Isolation phonique : techniques, prix, réglementation

Besoin de renseignement sur la rénovation énergétique ? Audit énergétique, DPE, isolation thermique, un conseiller Selectra répond à toutes vos questions
☎️ 01 82 88 99 59 (ouvert actuellement)
Rappel immédiat et gratuit

L'isolation phonique est moins courante que l'isolation thermique, et pourtant, ce sont deux opérations complémentaires qui permettent de garantir un bon confort dans le logement. Elle a pour but de protéger une habitation des bruits extérieurs (bruits provenant de la rue, des logements voisins, etc.), mais aussi d'empêcher les bruits intérieurs de se propager dehors. Différentes techniques peuvent être utilisées pour isoler son logement phoniquement, ainsi que différents matériaux isolants, dont certains ont également des propriétés thermiques. Zoom sur les méthodes d'isolation, les coûts et les aides disponibles.


Qu'est-ce que l'isolation phonique ?

isolation phonique

Le bruit peut être un véritable fléau et une source d'inconfort. Effectuer des travaux d'isolation phonique est la solution idéale pour se protéger des nuisances sonores provenant de la rue, de ses voisins, etc. En effet, l'isolation phonique a pour but de supprimer la transmission des bruits d'un local à un autre. Différentes techniques peuvent être utilisées pour isoler son logement phoniquement. Par ailleurs, sachant que le bruit est une onde qui se propage dans l'air, toutes les zones de la maison peuvent être isolées.

  1. Pourquoi isoler phoniquement son logement ?
  2. Quelle est la différence entre une isolation phonique et acoustique ?
  3. Quelle différence entre bruits solidiens et aériens ?

Pourquoi isoler phoniquement son logement ?

Selon un sondage Ifop réalisé à la demande du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie en 2014, plus de 86% des Français se sentent gênés par le bruit chez eux. Sans grande surprise, les personnes vivant en appartement sont les plus touchées (93%, contre 82% en maison individuelle). Une étude plus récente - le Baromètre QUALITEL 2017 - a aussi révélé que le bruit est le responsable numéro 1 des mauvaises relations entre voisins en France. 30% des Français interrogés, dont 42% vivant en appartement, reconnaissent avoir connu des tensions avec leurs voisins pour des questions de nuisances sonores.

Face à ces problèmes, une seule solution : l'isolation phonique.L'isolation phonique est moins connue que l'isolation thermique, et pourtant, ses avantages sont nombreux : protection contre les bruits extérieurs pour un meilleur confort chez soi, liberté de faire autant de bruit que l'on veut dans son logement sans que cela ne dérange les voisins, une meilleure isolation thermique dans les cas où l'on utilise des matériaux aux propriétés à la fois acoustiques et thermiques, etc.

Besoin d'accompagnement dans vos travaux d'isolation ? 🧰🏡Faites améliorer l'isolation de votre logement par un professionnel agréé, en bénéficiant des aides au financement proposées par l'Etat (sous conditions de ressources).
Faites le point avec un conseiller Selectra 📞 01 82 88 99 59 -

Quelle est la différence entre une isolation phonique et acoustique ?

L'isolation phonique est aussi souvent appelée isolation acoustique. Ce sont en effet deux termes qui semblent synonymes, mais ils présentent des nuances. L'isolation phonique fait référence à un ensemble de procédés pour empêcher la propagation des bruits émanant de l'extérieur. L'isolation acoustique, quant à elle, sert à garantir une bonne sonorité au sein du logement même, c'est-à-dire à éviter que le son à l'intérieur ne se propage à l'excès. On parle aussi de correction acoustique.

Concrètement, si vous entendez des bruits provenant du logement du dessus, vous devez réaliser des travaux d'isolation phonique. Si dans votre cuisine, les bruits de vaisselle résonnent, vous devez plutôt envisager une correction acoustique.

Quelle différence entre bruits solidiens et aériens ?

Avant d'envisager des travaux d'isolation, il est conseillé de commencer par identifier l'origine du bruit. Il faut savoir que l'on distingue deux principaux types de bruits :

 Les bruits solidiens : aussi appelés bruits d'impact ou de choc, les bruits solidiens sont ceux qui se transmettent d'une pièce à l'autre par la vibration qu'ils engendrent dans la structure du bâtiment. Ce sont par exemple des bruits de pas, la vibration d'une machine à laver, une perceuse contre le mur, etc. Généralement, les bruits solidiens proviennent des murs, des cloisons et du plancher. Les bruits solidiens se mesurent avec les indices ΔLw et L. ΔLw correspondant à la réduction du niveau de bruit d'impact. Plus sa valeur est importante, plus l'isolation phonique est considérée efficace. Quant à l'indice L, il représente le niveau de pression des bruits de choc. Plus il est faible, moins les bruits sont perceptibles ;

 Les bruits aériens : ce sont des bruits qui n'ont aucun contact avec la structure, mais passent par les murs, les fenêtres et les entrées d'air parasites comme les défauts d'isolation et les fissures. On distingue deux types de bruits aériens, dont les bruits extérieurs (trafic routier, trafic aérien, etc.) et les bruits intérieurs (musique, télévision, voix, etc.). Les bruits aériens se mesurent par l'indice Rw qui correspond au niveau de bruits stoppé par un mur ou une cloison. Ainsi, plus sa valeur est grande, plus la capacité isolante de la paroi est importante. Les bruits aériens peuvent aussi se mesurer par l'indice DnT, qui mesure la quantité de bruits stoppée entre deux pièces.

Il existe différentes méthodes d'isolation phonique utilisables en fonction des types de bruits que l'on souhaite éliminer :

Quelques solutions d'isolation phonique selon le type de bruit
Type de bruits Zone à isoler Technique d'isolation possible
Les bruits solidiens Isolation du plancher Changement de revêtement du sol
Pose d'une chape flottante pour désolidariser le plancher porteur du revêtement
Doublage isolant en sous face du plancher
Isolation des murs Doublage mural à l'aide d'une ossature bois ou métallique
Doublage mural avec des panneaux prêts à coller
Les bruits aériens Isolation des plafonds Pose d'un faux plafond en plaque de plâtre
Isolation des fenêtres Pose de fenêtres double vitrage
Isolation des murs Doublage mural à l'aide d'une ossature bois ou métallique
Doublage mural avec des panneaux prêts à coller

Quelle est l'unité de mesure du bruit ? L'unité de mesure de l'intensité du son est le décibel (dB). Toutefois, il faut savoir que tous les sons ne peuvent pas être perçus par l'oreille humaine. Ainsi, on mesure les sons audibles par l'humain en dB(a). Aussi, si l'isolation phonique est plus difficile à appréhender que l'isolation thermique, c'est parce qu'elle est plus difficile à mesurer. La mesure du son n'est pas linéaire. Cela signifie concrètement que si un train passe et émet un son de 80 dB, et qu'un deuxième train passe en même temps émettant les mêmes 80 dB, il y aura 2 fois plus de bruits, mais l'intensité du son ne sera pas deux fois plus forte. Elle sera de 83 dB.

Comment isoler phoniquement un logement ?

Il faut d'abord comprendre que le son est une onde qui se propage par l'air. Cela signifie concrètement qu'il a besoin d'air pour être transporté. Donc, moins l'air passe, moins le son passe. Ainsi, le principe de l'isolation phonique est de créer des parois étanches à l'air pour empêcher le son de se propager. Il faut également un matériau suffisamment lourd pour atténuer les vibrations.

L'isolation phonique repose donc sur deux mécanismes :

  • La loi de masse : plus un matériau est lourd, moins il laisse passer les ondes sonores. Par exemple, une paroi en béton protège mieux des bruits qu'une paroi en brique creuse. Pour isoler phoniquement un logement, on peut donc par exemple doubler l'épaisseur de la paroi. Cela permettrait d'obtenir affaiblissement acoustique de 5 à 6 dB (source : Leroy Merlin) ;
  • Le loi de masse-ressort-masse : comme il n'est pas toujours possible de construire des murs en pierre et en béton dans son appartement, il existe aussi la loi de masse-ressort-masse qui s'appuie sur l'interposition d'un élément ressort entre deux masses, par exemple un isolant souple entre le mur d'origine et une plaque de plâtre. Cette technique permet un affaiblissement acoustique de 6 à 8 dB (source : Leroy Merlin).
  1. Cloisons et murs
  2. Fenêtres
  3. Sol

Cloisons et murs

Pour bénéficier d'un bon confort phonique dans la maison, il faut en premier lieu penser à isoler ses murs, surtout lorsqu'on dispose d'un mur en commun avec le logement voisin. Plusieurs techniques peuvent être utilisées, dont les plus courantes sont :

  • La pose de panneaux sandwich : les panneaux sandwichs sont des produits qui intègrent une couche d'isolant entre deux profilés. Il existe des panneaux sandwichs prêts à l'emploi, que l'on peut facilement coller sur le mur existant à l'aide de plots de colle ;
  • La pose de l'isolant avec ossature : cette technique consiste au doublage du mur à l'aide d'une ossature bois ou métallique, sur laquelle est fixé un panneau d'isolant souple. La ouate de cellulose est un bon exemple d'isolant souple. Ensuite, le tout sera recouvert d'une plaque de plâtre. L'un des avantages de cette méthode d'isolation phonique est que vous pourrez faire passer des gaines électriques entre l'isolant et l'ossature pour implanter de nouvelles prises électriques par exemple ;
  • La pose d'une contre-cloison : il s'agit de la méthode la plus efficace, mais elle n'est pas toujours possible selon l'espace disponible dans la pièce. Elle consiste à construire une nouvelle cloison en briques, en béton ou en carreaux, et d'insérer l'isolant entre la cloison existante et celle nouvellement construite.

Fenêtres

L'isolation des fenêtres est indispensable pour se protéger des bruits extérieurs. Pour les fenêtres, il suffit parfois de vérifier l'état de la menuiserie, ou encore des joints. Des châssis disjoints laissent passer les bruits aériens. Dans ce cas, poser des joints est une solution suffisante.

Par ailleurs, il faut tenir compte du matériau de la structure. Le PVC, notamment, est un très bon isolant thermique et phonique qui ne nécessite quasiment pas d'entretien. Enfin, le vitrage est tout aussi déterminant que le matériau. On distingue plusieurs types de vitrage :

  • Le double vitrage classique (type 4-6-4 ou 4-12-4) : il apporte plus une isolation thermique que phonique ;
  • Le double vitrage asymétrique (type 10-6-4) : il apporte un isolement de 35 dB en moyenne ;
  • Le vitrage à isolation renforcée (VIR) : il est le type de vitrage le plus efficace, apportant un niveau d'isolement de 40 dB.

Sol

Même si ce n'est pas évident, le bruit peut aussi se propager par le sol. L'isolation phonique du sol est particulièrement indispensable lorsque vous avez des voisins au-dessus, car ces derniers ne sont pas à l'abri des bruits solidiens provenant de vos pas et de vos équipements électroménagers sans une bonne isolation. Les techniques les plus couramment utilisées pour isoler une pièce phoniquement par le sol sont par exemple :

  • La pose d'un nouveau revêtement : dans certains cas, un simple changement du revêtement de sol par un matériau plus épais suffit pour isoler une pièce (moquette épaisse, parquet flottant, etc.) ;
  • La pose d'une chape flottante : il s'agit ici de poser une sous-couche mince sous une chape de béton, puis de recouvrir l'ensemble d'un parquet flottant. C'est la méthode d'isolation du sol la plus efficace, mais elle est aussi la plus onéreuse ;
  • La pose d'un isolant sous le carrelage : cette technique consiste en la pose d'une sous-couche d'isolant que l'on va recouvrir d'un nouveau revêtement de son choix : carrelage, parquet, etc.

Quel est le meilleur isolant phonique contre le bruit ?

Besoin d'accompagnement dans vos travaux d'isolation ? 🧰🏡Faites améliorer l'isolation de votre logement par un professionnel agréé, en bénéficiant des aides au financement proposées par l'Etat (sous conditions de ressources).
Faites le point avec un conseiller Selectra 📞 01 82 88 99 59 -

Le choix d'isolants est très large. Évidemment, il faudra choisir en fonction de leurs performances acoustiques, mais pas que. Plusieurs facteurs sont à prendre en compte pour des travaux réussis :

  • La performance ;
  • La configuration et l'architecture du logement ;
  • Les objectifs réglementaires à atteindre ;
  • Les zones à isoler ;
  • La surface disponible, etc.
  1. Les matériaux d'origine minérale ou végétale
  2. Les matériaux synthétiques

Les matériaux d'origine minérale ou végétale

En termes d'isolation phonique, les matériaux d'origine minérale ou végétale sont les plus utilisés, du fait de leur performance. Ils peuvent être conditionnés en vrac, en panneau rigide ou souple, ou même en flocons pour les utilisations par soufflage. Parmi les plus recommandés :

  • La laine de verre qui absorbe très bien les sons, même en faible épaisseur ;
  • La laine de roche qui est particulièrement efficace pour réduire les bruits d'impact.

A l'inverse, les isolants naturels comme le chanvre ou la laine de mouton, s'ils sont souvent recommandés pour une isolation thermique, ont une capacité phonique limitée et nécessitent d'être complétés par un revêtement supplémentaire.

Les matériaux synthétiques

Les matériaux synthétiques sont généralement plus adaptés à une isolation thermique que phonique, à l'exception des mousses isolantes à base de polyuréthane ou de mélamine, qui ont d'excellentes performances acoustiques.

Les mousses isolantes garantissent donc à la fois un bon confort thermique et phonique. Le gros bémol des matériaux synthétiques, toutefois, est qu'ils sont fabriqués avec des produits chimiques et ont un impact écologique important.

Qu'est-ce que la Nouvelle Réglementation Acoustique (NRA) ?

isolation phonique réglementation

Les nuisances sonores peuvent entraîner des troubles de l'attention ou de l'apprentissage, causer des gênes ou encore affecter la santé (troubles de sommeil, stress, etc.). Afin de limiter l'exposition des personnes au bruit, le gouvernement a mis en place différentes réglementations dans le domaine de l'acoustique des bâtiments.

Une première réglementation acoustique (arrêté du 14 octobre 1969 relatif à l’isolation acoustique des bâtiments d’habitation) est apparue pour fixer des exigences en termes d'isolation acoustique entre logements, ainsi que des seuils à respecter pour les bruits d'impact et d'équipements du bâtiment. Les exigences ont été renforcées par une nouvelle réglementation (arrêté du 28 octobre 1994 relatif aux caractéristiques acoustiques des bâtiments d’habitation), qui s'applique à tous les logements neufs dont le permis de construire a été déposé après le 1er janvier 1996. Elle est complétée par des exigences sur le bruit des équipements individuels, l'isolement aux bruits de l'espace extérieur ainsi que le traitement acoustique des parties communes dans le cas d'un immeuble en copropriété.

Enfin, la Nouvelle Réglementation Acoustique (NRA) en vigueur aujourd'hui (arrêté du 30 juin 1999 relatif aux caractéristiques acoustiques des bâtiments d’habitation) a modifié l'arrêté de 1994, pour correspondre aux nouveaux indices européens. Cette réglementation impose par ailleurs depuis le 1er janvier 2013 l'établissement d'une attestation de prise en compte de la réglementation acoustique. Celle-ci doit être établie par les maîtres d’ouvrage et transmise à l’autorité ayant délivré l’autorisation de construire.

La NRA classe chaque bâtiment selon son exposition aux bruits extérieurs. La classement va de BR1 (la plus bruyante) à BR5 (la moins bruyante). Il est basé sur différents critères et limites à respecter :

  • Pour les bruits aériens intérieurs : la réglementation impose le renforcement d'une isolation phonique entre les logements pour atteindre une valeur d'isolement minimum de 53 dB ;
  • Pour les bruits aériens extérieurs : il faut une isolation minimum de 30 dB ;
  • Pour les bruits d'impact : le niveau d'isolement minimum est de 58 dB.
isolation phonique prix

Quel coût pour isoler phoniquement son habitation ?

Les coûts à prévoir pour l'isolation phonique d'une habitation comprennent la main d'oeuvre et le prix de l'isolant. Dans certains cas, il est aussi recommandé de réaliser un diagnostic acoustique, qui permet d'identifier l'origine des nuisances sonores dans le logement et les travaux à effectuer en priorité.

Cette prestation peut coûter entre 100 et 150 €, pour une intervention classique. Elle peut grimper jusqu'à 2 000 € pour une étude plus approfondie.

En ce qui concerne les coûts des matériaux et les frais d'installation, voici quelques fourchettes de prix basées sur des moyennes constatées sur des sites d'experts en rénovation et bricolage :

Prix d'une isolation phonique : matériaux + pose
Critère Coût
Prix des isolants
Laine de verre Entre 3,5 € et 8 € par m2
Laine de roche Entre 5 € et 10 € par m2
Mousse de polyuréthane À partir de 20 € par m2
Prix de la main d'oeuvre
Isolation phonique des murs Entre 20 € et 65 €
Isolation phonique des fenêtres Entre 175 € et 900 €
Isolation phonique du sol Entre 20 € et 60 €

Existe-t-il des aides de l'Etat pour isoler son logement des nuisances sonores ? Comme l'isolation phonique peut aussi être performante du point de vue thermique, elle est éligible à quasiment toutes les aides à la rénovation énergétique disponibles pour les travaux d'isolation thermique, à condition de respecter certaines exigences et des critères techniques. Il existe aussi des aides locales de financement pour des travaux d'amélioration des performances acoustiques d'un logement. Il est conseillé de se renseigner auprès de l'ANIL (Agence Nationale pour l'Information sur le Logement) pour connaître les aides disponibles dans sa région.

Mis à jour le