Isolation thermique : méthodes, réglementation, coûts

Réduisez votre facture d'électricité et de gazPour faire des économies, changez de fournisseur en contactant un conseiller Selectra au :
☎️ 09 73 72 25 00
Rappel immédiat et gratuit

Profitez de --% de réduction sur le prix de votre électricitéAvec Mega Energie, profitez d'une remise sur le prix du kWh par rapport au tarif réglementé d'EDF.
Souscrire en ligne - Rappel gratuit

L'isolation thermique a pour objectif de supprimer les pertes de chaleur dans un logement. Les avantages sont nombreux : réduction des besoins en chauffage, et par ricochet des dépenses et consommations énergétiques, amélioration du confort thermique de la maison, augmentation de la valeur du logement sur le marché immobilier, etc. L'isolation thermique est par conséquent une priorité lorsqu'on parle de rénovation énergétique. Toutes les zones d'une maison peuvent être isolées, du toit au plancher, en passant par les murs.


Isolation thermique : pourquoi est-ce si important ?

isolation thermique

L'isolation thermique permet de réduire, voire supprimer, les transferts de chaleur entre l'intérieur et l'extérieur d'un logement. Autrement dit, un logement bien isolé maintient la chaleur dans la maison en hiver, ou l'en protège en été. Bien au-delà du confort, l'isolation thermique a des enjeux économiques et écologiques. Effectuer des travaux d'isolation permet à un foyer de réduire considérablement sa consommation de chauffage, et donc ses dépenses énergétiques. Sans oublier qu'en consommant moins d'énergie, le logement réduit aussi ses émissions de gaz à effet de serre.

Les pertes de chaleur peuvent être plus ou moins importantes selon les zones de l'habitation. D'après les estimations de l'Ademe, on constate que :

  • 25 à 30 % des pertes de chaleur viennent du toit ;
  • 20 à 25 % viennent des murs ;
  • 10 à 15 % viennent des fenêtres ;
  • 7 à 10 % viennent des planchers bas ;
  • 5 à 10 % viennent du sol.

Réaliser un bilan thermique pour repérer les déperditions de chaleur Un bilan thermique est une étape indispensable avant d'effectuer des travaux d'isolation dans un logement. En effet, c'est cette démarche qui permet d'identifier les améliorations énergétiques dont le logement a besoin. Le bilan thermique établit donc une liste des travaux d'isolation préconisés, ainsi que ceux à faire en priorité pour réduire la consommation énergétique et les émissions de CO2 de l'habitation. Cette prestation coûte entre 500 et 1000€ en moyenne, et peut être couverte par les aides de l'État pour la rénovation énergétique.

Quelles sont les méthodes d'isolation thermique ?

L'isolation thermique peut porter sur plusieurs zones de la maison, et différentes méthodes d'isolation existent pour chacun de ces postes. Le professionnel chargé des travaux choisira la technique d'isolation idéale en considérant la configuration du logement, les réglementations autour des travaux, les résultats attendus par le client, le budget, etc.

  1. Isolation thermique des murs
  2. Isolation thermique du sol
  3. Isolation thermique du plafond
  4. Isolation thermique du toit

Isolation thermique des murs

Comme expliqué plus haut, les murs représentent la deuxième plus grande source de pertes de chaleur dans un logement. Il existe trois principales méthodes d'isolation des murs :

 L'isolation des murs par l'intérieur (ITI) : cette méthode consiste à installer des panneaux isolants directement sur les murs intérieurs de la pièce à isoler. Cette solution est généralement moins contraignante et moins chère, mais elle vous fait perdre de l'espace dans votre maison ;

 L'isolation des murs par l'extérieur (ITE) : il existe différentes méthodes d'isolation des murs par l'extérieur, dont la technique sous bardage où l'on installe l'isolant sur une ossature en bois avant de le recouvrir de lames ; la technique sous enduit, où l'isolant est fixé directement sur la façade puis recouvert de couches d'enduit ; et la technique sous vêture, qui consiste à installer des panneaux d'isolant directement sur le mur extérieur. L'isolation par l'extérieur est avantageuse, car elle n'impacte pas la surface intérieure de la maison. Toutefois, elle implique une modification de l'aspect intérieur de l'habitation et peut nécessiter une autorisation de travaux. A savoir toutefois que l'article L152-5 du Code de l'urbanisme facilite l'obtention de l'autorisation administrative par l'autorité compétente pour les travaux d'isolation, en dérogeant aux règles du PLU (plans locaux d'urbanisme) ;

 L'isolation des murs creux : la plupart des habitations construites pendant une bonne partie du 20e siècle disposent d'un double mur, qui comporte un creux au milieu. Il est possible d'isoler ce creux en forant des trous dans la façade, afin d'y injecter de l'isolant.

💡 Quel est le meilleur isolant thermique pour les murs ?

Le choix de l'isolant thermique dépend bien sûr de la méthode d'isolation choisie :

  • Pour une isolation des murs par l'intérieur : il peut être intéressant de se tourner vers les PMR ou Produits Minces Réfléchissants, qui sont des panneaux fins (faisant entre 3 et 50 mm d’épaisseur) afin de limiter la perte d'espace à l'intérieur du logement. Ce sont des panneaux composés de fines couches de matériaux isolants comme la mousse plastique, le polyéthylène à bulle, etc. ;
  • Pour une isolation des murs par l'extérieur : comme il n'y a pas de contrainte d'espace, la plupart des matériaux isolants peuvent être utilisés pour isoler les murs par l'extérieur. On préfèrera toutefois les panneaux isolants rigides en laine de verre, en laine de roche ou encore en fibre de bois ;
  • Pour une isolation des murs creux : il faut choisir un isolant que l'on peut injecter dans le mur. Dans ce cas, les choix disponibles sont par exemple, la laine de verre, la mousse polyuréthane ou encore les billes de polystyrène expansé.

Isolation thermique du sol

Une bonne isolation thermique du sol permet de réaliser entre 5 et 10 % d'économies sur les factures de chauffage. Il existe deux méthodes d'isolation utilisables selon que le logement dispose d'une cave ou non :

 L'isolation du sol par la cave : si vous disposez d'une cave ou d'un vide sanitaire, vous pouvez isoler le sol de votre logement simplement en posant un isolant sur le plafond de cette cave. C'est la méthode la plus simple, car elle évite de démolir le plancher existant ;

 L'isolation du sol par la dalle : cette technique consiste à démolir le sol existant pour y poser de l'isolant avant de le recouvrir avec un nouveau revêtement. Elle nécessite donc des travaux importants et laborieux. Il est aussi possible de poser l'isolant directement sur le sol existant, puis poser un nouveau revêtement par dessus, mais l'isolant choisi devra être très fin tout en étant très performant.

💡 Quel est le meilleur isolant thermique pour le sol ?

Différents choix de matériaux existent pour l'isolation du sol, mais le choix doit dépendre de la technique d'isolation envisagée, ainsi que de la configuration du logement :

  • Les panneaux isolants rigides de polystyrène expansé (PSE) sont de très bons isolants pour le sol, car ils sont résistants à l'humidité. C'est un critère particulièrement essentiel pour une isolation par la cave ;
  • La mousse polyuréthane projetée est recommandée dans le cadre d'une isolation par la cave, lorsque le plafond est difficilement accessible (avec des canalisations qui en compliquent l'accès par exemple). C'est aussi un isolant peu épais, et donc idéal pour une isolation du sol par la dalle.

Isolation thermique du plafond

En ce qui concerne l'isolation thermique du plafond, on distingue deux méthodes principales, en fonction du type de plafond :

 Les plafonds tendus ou collés : cette technique consiste en la pose d'un isolant mince sur le plafond existant, avant de le recouvrir d'un revêtement décoratif. C'est une solution qui a l'avantage d'être esthétique, car il y a de multiples combinaisons, couleurs et designs au choix ;

 Les plafonds suspendus ou faux plafonds : il s'agit de recouvrir le plafond existant avec un faux plafond que l'on installe sur une ossature métallique, et d'insérer l'isolant au milieu. Le principal inconvénient de cette technique est qu'elle réduit l'espace sous plafond. Cependant, elle a aussi ses avantages : vous pouvez par exemple y dissimuler plus facilement les fils électriques et canalisations, ou encore y installer des luminaires encastrés.

💡 Quel est le meilleur isolant thermique pour le plafond ?

Quasiment tous les matériaux isolants sont compatibles à une isolation du plafond, mais certains sont plus recommandés que d'autres pour de meilleurs résultats :

  • Pour un plafond tendu, il faut de préférence utiliser un isolant mince et rigide. Les meilleurs exemples sont les rouleaux de liège, d'aluminium ou de polyuréthane, d'autant plus que ce sont des isolants qui peuvent être enduits ou peints ;
  • Pour un faux plafond, un isolant épais est préconisé, afin de pouvoir remplir la zone de vide entre le plafond existant et le faux plafond. Plusieurs couches de laine de roche ou de verre sont par exemple d'excellents choix. Pour un impact écologique minime, on préfèrera des isolants végétaux comme le chanvre ou des isolants écologiques comme la ouate de cellulose.

Isolation thermique du toit

💡 Quel est le meilleur isolant thermique pour le toit ?

Comme la toiture laisse échapper une importante quantité de chaleur, il est essentiel d'utiliser un isolant très performant pour l'isolation de la sous-toiture et des combles. Parmi les matériaux les plus efficaces et ayant un faible impact environnemental, on peut citer la laine de verre et la laine de roche (qui sont des isolants minéraux), et la laine de chanvre (qui est un isolant végétal).

Comme l'air chaud a tendance à monter vers le toit de la maison, c'est au niveau de la toiture que l'on constate les déperditions de chaleur les plus importantes. C'est donc généralement la zone à isoler en priorité. Les méthodes utilisées dépendent de la toiture et des combles :

 L'isolation des combles perdus : lorsque les combles ne sont pas aménageables, le professionnel choisit soit de souffler des isolants, soit d'installer des panneaux ou des rouleaux d'isolants sur le plancher des combles ;

 L'isolation des combles aménagés : pour des combles aménagés ou aménageables, les méthodes sont nombreuses, étant donné qu'ils ne présentent généralement pas de contraintes d'accès. Il est notamment possible d'isoler les combles par l'intérieur avec des rouleaux ou panneaux d'isolants entre les chevrons, ou par injection d'un isolant sous pression en vrac. On peut également opter pour une isolation de la toiture par l'extérieur, et dans ce cas, on pose des panneaux isolants protégés par des parements directement sur la charpente.

Réduisez votre facture d'électricité et de gazPour faire des économies, changez de fournisseur en contactant un conseiller Selectra au :
☎️ 09 73 72 25 00
Rappel immédiat et gratuit

Quelle est la réglementation en termes d'isolation thermique ?

isolation thermique réglementation
  1. La réglementation thermique RT2012
  2. Le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE)

La réglementation thermique RT2012

Les avantages de l'isolation thermique sont indéniables. Surtout qu'en France, beaucoup de maisons ont été construites avant la première réglementation thermique (RT) de 1974 - période du premier choc pétrolier. Ainsi, en l'absence de réglementations précises sur les consommations énergétiques et les performances thermiques, ces habitations sont très énergivores, avec des murs, des planchers et des combles très peu isolés. Mais aujourd'hui, la réglementation RT2012 est en vigueur. Elle se base sur des exigences strictes auxquelles seuls les logements bien isolés peuvent répondre. Il s'agit de :

  1. La consommation d'énergie primaire, dont la limite est fixée à 50 kWhEP/(m²/an) (norme Bâtiment Basse Consommation - BBC) ;
  2. La température maximale atteinte suite à un épisode de 5 jours consécutifs de fortes chaleurs en été, limitée à 26 °C en moyenne suivant les régions ;
  3. Le coefficient de besoin bioclimatique (Bbio), ou l'efficacité énergétique du bâti, dont la limite dépend de la localisation géographique de la construction. A savoir que depuis la RT2012, la validation du permis de construire est soumise au respect d'un Bbio inférieur au seuil en vigueur dans sa région.

Le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE)

Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) est un document devenu obligatoire en 2006 dans le cadre de la vente ou de la location d'une maison. Le DPE a été instauré dans le but d'informer les acquéreurs et les locataires de la valeur verte d'un logement, en leur donnant accès à des informations sur sa performance énergétique et climatique. Ce document doit être joint au dossier de diagnostic technique (DDT). Voilà pourquoi les maisons bien isolées ont désormais plus de valeur sur le marché immobilier.

Le DPE doit être effectué par un organisme ou un diagnostiqueur accrédité par le Comité français d'accréditation (COFRAC). A l'issue du diagnostic, le logement se voit attribuer une étiquette énergie allant de A (pour les mieux isolés et donc les moins énergivores) à G (pour les passoires thermiques). Selon le ministère de la Transition écologique, le but sera à termes d'interdire sur le marché locatif les logements classés G à compter de 2025, ceux classés F à compter de 2028 et ceux classés E à compter de 2034.

Quel coût prévoir pour isoler thermiquement son logement ?

isolation thermique prix

Avec autant de méthodes d'isolation et de matériaux isolants disponibles, il est très difficile de chiffrer précisément les coûts à prévoir pour l'isolation thermique d'un logement. De plus, tous les professionnels n'appliquent pas les mêmes prix. Dans tous les cas, il est préférable de demander plusieurs devis pour pouvoir comparer les prix et services proposés.

  1. Le prix des travaux
  2. Le prix de l'isolant

Le prix des travaux

Le prix des travaux varie en fonction de la zone à isoler, de la méthode d'isolation thermique utilisée, ainsi que des tarifs appliqués par l'artisan. Ci-dessous quelques fourchettes de prix, constatées sur une sélection de sites d'entreprises spécialisées en rénovation énergétique :

Fourchette de prix des travaux d'isolation thermique en 2022
Type de travaux Méthode d'isolation Prix par m²
Isolation des murs Isolation des murs par l'intérieur 40 à 80 €
Isolation des murs par l'extérieur 80 à 120 €
Isolation du sol Isolation par la cave 3 à 15 €
Isolation de la toiture Isolation des combles perdus A partir de 10 €
Isolation des combles aménagés A partir de 60 €

Le prix de l'isolant

En plus des prix des travaux, il faut évidemment tenir compte du prix des matériaux. En fonction du type d'isolant, les prix peuvent varier considérablement. De plus, les coûts sont aussi différents selon l'épaisseur du matériau. Ci-dessous quelques indications de prix des isolants les plus utilisés ou recommandés :

Prix indicatifs des isolants
Isolant Épaisseur en cm Coût par m²
Laine de bois 19,75 34,56 €
Laine de roche 21,5 13,01 €
Laine de verre 20,5 10,39 €
Chanvre 20,75 26,56 €
Polystyrène expansé 17 15,87 €
Polyuréthane 12,5 39,58 €
Liège expansé 19,25 50,44 €
Ouate de cellulose 19,75 35,90 €
Laine de mouton 20 30,80 €
Paille 32,5 6,19 €

Quelles aides de l'Etat pour financer des travaux d'isolation thermique ?

Le gouvernement encourage les particuliers à réaliser des travaux pour améliorer la performance énergétique de leur logement. L'isolation thermique fait partie des travaux de rénovation pour lesquels les pouvoirs publics mettent en place des dispositifs d'aide au financement. Ces dispositifs sont :

  • MaPrimeRénov : MaPrimeRénov est une aide accordée par l'Anah et ouverte à tous les propriétaires bailleurs ou occupants qui souhaitent réaliser des travaux d'isolation dans leur logement. Le montant de l'aide varie en fonction des ressources du demandeur ;
  • La prime énergie : elle est accordée par des entreprises de l'énergie, dans le cadre des Certificats d'Economies d'Energie. Son montant varie donc selon le fournisseur et les travaux à effectuer. La bonne nouvelle est qu'elle est cumulable avec MaPrimeRénov. A noter que le dispositif des CEE a évolué en début d'année 2022. Ses nouvelles conditions incluent la suppression de l'isolation à 1 € ;
  • La TVA réduite : qui permet de bénéficier d'une TVA réduite à 5,5 % appliquée directement sur la facture de travaux ;
  • L'éco-PTZ : un prêt à taux nul accordé par la plupart des banques à destination des ménages souhaitant effectuer des travaux de rénovation énergétique. Le montant du prêt peut aller jusqu'à 50 000€, en fonction du nombre de travaux à réaliser ;
  • Le programme MaPrimeRénov Sérénité : une autre aide de l'Anah, qui consiste cette fois-ci à financer un ensemble de travaux qui apportent une amélioration minimale de 25% de la performance énergétique du logement. Ce dispositif est réservé aux propriétaires et syndicats de propriétaires aux revenus modestes.

Réduisez votre facture d'électricité et de gazPour faire des économies, changez de fournisseur en contactant un conseiller Selectra au :
☎️ 09 73 72 25 00
Rappel immédiat et gratuit

Mis à jour le