elles 6,2% de la production nette totale d'électricité en France. Ces méthodes de production d’électricité sont pourtant extrêmement nocives pour l’environnement :

  • Les centrales électriques nucléaires ne produisent ni gaz à effet de serre ni produits chimiques. Toutefois la fission nucléaire produit des déchets dont certains demeurent hautement radioactifs pendant des milliers d’années.
  • Le charbon est, pour le moment, abondant et bon marché mais sa combustion dégage des sous-produits toxiques, très nocifs pour l'environnement. On peut notamment citer des gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone, le dioxyde de soufre qui est cause de pluies acides et qui attaque le système respiratoire ; des oxydes d'azote et des cendres volantes qui contiennent des toxines environnementales telles que l'arsenic.
  • Comparée au charbon, la combustion du gaz naturel produit 43 % d'émissions de dioxyde de carbone en moins. Toutefois, le gaz naturel contient du méthane, un gaz à effet de serre plus dangereux que le dioxyde de carbone. De même la combustion de gaz naturel produit du monoxyde de carbone et des oxydes d'azote. 
  • Le raffinage et la combustion du pétrole émettent également des gaz polluants tels que le monoxyde de carbone et le dioxyde de carbone.

La part des énergies renouvelables dans la production nette d'électricité en France atteint 16,2% en 2015. Les centrales solaires, les centrales géothermiques et les fermes éoliennes ne produisent ni gaz à effet de serre ni produits polluants. Néanmoins le coût des matériaux utilisés et de leur installation rend ces énergies renouvelables pour le moment plus coûteuses que celles produites par des combustibles fossiles et les centrales nucléaires.

Dès lors, la protection de l’environnement passe par la réduction de notre consommation d’énergie domestique. Au-delà de l’impact écologique, il y a également les effets de notre consommation sur notre facture d’énergie, et notamment d’électricité. En effet, dans un contexte de crise économique et à cause de l’augmentation fréquente des prix de l’énergie, deux tiers des français estiment que leurs factures d’énergie représentent une part importante de leur budget. Pourtant, il est possible de la réduire considérablement en adoptant des gestes simples au quotidien.

 

Source : Centre EDF R&D

Les gestes à adopter pour une meilleure utilisation des équipements électriques

La multiplication des équipements électriques dans les foyers a entraîné une augmentation progressive des dépenses d’électricité. Voici quelques conseils à appliquer au quotidien pour utiliser les appareils de manière intelligente et économe.

Les bons comportements à avoir en cuisine

Vitro céramique
  • Chauffer l'eau : privilégier la bouilloire plutôt que les casseroles pour faire bouillir de l'eau.
  • Cuisson des légumes : l’utilisation d’une cocotte minute permet une économie de 60 % par rapport aux casseroles.
  • Cuisson des aliments : les plaques à induction chauffant plus vite, elles offrent une économie d’électricité d'environ 50 % par rapport aux plaques classiques et de 30 % par rapport aux surfaces vitrocéramiques. Par ailleurs, nous recommandons d'utiliser des plaques de cuisson adaptées à la taille des ustensiles et de penser à couvrir les casseroles pour mieux garder la chaleur.
  • Réchauffer des plats : le four à micro-ondes consomme moins qu'un four classique, mais un four à chaleur tournante permet de cuire plusieurs plats en même temps. Un four combiné (four + micro-ondes) peut réduire la consommation d'électricité de 66 à 75%.

Notre conseil aviséUne plaque électrique ou un four continuent de chauffer après avoir été éteints. Il est donc possible d’exploiter cette chaleur lors des cuissons longues, en les éteignant quelques minutes avant la fin de cuisson.

Le choix d’appareils multimédias moins énergivores

À l’heure où les appareils multimédias se multiplient au sein des foyers, il est important de choisir des appareils peu énergivores.

  • Les téléviseurs à écran LCD consomment moins d'énergie que ceux à écran plasma.
  • Les ordinateurs portables nécessitent entre 50 et 80% d'énergie en moins que les postes fixes.
  • Les imprimantes à jet d'encre nécessitent entre 5 et 10W pour fonctionner, contre 200 à 300W pour les imprimantes laser.

Réfrigérateurs et congélateurs : les bons réflexes

Pour une utilisation écologique et économique de vos réfrigérateurs et congélateurs, voici quelques gestes simples à appliquer.

Refrigerateur
  • Installer le réfrigérateur ou congélateur dans une pièce au frais, loin d’une source de chaleur. Il est nécessaire de laisser un certain espace entre le mur et l’appareil afin que l’air circule.
  • Décongeler les aliments dans votre réfrigérateur : le froid émis par les aliments congelés rafraîchira les autres produits présents dans le réfrigérateur, ce qui entraînera une baisse de la consommation d’électricité de l’appareil.
  • Dégivrer le congélateur : quand le givre atteinte 3mm d'épaisseur, l’appareil peut augmenter sa consommation d’électricité de 30%.

Lave-vaisselle : les secrets pour baisser sa consommation

Le lave-vaisselle consomme également une quantité d’énergie considérable, mais cette quantité est assez facilement réductible en adoptant les bons réflexes :

  • Si la vaisselle n’est pas très sale, il est intéressant de faire tourner le lave-vaisselle sur le programme « éco » qui permet de réduire votre consommation d’électricité de 25 % grâce à un lavage avec une eau moins chaude ;
  • Si la quantité de vaisselle n’est pas suffisante, faire tourner l’appareil en demi charge permet de ne laver la vaisselle que d’un étage ;
  • Lancer le lave-vaisselle uniquement quand il est plein permet également faire des économies considérables.

Machine à laver et sèche-linge : quelques conseils à suivre

Prendre de bonnes habitudes pour l’utilisation de la machine à laver peut permettre de faire des économies considérables :

Machine à laver
  • Ne faire tourner la machine que quand elle est pleine, ou se servir de l’option « demi-charge » ;
  • Ne pas faire de pré-lavage ni d'essorage ;
  • Utiliser la fonction cycle « éco », qui permet de consommer jusqu’à 25 % de moins d’électricité ;
  • Nettoyer votre machine à laver avec du vinaigre blanc.

Le sèche-linge est extrêmement énergivore. Voici quelques conseils pour éviter une facture d’électricité trop importante :

  • Essorer le linge avant de le mettre dans la machine ;
  • Inspecter votre appareil à chaque lavage afin de vérifier que des poussières et tissus ne se soient pas amassés ;
  • Préférer les modèles à évacuation à ceux à condensation, qui consomment 10 à 20 % de plus.

Notre conseil aviséSi vous êtes amenés à acheter un nouvel appareil, choisissez un modèle de classe A+, A++, voire A+++. Ils consomment 20 à 60% de moins que les anciens appareils.

Éclairage : les solutions pour consommer moins

Ampoule LED
  • Profiter le plus possible de l’éclairage naturel peut faire gagner jusqu’à 1 h d’éclairage quotidiennement.
  • Remplacer ses ampoules incandescentes par des ampoules LED.
  • Installer des interrupteurs à minuteries pour les lieux de passage comme les couloirs.
  • Choisir la bonne intensité pour les ampoules : 15 à 20W par m² pour les pièces à vivre 10 à 15W par m² pour les pièces de passage et chambres.

Veille des appareils multimédias : l’ennemi de nos factures

Même éteints, les appareils audiovisuels sont généralement encore en veille. Cet état de veille peut représenter les 3/4 de la consommation de ces appareils. Afin de faire des économies, il est important de ne pas hésiter à les débrancher.

  • La veille d’un téléviseur coûte entre 5 et 15 € par an.
  • La veille d’un lecteur DVD ou BluRay reviennent entre 3 et 13 € sur une année.
  • La veille d’une console de jeu coûte à l'année entre de 2 à 10 €.
  • La veille d’un ordinateur revient entre 6 et 30 € pour un an.
  • La veille d’une cafetière coûte entre 2 et 4 € par an.
  • La veille de votre micro-ondes revient entre 3 et 20 € l'année.
  • La veille d’une box internet, une vingtaine d'euros par an.
  • De même pour les chargeurs de téléphone portable, d’ordinateur, d’appareils-photo qui, restés branchés, continuent de consommer de l’électricité.

Pour faciliter ces gestes au quotidien, l’utilisation de multiprises avec interrupteurs peut aider. Encore mieux, les prises coupe-veille bloquent l’arrivée du courant quand l’appareil est éteint.

Diminuer les dépenses liées au chauffage et au ballon d'eau chaude

Thermostat de chauffage

Le chauffage et l'eau chaude représentent près de 75% des dépenses d'énergie d'un foyer. Réduire la consommation d'électricité liée à leur fonctionnement est donc un enjeu crucial pour diminuer le coût des factures. Il existe plusieurs moyens efficaces pour diminuer la consommation d’électricité liée au chauffage : avoir un logement avec une bonne isolation thermique est important et l’entretien des équipements est nécessaire pour faire des économies.

De la même manière, des gestes simples permettent de réduire la consommation d’électricité due au chauffe-eau : régler la température du ballon d'eau chaude entre 55 et 60 °C et privilégier les douches aux bains peuvent ainsi diminuer la facture d’électricité.

Réduire sa facture sans changer ses habitudes de consommationEn s'ouvrant à la concurrence, le marché de l’énergie a permis à des fournisseurs alternatifs de lancer des offres souvent plus intéressantes que les tarifs réglementés d'EDF. Pour trouver la meilleure offre, il est recommandé de comparer en ligne les offres d’électricité.

Un logement écologique: les travaux d’économie d’énergie, pour aider à réduire la consommation d’électricité

Afin de faire de grandes économies d’énergie, et réduire sa consommation d’électricité efficacement et durablement, il est également conseillé de rénover le logement en effectuant des travaux d’économie d’énergie. Par ailleurs, pour ceux qui souhaitent acheter ou construire, le choix d’une maison à économie d’énergie peut également être fort intéressant.

L’éco-prêt à taux zéro

Maison et classes énergies

Dans un contexte où l’écologie et l’environnement reviennent au cœur des discours et actions politiques, l’Etat propose plusieurs aides afin de permettre aux particuliers d’engager des travaux de rénovation énergétique dans leur logement. Nous pouvons par exemple citer l’éco-prêt à taux zéro, qui permet à tous les propriétaires de bénéficier d’un prêt allant jusqu’à 30 000 € pour réaliser des travaux d’éco-rénovation. Les syndicats de copropriété peuvent également prétendre à ce prêt, pour un montant maximum s’élevant à 10 000 euros maximum par logement. Afin de bénéficier du prêt, il est nécessaire de faire appel à des professionnels RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) pour les travaux.

Voici les conditions pour obtenir un éco-prêt à taux zéro :

  • Les travaux doivent amener à une « performance énergétique globale » minimale du logement, calculée et déclarée par un bureau d’études thermiques ;
  • Les travaux doivent constituer un « bouquet de travaux», c’est à dire de combiner au moins deux catégories de travaux éligibles parmi les catégories ci-dessous :
    • Isolation de la toiture ;
    • Isolation des murs extérieurs ;
    • Remplacement des portes, fenêtres et portes-fenêtres extérieures
    • Installation ou remplacement de systèmes de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire performants ;
    • Installation d’un système de chauffage utilisant une source d’énergie renouvelable ;
    • Installation d’équipements de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable.

Si des travaux complémentaires sont nécessaires, ils peuvent en partie être pris en compte pour le calcul du montant du prêt. Toutefois, ceux-ci ne peuvent constituer un « bouquet de travaux ».

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique

Nous pouvons également mentionner le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), adressé aux propriétaires occupants et aux locataires, et qui permet de déduire des impôts 30% des dépenses d’équipements et de main d’œuvre pour certains travaux de rénovation énergétique.

Les foyers qui souhaitent investir dans l’achat et la construction d’une maison peuvent également envisager l’acquisition d’une maison écologique. En effet, aujourd’hui, le marché de l’habitat sain et respectueux de l’environnement a le vent en poupe. Trois éléments clés entrent en jeu dans la construction des ces logements : la performance énergétique (isolation performante, utilisation d’énergies renouvelables, implantation dûment pensée, donc économies substantielles en chauffage et en électricité), la santé et le bien-être (utilisation de matériaux non toxiques, qualité de l’air intérieur, etc.), et le respect de l’environnement (implantation selon des principes bioclimatiques, utilisation de matériaux naturels, etc.).

Toutefois, force est de constater qu’un logement écologique est de 10 à 20% plus cher qu’un logement traditionnel à l'achat. Ce surcoût écologique peut pourtant être atténué par la diminution considérable des charges dans ce type de construction.

Le mot de l'expert

Selon la situation et les projets de chaque foyer, diverses alternatives sont ainsi envisageables afin de réduire la facture d’électricité : de ces gestes simples à appliquer au quotidien, à l’acquisition d’un habitat écologique, en passant par la réalisation de travaux d’éco-rénovation ou l’achat d’appareils de classe A+++. La baisse de la consommation d’énergie, et donc des dépenses, est dès lors réellement à la portée de tous.

Photo d'Anne-MurielAnne-Muriel Rahaingonjatovo
Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus