Disjoncteur général, différentiel, divisionnaire : de A à Z!

Mis à jour le
minutes de lecture

Un disjoncteur est un dispositif de sécurité électrique conçu pour interrompre le courant électrique en cas de surcharge ou de court-circuit afin de prévenir les risques d'incendie ou de dommages aux équipements. Il agit comme un interrupteur automatique qui coupe l'alimentation électrique en cas de problème dans le circuit.

Le rôle et les types de disjoncteurs

Le principe général d’un disjoncteur est d’empêcher les surtensions, court-circuits ou surcharges sur le réseau électrique domestique, qui peuvent entraîner des dommages aussi bien sur les circuits électriques que pour les occupants du logement.

Il sert donc à assurer la sécurité des usagers et des biens contre les risques d’électrocution ou d’incendie.

Les disjoncteurs présents sur les installations électriques

Les normes imposent la présence de trois types de disjoncteurs dans les logements. Ils sont disposés à proximité du compteur Linky et sur le tableau électrique :

  1. le disjoncteur de branchement (général ou d'abonné)
  2. les disjoncteurs (ou interrupteurs) différentiels ;
  3. les disjoncteurs divisionnaires.

Les types de disjoncteurs ont chacun un champs de protection défini. Ils se différencient par leurs rôles, leur emplacement, leur ampérage, les branchements à faire, et parfois par une lettre (disjoncteur de type A, AC, B, etc.) et une sensibilité (mA).

Et concrètement, comment ça fonctionne ?

Au sein d'un logement, tous les appareils électriques et les circuits sont connectés à un disjoncteur du tableau électrique. Le disjoncteur a pour fonction de protéger les appareils des courts-circuits et des des surcharges.

Le court-circuit est un phénomène électrique qui arrive lorsque deux fils électriques entrent en contact direct, notamment à cause d'un défaut d’isolation. Ce contact provoque une augmentation anormale de l’intensité du courant. 

La surcharge arrive quand l'intensité augmente et dépasse la limite, provoquant une surchauffe des conducteurs. Or un circuit électrique ne peut normalement pas supporter plus de courant qu'une intensité déterminée. Le disjoncteur peut détecter un courant trop intense et couper le courant dans la section du circuit concernée.

Les courts-circuits et surchages peuvent parfois être à l'origine de phénomènes plus grave, comme des incendies.

Pour éviter cela, le disjoncteur ouvre le circuit électrique et coupe le courant. Comment ? La surcharge de courant passe à travers un dispositif thermique qui se déforme et provoque l’ouverture du circuit.

Le disjoncteur de branchement

Le rôle d’un disjoncteur de branchement est de couper l’alimentation électrique générale de l’habitation. Il protège la tête de l'installation électrique et par conséquent peut interrompre le courant dans toute la maison en une seule fois.

Il est connu sous d'autres appellations : 

  • disjoncteur général ;
  • disjoncteur de coupure générale ;
  • disjoncteur EDF ;
  • disjoncteur d'abonné.

Le disjoncteur d'abonné permet aussi de limiter la puissance consommée en fonction de la puissance de compteur souscrite chez votre fournisseur d'énergie.

Il est placé à côté du tableau électrique et du compteur Linky. Il doit être facilement accessible pour pouvoir couper le courant à tout moment.

Pour le seconder dans la surveillance des installations électriques, le disjoncteur général est toujours accompagné par des différentiels et des disjoncteurs divisionnaires.

Le disjoncteur différentiel

La fonction principale d’un différentiel est de détecter les différences d’intensité électrique entre la phase et le neutre d’un circuit, entre son entrée et sa sortie dans un circuit. A la plus petite surintensité ou surcharge, le disjoncteur différentiel coupe le courant dudit circuit électrique présentant une anomalie, sans couper toute l’alimentation générale.

Concrètement, les différentiels détectent les courants de fuite dus à un défaut d’isolement et protègent les personnes de tout risque d’électrocution.

disjoncteur différentiel

Disjoncteur différentiel 30mA - Source :qcmtest.fr

Le choix d’un disjoncteur est une étape essentielle dans le branchement du tableau électrique. Les principales caractéristiques d’un disjoncteur différentiel à prendre en compte sont :

  • le calibrage mesuré en ampères (A) ;
  • le type de circuit à protéger (prises électriques, éclairage, pompe à chaleur, VMC, etc.) :
  • la sensibilité du disjoncteur.

Interrupteur différentiel et disjoncteur différentiel : est-ce le même dispositif de protection ?

L'interrupteur différentiel et le disjoncteur différentiel sont deux termes souvent confondus. Les deux sont des dispositifs électriques de protection modulaire qui protègent les personnes en coupant automatiquement le courant électrique en cas de différences d’intensité dans les circuits. Toutefois, le disjoncteur différentiel se différencie de l'interrupteur car il peut aussi protéger les appareils électriques branchés des risques de surtension.

Classes de différentiel : différences entre types A, AC, F

catégorie disjoncteur : A, AC, F

Disjoncteur différentiel 30mA - Source :123elec

Il existe trois catégories de disjoncteur différentiel dans les bâtiments d’habitation, encadrés par la norme NF C 61-410 (conforme à la réglementation européenne EN 60-898) :

  • Le disjoncteur différentiel A est un appareillage modulaire destiné à protéger les circuits électriques d’appareils spécifiques, tels que prises de bornes de recharge de voiture électrique, plaques de cuisson, etc. ;
  • Le disjoncteur différentiel AC est le dispositif de protection modulaire standard le plus installé sur un tableau électrique. Le différentiel AC sert à protéger les équipements classiques sur un courant alternatif (prises électriques, éclairages, radiateurs électriques, VMC, volets roulants, chauffe-eau) ;
  • Le disjoncteur différentiel F (ex-HI ou HPI) sert à protéger les circuits d’appareils avec des composants électroniques sensibles à toute coupure d’électricité inattendue tels que le congélateur, réfrigérateur, ordinateur, système d’alarme, etc.

Différentiel monophasé ou triphasé, lequel choisir ?

Le disjoncteur doit être adapté au courant monophasé ou au courant triphasé selon votre installation électrique. Dans la majorité des cas, le choix d’un disjoncteur se porte sur un monophasé car la plupart des équipements électriques fonctionnent sous courant monophasé. Toutefois, un disjoncteur triphasé est parfois indispensable pour des équipements avec une intensité électrique élevée (pompe à chaleur, machines professionnelles).

Le calibrage du disjoncteur 30mA

Exprimée en milliampères (mA), la sensibilité d’un différentiel (SDD) indique le seuil de coupure du courant électrique.

La norme NF C 15-100 dans les constructions neuves impose une sensibilité au disjoncteur différentiel de 30 mA au maximum.

En plus de la sensibilité, un différentiel de 30 mA comporte aussi une puissance en ampères (A). Ce calibrage s’affiche sur la face avant du différentiel en bas à gauche. Le calibre (10A, 20A, 32A, 40A, 63A) indique l’intensité nominale maximale que peut supporter le différentiel. Le choix de la puissance du disjoncteur dépend du type et du nombre de circuits électriques branchés.

La courbe des disjoncteurs (lettre) : B, C, D, Z et MA

La courbe d’un différentiel exprime l’intensité du déclenchement magnétique du courant électrique.

Ainsi, un disjoncteur d’un certain ampérage peut supporter une intensité nominale (In) plus élevée que son calibrage pendant un très court laps de temps (millisecondes) avant de disjoncter. C’est ce point limite qui détermine la courbe de déclenchement du différentiel.

Il existe plusieurs courbes pour un disjoncteur différentiel en fonction des types de circuits électriques à protéger.

A savoir : les courbes C et D d’un différentiel sont les plus communes dans le secteur de l’habitation.

Disjoncteur courbe B

Un disjoncteur de courbe B comporte un seuil de déclenchement magnétique entre 3 et 5 In. L’utilisation du dispositif de protection sert pour des circuits électriques avec une grande longueur de câble.

Disjoncteur courbe C

Un disjoncteur de courbe C comporte un seuil de déclenchement magnétique entre 5 et 10 In. Un différentiel courbe C est couramment utilisé en résidentiel pour protéger les prises électriques, luminaires, divers appareils électroménagers standards (cafetière, grille-pain, sèche-cheveux, convecteurs ou radiateurs électriques, etc.).

A titre d’exemple, un différentiel C16A (16 ampères) comporte un seuil de déclenchement nominal entre 50 et 100 ampères.

Disjoncteur courbe D

Un disjoncteur de courbe D comporte un seuil de déclenchement magnétique entre 10 et 14 In. Concrètement, ce type de différentiel peut absorber une charge d’intensité entre 100 et 140 ampères pendant quelques millisecondes avant de disjoncter.

C’est pourquoi, un différentiel courbe D est adapté à des circuits pour des appareils à moteur avec une forte intensité électrique au démarrage : pompe à chaleur, climatisation, VMC.

Disjoncteur courbe Z

Un disjoncteur de courbe D comporte un seuil de déclenchement magnétique très faible entre 2.4 et 3.6 In. Aussi, ce type de différentiel est plutôt réservé à la protection des circuits électroniques sensibles.

Disjoncteur courbe MA

Un disjoncteur de courbe MA comporte un seuil de déclenchement magnétique très élevé de 12 In. Comme le disjoncteur D, ce type de différentiel protège les circuits électriques d’appareils équipés d’un moteur.

Le disjoncteur divisionnaire

Le divisionnaire est un disjoncteur propre à chaque circuit électrique. Il est parfois appelé magnéto-thermique.

La norme NFC 15-100 impose un disjoncteur divisionnaire pour chaque circuit électrique à protéger (contacteur jour / nuit, chauffe-eau, VMC, four, lave-vaisselle, prises de courant, etc.). Chaque équipement doit donc être protégé par un disjoncteur indépendant.

Le disjoncteur divisionnaire apporte une protection uniquement aux circuits électriques. Il détecte les surtensions et surcharges et coupe l'alimentation électrique en cas d'anomalies. En revanche, il ne protège pas les occupants du logement contre les risques d'électrocution dus à des courants de fuite.

Combien de prises de courant par disjoncteur divisionnaire ?

Un circuit prise, est comme son nom l’indique, un regroupement de plusieurs prises de courant sous un même disjoncteur divisionnaire. Un circuit prise contient 6 prises de courant en moyenne et peut en contenir jusqu'à 8.

Calibrage du disjoncteur divisionnaire
Type de circuit électriqueCalibre du différentiel en ampères ACourbe de déclenchementDiamètre section de filsType de circuit protégé
Disjoncteur Eclairage16AC1,5 mm²8 circuits
Disjoncteur contacteur jour / nuit2AC1,5 mm²1 circuit dédié
Disjoncteur VMCEntre 2A et 16AD1,5 mm²1 circuit dédié
Disjoncteur prises de courantEntre 16A et 20AC2,5 mm²8 circuits
Disjoncteur radiateurs électriques20AC2,5 mm²1 circuit dédié par tranche de 4 500W
Disjoncteur lave-vaisselle20AC2,5 mm²1 circuit dédié
Disjoncteur four électrique20AC2,5 mm²1 circuit dédié
Disjoncteur lave-linge20AC2,5 mm²1 circuit dédié
Disjoncteur réfrigérateur20AC2,5 mm²1 circuit dédié
Disjoncteur congélateur20AC2,5 mm²1 circuit dédié
Disjoncteur plaque de cuisson32AC6 mm²1 circuit dédié
Disjoncteur pompe à chaleur
  • jusqu’à 2200W : disjoncteur 10A
  • de 2200 à 3500W : disjoncteur 16A
  • de 3500W à 4500W : disjoncteur 20A
  • de 4500W à 7200W : disjoncteur 32A
D6 mm²1 circuit dédié

Quelle différence entre disjoncteur et fusible ?

Un coupe-circuit ou porte-fusible a la même fonction qu’un disjoncteur. Il protège les circuits électriques et les personnes des risques d’une surtension ou d’une surcharge d’intensité. Toutefois, lorsque le disjoncteur saute, il suffit de le réarmer. Contrairement au fusible contenu dans le coupe-circuit qui ne fonctionne plus une fois que le courant a sauté.

La norme N FC 15-100 impose l’installation d’un disjoncteur à la place d’un porte-fusible dans toutes les constructions neuves et les travaux de rénovation électrique.

Comment effectuer le branchement d’un disjoncteur ?

L’installation d’un disjoncteur sur le tableau électrique est encadrée par la norme NFC 15-100.

⚠️L’installation d’un disjoncteur est une opération technique complexe qui doit être réalisée au cordeau sous peine de créer des surtensions ou pertes de courant dangereuses pour les occupants. Il est vivement recommandé de confier le branchement d’un disjoncteur à un professionnel électricien.

Combien de disjoncteurs brancher sur le tableau électrique ?

La réglementation impose notamment de brancher 2 disjoncteurs différentiels de 30mA a minima sur un tableau électrique dans un logement d’habitation. Ce niveau de protection minimum permet d’assurer la sécurité des personnes et des biens.

D’autre part, il est recommandé de brancher les prises de courant et les luminaires sous 2 différentiels de type A ou AC.

Pour chaque équipement électrique, on compte un disjoncteur divisionnaire pour un circuit.

Combien de circuits électriques brancher par disjoncteur ?

Il est recommandé de brancher 8 circuits électriques ou prises au maximum par interrupteur ou disjoncteur différentiel sur le même rail du tableau électrique. Chaque circuit est protégé par un disjoncteur divisionnaire.

Comment calculer le calibre d'un disjoncteur ?

La norme NFC 15-100 impose deux règles dans le calcul du calibre d’un disjoncteur différentiel :

  • installé en amont, le calibrage doit être supérieur à l’ampérage du disjoncteur de branchement ou disjoncteur EDF. Autrement dit, pour un disjoncteur général de 40A, vous devez calibrer le différentiel à 50A au moins ;
  • installé en aval, le calibrage du différentiel doit être égal ou supérieur à la somme des intensités des circuits de chaque équipement électrique et 50 % de la somme des intensités des dispositifs d’éclairage.
Calcul du calibre disjoncteur différentiel 30 mA
Type de circuit électriqueRègle de calculExemples
Eclairage et/ou prises de courant50 % des intensités des disjoncteurs divisionnaires3 disjoncteurs divisionnaires de 10A : 5A + 5A + 5A = 15A
Appareils électriques : chauffe-eau, radiateurs, VMC, lave-vaisselle, etc.Somme des intensités des disjoncteurs divisionnaires présents sur le rail électrique3 disjoncteurs divisionnaires de 20A : 20A + 20A + 20A = 60A

Exemple pour calibrer un différentiel, vous additionnez le calibre de tous les divisionnaires (disjoncteur chauffe-eau, lave-vaisselle, VMC, radiateurs, etc.) sur un rail du tableau.

Prenons l’exemple d’un rail de circuits pour les radiateurs du logement + chauffe-eau :

Soit 20A (radiateurs salon) + 20A (radiateurs chambre) + 20A (cumulus) = 60A.

Le calibre du différentiel doit être d'une intensité supérieure pour plus de sécurité. L'intensité de différentiel la plus proche est de 63A.

Schéma de branchement d’un disjoncteur divisionnaire

Voici les étapes à respecter pour ajouter un disjoncteur sur le tableau en cas d’ajout d’un nouvel appareil électrique :

  1. Coupez l’alimentation électrique sur le disjoncteur général ;
  2. Repérez le rail de circuits électriques sur lequel vous souhaitez ajouter le disjoncteur ;
  3. Coupez le disjoncteur différentiel (position 0) ;
  4. Positionnez et clipsez le disjoncteur de l'appareil concerné (chauffe-eau, VMC, plaques de cuisson, etc.) en bout de rangée ;
  5. Libérez deux bornes du disjoncteur à l’aide de deux peignes d’alimentation ;
  6. Dénudez les fils électriques de l'appareil électrique à brancher et connectez le neutre et la phase sur les bornes du disjoncteur ;
  7. Raccordez le fil de terre à la borne du disjoncteur ;
  8. Finalisez en plaçant une étiquette pour signaler le disjoncteur du circuit concerné (chauffe-eau, radiateurs, etc.) ;
  9. Remettez le courant électrique ;

Schéma de branchement d’un disjoncteur différentiel

De manière générale, un différentiel se place en bout d’une rangée de circuits électriques.

Voici les étapes à respecter pour ajouter et brancher un disjoncteur sur le tableau en cas de travaux de rénovation ou d’ajout d’un nouvel appareil électrique :

  1. Vérifiez qu’il y a assez d’espace pour placer le disjoncteur en bout de la rangée sélectionnée ;
  2. Coupez l’alimentation électrique sur le disjoncteur général ;
  3. Placez le différentiel en amont des disjoncteurs divisionnaires ;
  4. Reliez les fils électriques du disjoncteur général au différentiel (neutre, phase) ;
  5. Raccordez les divisionnaires au différentiel à l’aide d’un peigne horizontal ;
  6. Remettez le courant électrique ;
  7. Appuyez sur le bouton de test du disjoncteur différentiel en bas à droite de la face avant.

Quand remplacer un disjoncteur ?

Un problème de disjoncteur (défaut visuel ou défaillance) implique de le remplacer rapidement.

Visuellement, une manette brisée ou qui ne remonte plus signifie que le disjoncteur est en panne. Contrôlez également les raccordements, un fil desserré ou des traces noires autours des branchements signalent également un disjoncteur HS.

En cas de disjonctions fréquentes, il est impératif de tester le disjoncteur. Pour cela, actionnez le bouton de test ou munissez-vous d’un multimètre à brancher en amont et en aval du différentiel.

Comment tester un disjoncteur ?

Régulièrment, il est recommandé d'actionner le bouton de test du disjoncteur.

Sur un disjoncteur différentiel, la manette doit s'abaisser immédiatement. Le courant électrique du rail est coupé. Une fois contrôlé le bon fonctionnement du différentiel, remontez la manette. Si la manette ne s'abaisse pas, le différentiel est en panne.

Pour un disjoncteur général, effectuez la même opération. Si la manette ne se baisse pas le disjoncteur général est en panne.

Dans les deux cas, faites appel à un électricien professionnel pour changer le disjoncteur.