Évolution prix électricité : Quelle tendance en France ?

L’évolution du tarif réglementé de vente ou tarif bleu de l'électricité commercialisé par EDF a une influence directe sur le prix appliqué par les fournisseurs alternatifs français. Retour sur l’évolution prix électricité, ses hausses et ses baisses durant les dix dernières années en France et les pistes pour s'en prémunir à l'avenir.


Une évolution du prix de l’électricité à la hausse depuis plus de 10 ans

Une augmentation de presque 50% en 10 ans

Publiée en avril dernier, une nouvelle étude de l’Insee affirme que depuis 2007, l'évolution du prix de l’électricité en France a augmenté d’environ 43,6%.

Sur ces dix dernières années (hormis pour 2016), les prix de l'électricité ont nettement augmenté et cette hausse a tendance à se poursuivre.

Evolution prix électricité (EDF) depuis 2006

Détail de l’évolution du prix de l'électricité sur les trois dernières années

Évolution du prix de l'électricité en 2019

La dernière hausse du prix de l'électricité a été appliquée le 1er août dernier. Cette augmentation de 1,23% par rapport aux tarifs fixés en juin 2019 est justifiée une nouvelle fois par la hausse des coûts de distribution et d'entretien du réseau électrique français.

Suite au mouvement social secouant la France depuis octobre 2018, le Premier Ministre Edouard Philippe annonçait en décembre 2018 le gel des tarifs de l'électricité et du gaz jusqu'en mai 2019.

La plus forte hausse enregistrée depuis la libéralisation du marché de l'énergie a donc été reportée au 1er juin 2019 avec une augmentation de 5,9%. Cette hausse historique est due à l’augmentation des prix de gros sur les marchés de l'électricité. En effet, avec une demande totale record de 132,93 TWh, le fournisseur historique devait revoir son prix à la hausse.

 

Évolution du prix de l'électricité en 2018

Le 11 janvier 2018, l'augmentation des prix de l'électricité impacte 27 millions de Français clients d'EDF en s’élevant pour février 2018 à 0,7% HT pour les particuliers.

De plus, pour les résidents de Corse et d'Outre-mer, cette hausse s’est élevée entre 1% et 1,2%. La CRE justifiait alors cette augmentation par la hausse des coûts engendrés dans le cadre de la transition énergétique.

De plus, la révision du Tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité (TURPE) est également à prendre en compte puisqu' ENEDIS est tenu depuis le 1er janvier 2018 de rémunérer les fournisseurs d’électricité concernant certains services de gestion du réseau électrique.

Évolution du prix de l'électricité 2017

Au 1er août 2017, l’augmentation du prix du KWh d'électricité est de +1,7% (hors-taxes) est due à la hausse des coûts de production d’EDF et au rattrapage des coûts depuis 2012.

En effet, l'augmentation débutée cette année-là n'avait pas été suffisante pour couvrir les coûts du fournisseur historique. Afin de rattraper ce manque à gagner, le précédent gouvernement décide de lisser le rattrapage sur plusieurs années pour limiter une augmentation trop brutale du coût de l'énergie.

L’année 2017 fut la dernière année de rattrapage. Ce lissage graduel ayant permis de solder les 190 millions d'euros de manque à gagner du fournisseur historique.

De plus, le gestionnaire du réseau de distribution ENEDIS a également modifié ses prix cette année-là avec une augmentation moyenne de 0,2%.

Qui est en charge de l’évolution du tarif réglementé ?

Le tarif réglementé de l'électricité (ou Tarif Bleu EDF) est déterminé par la Commission de Régulation de l’énergie (CRE) en corrélation avec les pouvoirs publics français. En effet, depuis 2015, c'est la Commission de Régulation de l’énergie ou CRE qui fixe chaque année le tarif réglementé d'EDF sur avis du gouvernement et des ministres en charge de ces questions (ministres de l'économie et de l'énergie).

Ainsi, l’État français conserve tout de même un rôle décisionnel dans la détermination du prix de l'énergie.

La libéralisation du marché de l’énergie en 2007 a vu émerger de nouveaux acteurs sur ce marché autrefois détenu uniquement par EDF. Ces nouveaux arrivants ont désormais la possibilité de fixer librement leurs tarifs qui restent le plus souvent déterminés directement par rapport au prix du tarif bleu.

Comment est calculé le tarif bleu EDF ou tarif réglementé de vente de l’électricité ?

Une méthode de calcul appelée méthode de calcul « par empilement » détermine de façon relativement complexe le tarif réglementé de vente de l’électricité en France.

Plusieurs coûts sont ainsi pris en charge dans cette méthode de calcul :

  • La production de l'électricité par l'ARENH via les centrales électriques EDF (à 70%), mais également le marché de gros (30%) ;
  • Le TURPE permettant de prendre en compte l’acheminement de l'électricité par les réseaux de transport (géré par la RTE) ainsi que la distribution de l’énergie par le gestionnaire de distribution (ENEDIS) ;
  • Les compléments nécessaires à couvrir les consommations de pointe à certaines périodes de l’année ;
  • La commercialisation de l'électricité par le fournisseur historique.

Quelle est la fréquence d’évolution des prix de l'électricité en France ?

Calculé au maximum tous les six mois : au 1er janvier et 1er août de chaque année, le tarif réglementé d'EDF peut évoluer jusqu'à deux fois par an au maximum. Basés sur ce tarif, la plupart des prix des fournisseurs suivent également ces évolutions et ne modifient leurs grilles tarifaires que lorsque le fournisseur historique le fait.

Les clients de ces fournisseurs alternatifs abonnés aux offres indexées sur le tarif règlementé de vente sont également impactés par ces évolutions. En effet, de nombreux fournisseurs alternatifs (Engie, Eni, Total Direct Energie, etc) indexent le plus souvent à la baisse leurs tarifs sur ceux du fournisseur historique.

Fournisseur historique VS Fournisseurs alternatifsÀ l'inverse de ses concurrents, le fournisseur historique n’a pas la possibilité de fixer librement ses prix de vente concernant le tarif réglementé alors que les fournisseurs alternatifs ont quant à eux la possibilité de faire varier ces prix jusqu'à une fois par mois (offres de marché VS tarif réglementé de vente d'EDF).

Quelques baisses du prix de l’électricité

Baisse du prix de l'électricité en août 2018

Au 1er août 2018, le tarif réglementé de vente a été revu à la baisse par la Commission de régularisation de l’énergie, en reculant le tarif Bleu de 0,5% en moyenne (avec une baisse de 0,8% du tarif bleu en option base et de 0,1% en option double tarif).

Baisse du prix de l'électricité en août 2016

Due à une hausse des taxes de l’électricité, les prix augmentent d'environ 2% au 1er janvier 2016. En effet, la taxe permettant de couvrir les frais d'EDF, la CSPE, prend de l'ampleur dans la facture finale d’énergie.

Malgré cette évolution, les tarifs réglementés de vente évoluent à la baisse au 1er août 2016 en diminuant de 0,5% pour les particuliers et de 1,5% pour les professionnels. Cette baisse est la première baisse du tarif réglementé enregistrée depuis l'année 2000.

Cette diminution des tarifs s’explique notamment par l'effondrement des prix de l'électricité sur les marchés de gros due à ce moment là au développement des énergies vertes et à une demande constante.

Cette chute des prix de l'électricité permet en 2016 aux clients des tarifs réglementés d'EDF de bénéficier d’une baisse des tarifs de l’électricité en France.

Quelles sont les raisons de ces évolutions du tarif réglementé de l’électricité ?

Sur ces dix dernières années, les augmentations successives du prix du KWh d'électricité (hors 2016) ont eu de multiples causes.

La facture finale d’électricité prend en compte plusieurs aspects :

  • Maintenance du réseau électrique ;
  • Soutien et développement des énergies renouvelables ;
  • Sécurisation des centrales nucléaires vieillissantes ;
  • Allongement de leur durée d'exploitation, etc.

Entretenir les centrales nucléaires françaises

Afin de moderniser les installations du parc nucléaire français, de lourds investissements sont actuellement en cours et devrait coûter au minimum 55 milliards d'euros. De plus, le coût de l'EPR de Flamanville pourrait dépasser les 10 milliards d'euros et doubler le prix initialement fixé par EDF.

Le fournisseur historique est également lancé dans un grand chantier de rénovation de son parc de centrales nucléaires avec pour objectif d’allonger la durée de vie des réacteurs à 60 ans. De plus, suite à la catastrophe naturelle de Fukushima, ce dernier est tenu de se conformer aux nouvelles normes de sûreté.

Financer la transition énergétique

Avec les accords pris auprès de l'Union européenne, la France vise 23% d'énergie renouvelable d'ici à 2020 et 40% en 2030. Pour encourager la production d'énergie renouvelable et d'électricité verte (solaire et éolienne par exemple) sur son territoire, l'Etat français oblige désormais le fournisseur historique d'électricité à racheter l'électricité verte produite par de petits producteurs d’énergie renouvelable à un tarif supérieur au prix classique d'un kWh.

De plus, des contrats d'achat garantissent ce prix entre 15 à 20 ans.

Par exemple, en 2009, le rachat de l’électricité photovoltaïque était de 60 cts€/ kWh, au 1er janvier 2016, le prix de rachat de l'électricité variait entre 13,13 cts€/kWh et 25,01 cts€/kWh. Toutefois, ces tarifs de rachat ont depuis baissé afin de diminuer les coûts d'installation des panneaux solaires et d’améliorer la rentabilité des structures.

Le rachat de cette énergie renouvelable représente une part importante de la facture finale du consommateur, via notamment les augmentations de la CSPE.

Le paradoxe du marché de gros de l'électricité

Afin de permettre aux fournisseurs alternatifs de se faire une place sur le marché de l’énergie en proposant des tarifs compétitifs, la loi NOME de 2010 a mis en place l'ARENH permettant d'acheter à EDF 1 MWh d'électricité nucléaire à 42 €. Cet accord-cadre est ainsi signé entre EDF et ses principaux concurrents.

Or, depuis 2015, les prix du marché de gros sont inférieurs à ceux proposés par EDF et les fournisseurs délaissent de plus en plus l'ARENH. Il devient donc plus rentable pour un fournisseur alternatif de se fournir directement auprès du marché européen de l'électricité qu'auprès d'EDF.

Augmentation forte de la CSPE de 2002-2019

La Contribution au Service Public de l’Electricité ou CSPE est la taxe de l’électricité qui influence le plus la facture d’énergie. En une quinzaine d’années, cette taxe a connu une très forte augmentation : 3€ par MWh en 2002, 22,5€ en 2016.

  • À quoi sert la CSPE ?
  • Avec pour objectif de financer plusieurs éléments liés aux charges du service public, la CSPE participe à alimenter le budget du Médiateur National de l’Energie, autorité indépendante en charge de la protection des consommateurs en cas de litige ;
  • La CSPE permet également de compenser les frais avancés pour financer le TPN, le Tarif de Première Nécessité, le tarif spécial d’électricité proposé aux foyers les plus démunis ;
  • Cette taxe compense également la production d’électricité dans les îles françaises – la Corse et l’Outre-mer – qui a un coût plus élevé que la production d’électricité en Métropole ;
  • Enfin, la Contribution au Service Public de l’Électricité est utilisée par les fournisseurs historiques d’électricité pour le rachat de l’électricité issue de productions vertes d’origine renouvelable.

Les autres taxes applicables à l'électricité

Les taxes sur l’électricité (CSPE, TCFE, CTA) sont les mêmes pour tous les fournisseurs et représentent environ 30% de la facture d’électricité des particuliers français. Cette partie incompressible ne laisse que peu de marge aux fournisseurs alternatifs pour proposer des tarifs moins chers qu’EDF.

Les taxes de l’électricité :

  • Comme vu plus haut, la CSPE (Contribution au service public de l'électricité) a vocation à couvrir notamment les obligations de service public, comprenant notamment le soutien au développement des énergies renouvelables ;
  • La TCFE (Taxe sur la consommation finale d'électricité) est une taxe locale prélevée pour le compte du département et de la commune ;
  • La CTA (Contribution tarifaire d'acheminement) s'applique sur la part fixe de la facture et non sur le prix du kWh ;
  • La TVA à 20% s'applique sur le prix du kWh HT, la CSPE et la CTA, et la TVA à 5,5% s'applique sur la CTA et le prix de l'abonnement.

Hausse des coûts d’acheminement dus au compteur Linky

Depuis septembre 2011 le gestionnaire de réseau ENEDIS s'est engagé à installer 35 millions de compteurs Linky chez les particuliers et ce jusqu’en 2021. Une pose de 14 000 compteurs chaque jour à travers le pays en 2017 puis 25 000 pour 2018 et 2019.

Des milliards d'euros ont été investis chaque année dans les réseaux respectifs de transport et de distribution français afin d’entretenir le plus long réseau électrique. Le déploiement des compteurs Linky sur le territoire national fait partie des grands projets du gestionnaire de réseaux.

Avec un coût estimé à 7 milliards d'euros d'ici à 2022, l’installation des compteurs intelligents permettra à terme la réalisation d’économies en limitant notamment les interventions à domicile et en améliorant la gestion de la consommation d’énergie française.

Comment éviter de subir ces évolutions du prix du kWh ?


Choisir une offre à prix fixe

Concurrents directs du fournisseur historique EDF, les fournisseurs alternatifs français ont quant à eux la possibilité de décider librement du prix HT de l'électricité qu'ils fournissent en offres « de marché ».

Ces offres de marché sont de deux types :

  • Les offres de marché à prix indexé. Ces offres voient leur prix évoluer directement en fonction du tarif réglementé de vente du fournisseur historique. Ces offres garantissent aux consommateurs un pourcentage de remise directement indexé sur le prix du kWh HT du Tarif Bleu d’EDF. Ces offres évoluent donc régulièrement en fonction du prix du Tarif Bleu d'EDF ;
  • En revanche, les offres à prix fixe garantissent quant à elle un prix HT qui sera bloqué pendant la durée du contrat (entre une et quatre années selon l'offre et le fournisseur d’énergie).

Afin de réaliser des économies sur la facture d’électricité, Selectra recommande de souscrire préférentiellement à une offre d'électricité à prix fixe.

En effet, les offres à prix fixe évitent les hausses brutales du tarif réglementé de l'électricité pendant toute la durée du contrat (qui peut s'étaler sur une à quatre années).

En revanche, le consommateur continue tout de même à être impacté par les évolutions possibles des taxes et des contributions qui restent les mêmes pour l'ensemble des fournisseurs d'énergie.

Infos et Souscription offres à prix fixes Appeler Selectra au 09 73 72 25 00 (rappel gratuit)

Participer à un achat groupé avec Selectra

Participer à un achat groupé d'électricité permet au consommateur particulier de bénéficier d'une offre exceptionnelle afin de faire baisser sa facture d'énergie.

  • Plusieurs consommateurs souscrivent à un achat groupé ;
  • Plus le nombre de consommateurs est élevé, plus les réductions négociées seront importantes. L'impact d'un achat groupé dépend donc directement du nombre de signataires ;
  • L'intermédiaire négocie une offre avec le ou les fournisseurs ;
  • Une proposition est faite aux consommateurs particuliers qui auront ensuite le choix de souscrire ou non à l'offre proposée. 

Ce système gagnant-gagnant permet aux fournisseurs d'électricité de développer leur portefeuille client et aux consommateurs de bénéficier d'une réduction non négligeable sur leurs prochaines factures (exemple de l'achat groupé avec WWF France).

 

Contacter un comparateur de fournisseur d'énergie

Pour trouver une offre plus compétitive, il est aussi possible de comparer les différents tarifs pour l'électricité, que proposent les fournisseurs. Pour cela, les consommateurs peuvent utiliser le comparateur de Selectra (gratuit) qui regroupent toutes les offres du marchés :

Électricité moins chère ? Jusqu'à 200€/an d'économies en comparant les prix09 73 72 25 00 (Selectra, lundi-vendredi 8h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h)
Rappel gratuit Annonce

Mis à jour le