Quelles fenêtres pour des travaux de rénovation énergétique ?

Mis à jour le
minutes de lecture

Pour éviter les pertes de chaleur dans son logement, il est nécessaire de réaliser des travaux d'isolation de ses fenêtres. Cela consiste notamment à faire installer des fenêtres double vitrage ou triple vitrage. Toutes les menuiseries et tous les types de vitrage sont envisageables, mais il faut savoir que certaines fenêtres sont plus performantes que d'autres, selon les caractéristiques du logement et les résultats attendus. Quelles fenêtres choisir, et surtout comment faire le bon choix ? Réponses dans notre guide.

Quelle fenêtre pour l’isolation thermique ?

Il convient d'abord de rappeler qu'il existe 3 matériaux principaux pour améliorer la performance énergétique des fenêtres. On distingue notamment le bois, l'aluminium et le PVC. Si le bois était longtemps considéré comme le matériau le plus performant, le PVC est désormais le plus avantageux en termes de propriétés thermiques. D'ailleurs, aujourd'hui, 60 % des consommateurs choisissent le PVC pour la rénovation de leurs fenêtres.

Les fenêtres PVC sont en moyenne 25 % plus isolantes que les fenêtres en aluminium d'une même dimension, selon différentes estimations de fabricants. Selon le type de vitrage choisi, le coefficient Uw des fenêtres PVC peut aller de 1.1 W/m².K à 1.4 W/m².K. À savoir que le coefficient Uw représente la capacité d'une menuiserie à transmettre la chaleur. Moins ce coefficient est élevé, plus la fenêtre est isolante.

Comparatif des performances des matériaux de fenêtres
Matériau Performance thermique Coût
PVC *** **
Bois ** ***
Aluminium * **

Quelle fenêtre pour l’isolation phonique ?

Outre le confort thermique que procurent les fenêtres double vitrage, il faut savoir que ces dernières peuvent aussi protéger du bruit, selon le type de fenêtres choisies. Pour une bonne isolation phonique, le point crucial est surtout le type de vitrage plutôt que la menuiserie. La meilleure solution est le double vitrage équipé de verres séparés par des films intercalaires ou encore des verres feuilletés.

Pour une meilleure performance, il est également indispensable de s'intéresser à la configuration du double vitrage. Un double vitrage classique a généralement une configuration de 4/16/4, c'est-à-dire qu'il est conçu avec 2 verres de 4 mm et une lame d'air de 16 mm d'épaisseur au milieu. Pour optimiser l'isolation phonique, les installateurs préconisent une architecture 4/16/8, c'est-à-dire une vitre intérieure plus épaisse que la vitre extérieure.

Quels sont les critères pour choisir des fenêtres en rénovation énergétique ?

Pour réaliser des économies d'énergie et rentabiliser ses travaux, il est indispensable de choisir des fenêtres adaptées aux caractéristiques de son logement ainsi qu'aux objectifs attendus (confort thermique, isolation phonique, esthétique, etc.). Plusieurs critères sont à prendre en compte pour bien choisir ses fenêtres en rénovation énergétique.

  1. Les matériaux
  2. Le vitrage
  3. Les performances thermiques et phoniques
  4. Les performances de sécurité
  5. La durabilité
  6. Le type de pose

Les matériaux

Comme évoqué plus haut, il existe trois grandes familles de menuiseries :

  • Le PVC : c'est le matériau le plus couramment utilisé aujourd'hui en raison de son rapport qualité-prix, sa facilité d'entretien ainsi que ses performances d'isolation très élevées. Seul bémol du PVC : un potentiel esthétique relativement limité ;
  • Le bois : le bois est également un matériau très apprécié pour ses bonnes performances en matière d'isolation thermique. De plus, le bois offre de nombreuses possibilités en termes d'esthétique avec les différentes couleurs et finitions existantes. L'inconvénient majeur du bois est que c'est un matériau onéreux et nécessitant beaucoup d'entretien ;
  • L'aluminium : les fenêtres en aluminium ont l'avantage d'être plus robustes. C'est un matériau qui résiste particulièrement aux intempéries et au changement de températures. Toutefois, l'aluminium est généralement plus cher et moins performant que le PVC et le bois.

Le vitrage

Si le double vitrage est le type de vitrage le plus performant en termes d'isolation thermique et phonique, il faut savoir qu'il existe d'autres types de vitrage sur le marché avec des spécificités et prix différents :

  • Les fenêtres en simple vitrage : le simple vitrage ne dispose que d'une seule vitre. Son inconvénient majeur est sa mauvaise performance thermique. D'ailleurs, ce type de vitrage est de moins en moins utilisé. Selon les nouvelles réglementations thermiques RE2020 applicables depuis le 1ᵉʳ janvier 2022, les bâtiments neufs ont désormais l'obligation d'être équipés en matériaux d'isolation performants comme le double vitrage et les fenêtres en PVC ;
  • Les fenêtres en double vitrage : le double vitrage classique est constitué de deux verres séparés par une lame d'air ou une lame de gaz. C'est cette lame de gaz ou d'air qui donne au double vitrage ses excellentes capacités d'isolation thermique et phonique. On distingue également différentes variantes du double vitrage comme le double vitrage à isolation renforcée (VIR), le double vitrage phonique ou encore le double vitrage anti-effraction ;
  • Les fenêtres en triple vitrage : le triple vitrage consiste en trois vitres et deux lames de gaz argon ou de gaz krypton. Il est particulièrement indiqué dans des régions très froides grâce à ses excellentes performances. Toutefois, c'est une installation lourde qui n'est pas adaptée à tous les cadrans de fenêtres. Par ailleurs, le triple vitrage ne peut être installé que dans des logements déjà très bien isolés.

Les performances thermiques et phoniques

Tout l'intérêt des travaux d'isolation des fenêtres est d'améliorer les performances thermiques et phoniques de son logement. Ce sont donc des facteurs essentiels qu'il ne faut pas négliger lorsqu'on choisit ses fenêtres pour réaliser des travaux de rénovation énergétique. Plusieurs données sont à vérifier pour mesurer les performances des fenêtres et des vitrages :

  • Le coefficient de transmission U : exprimé en Watt par m² et par degré Celsius (W/m².°C), il représente la capacité de la fenêtre à transmettre la chaleur. On distingue le coefficient Ug pour le vitrage et le coefficient Uw pour la fenêtre elle-même. Plus ce chiffre est petit, meilleure est la performance de la fenêtre. À titre de comparaison, les fenêtres PVC disposent généralement d'un Uw ≤ 1,4 W/m²K, contre Uw ≤ 1,8 W/m²K pour l'aluminium ;
  • Le facteur solaire Sw : le facteur solaire, quant à lui, représente le pourcentage de chaleur solaire collectée par la fenêtre vers l'intérieur de la maison. Plus le facteur solaire Sw est élevé, plus la quantité de chaleur transmise est importante. Cela est indispensable en hiver, mais dans les régions plus chaudes, il vaut mieux préconiser un facteur solaire plus faible ;
  • Le coefficient Rw pour l'isolation phonique : le coefficient Rw représente la capacité de la fenêtre à atténuer le bruit extérieur. Plus il est élevé, plus l'isolation phonique de la fenêtre est bonne ;
  • La norme AR (Acoustique Renforcée) : cette norme indique le nombre de décibels réduits entre l'extérieur et l'intérieur. Il est composé de 6 labels, de AR1 (une diminution entre 0 et 25 dB) à AR6 (une diminution du son à plus de 37 dB) ;
  • La norme Acotherm : la norme Acotherm agit comme un label qui garantit les performances acoustiques des fenêtres. Il y a 4 niveaux sur ce label, allant de AC1 (le moins isolant) à AC4 (le plus isolant).

Les performances de sécurité

Certaines fenêtres peuvent être équipées d'un vitrage spécifique visant à limiter les intrusions afin d'apporter une sécurité supplémentaire. On distingue notamment les fenêtres avec vitrage anti-effraction, plus épais et plus difficile à briser. Parmi les vitrages spécialement conçus pour lutter contre les effractions, on peut citer :

  • Le vitrage feuilleté : le vitrage feuilleté est constitué de deux feuilles de verre assemblées par un ou plusieurs films PVB. Sa particularité est que s'il est brisé, le verre ne vole pas en éclats, mais reste collé au film synthétique. Cela réduit les effractions et les risques de blessures, et empêchent les pertes de chaleur trop importantes en attendant le remplacement de la fenêtre ;
  • Le vitrage trempé : le verre trempé subit un traitement thermique spécifique qui le rend très résistant et beaucoup plus difficile à briser. Il est généralement 5 fois plus résistant qu'un vitrage classique ;
  • Le vitrage avec films anti-effraction : les films anti-effraction sont simplement des films à coller sur n'importe quel vitrage, afin de le renforcer. Le film est généralement d'une épaisseur de 210 microns.

Pour mesurer les performances de sécurité d'une fenêtre, il faut se fier à la norme EN 356. Celle-ci établit 8 catégories de performance pour classer les fenêtres selon leur niveau de résistance. Le classement va de P1 (le niveau de résistance le moins élevé) à P8 (le niveau de résistance le plus élevé).

La durabilité

La durabilité des fenêtres est un autre critère essentiel. À savoir que les fenêtres en aluminium sont les plus durables et les plus robustes, avec une durée de vie moyenne de 25 à 40 ans, et parfois plus de 60 ans si elles sont bien entretenues.

Les fenêtres en PVC peuvent quant à elles durer entre 15 et 35 ans. Enfin, les fenêtres en bois ont également une durée de vie jusqu'à 35 ans en moyenne, mais peuvent durer jusqu'à plus de 50 ans si elles sont entretenues régulièrement.

En réalité, la durée de vie des fenêtres n'est pas évidente à déterminer, car elle dépend de plusieurs facteurs comme la fréquence d'ouverture/fermeture, les conditions météorologiques de la région, le niveau d'entretien apporté, etc. Cela étant dit, voici pour résumer et donner quelques indications utiles :

La durée de vie des fenêtres selon les matériaux
Type de matériaux Durée de vie
Fenêtres en PVC 15 à 35 ans
Fenêtres en bois 15 à 35 ans
Fenêtres en aluminium 25 à 40 ans

Le type de pose

Il faut enfin considérer le type de pose de la fenêtre, en fonction de la configuration de la construction. En effet, chaque technique de pose donnera un aspect différent à la façade de la maison. On distingue trois grands types de pose :

  • La pose d'une fenêtre en applique : cette technique consiste à fixer la fenêtre contre le mur intérieur avec des pattes ou équerres. Plus concrètement, elle est intégrée à l'isolant du mur. C'est donc une technique idéale lorsque la maison possède une isolation du mur par l'intérieur. Ce type de pose est plus courant dans les constructions neuves que dans les rénovations. Il est adapté à tous les matériaux : bois, aluminium et PVC ;
  • La pose d'une fenêtre en feuillure : avec cette technique, la fenêtre est encastrée dans le mur. Elle est adaptée aussi bien aux rénovations qu'aux constructions neuves, mais est particulièrement indiquée dans les maisons anciennes avec des murs épais ;
  • La pose d'une fenêtre en tunnel : la pose en tunnel est surtout utilisée dans les maisons à ossature bois. Avec cette technique, la fenêtre est posée directement dans l'épaisseur du mur.

Liste des aides de l’État en 2023 pour les fenêtres

Le remplacement de ses fenêtres par du double vitrage entre dans la catégorie des travaux d'amélioration de la performance énergétique d'un logement. Ainsi, ce type de travaux est éligible à de nombreuses aides de l'État pour la rénovation énergétique, à condition que les travaux soient réalisés par un professionnel RGE et que l'installation respecte certains critères techniques. Les aides pour l'isolation des fenêtres en 2024 sont :

  • La prime énergie : dans le cadre du dispositif des Certificats d'économies d'énergie, le gouvernement impose aux fournisseurs d'énergie de mettre en place des dispositifs pour encourager les consommateurs à réaliser des travaux de rénovation énergétique. Tous les fournisseurs proposent donc des primes énergie, dont le montant varie selon les caractéristiques du logement, les revenus du demandeur ainsi que le type de travaux envisagé ;
  • MaPrimeRénov : le dispositif MaPrimeRénov est une aide versée par l'ANAH pour la réalisation de travaux de rénovation énergétique. Pour le remplacement de ses fenêtres par du double vitrage, l'aide peut aller de 40 à 100 € par fenêtre selon le niveau de ressources des foyers ;
  • L'éco-PTZ : c'est un prêt spécialement dédié aux particuliers qui souhaitent réaliser des travaux d'économies d'énergie. Il s'agit plus précisément d'un prêt à taux nul et sans frais de dossier. Le montant maximum empruntable est de 7 000 € pour une seule opération, ou 50 000 € pour un bouquet de plusieurs travaux ;
  • La TVA réduite à 5,5 % : une TVA de 5,5 % est applicable sur les factures d'achat et d'installation des fenêtres double vitrage. La réduction s'applique automatiquement sur les factures, sans démarches particulières.

Questions fréquentes sur les travaux de rénovation énergétique des fenêtres

Quelles économies d’énergie espérer avec le remplacement des fenêtres ?

Selon l'ADEME, environ 10 à 15 % des déperditions de chaleur dans une maison se situent au niveau des fenêtres. L'isolation des fenêtres permet alors de réaliser jusqu'à 15 % d'économies sur le chauffage. Selon le gouvernement, renforcer l'étanchéité à l'air de son logement permet d'atteindre un potentiel d'économies réalisables de 11 000 GWh. Cela représente 6 % de réduction de la consommation de chauffage du résidentiel.