Coefficient de conversion du gaz

Gaz naturel moins cher : réduisez le prix du kWh en comparant les fournisseurs09 73 72 25 00 (Selectra, lundi-vendredi 8h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h)
Rappel immédiat et gratuit

Le coefficient de conversion du gaz est une valeur définie par GRDF qui permet de transformer les mètres cube en kilowattheures pour permettre la facturation du client par le fournisseur.

Pourquoi transformer les m³ en kWh ?

Compteur gaz

Les compteurs de gaz mesurent la consommation en mètres cubes.

Le mètre cube est l'unité de mesure du compteur de gaz. Le mètre cube mesure un volume de gaz qui passe dans vos canalisations pour être brûlé dans votre foyer.

A l'opposé, le kilowattheure (kWh) mesure la consommation d'énergie correspond à une puissance d'un kilowatt (kW) pendant une heure.

Le client final paye un prix par kWh, qui correspond à son utilisation effective, mais les mesures du compteur sont effectuées en mètres cubes. Il convient donc de convertir les mètres cubes en kilowattheures afin de facturer les consommations.

Où trouver mon coefficient de conversion ?

Selon la précision que vous attendez dans la réponse, plusieurs moyens sont à votre disposition : 

  • Valeurs moyennes. Dans le nord de la France (gaz B ; principalement Nord-Pas-de-Calais), le coefficient de conversion moyen est de 10,0 kWh par mètre cube (m3). Sur le reste du territoire français (gaz H), le coefficient de conversion moyen est de 11,2 kWh par mètre cube (m3).
  • Fourchettes par commune. Une application GRDF vous permet de retrouver les fourchettes de coefficient de conversion gaz selon votre code postal.
  • Valeur exacte pour votre compteur. Vous retrouverez l'information précise au verso de votre facture de gaz.

Les coefficients gaz dans les principales villes en février 2014


 

Source : GRDF, février 2014. Les coefficients les plus faibles se retrouvent dans le Nord (gaz B, comme à Lille et Amiens) et en altitude (Chamonix).

Comment est fixé le coefficient de conversion ?

Variations selon la localisation géographique du compteur

Premièrement, on retrouve deux zones géographiques différentes en matière d'approvisionnement en gaz naturel sur le territoire français :

  • Au Nord, c'est le gaz B (bas pouvoir calorifique), en provenance des Pays-Bas, qui est consommé. A forte teneur en azote, le gaz B est plus pauvre en énergie : un même volume permet de consommer moins de kWh que sur le reste du territoire. Le coefficient de conversion est situé sur cette zone entre 9,2 et 10,1 kWh par mètre cube (m3) au niveau de la mer.
  • Ailleurs en France, c'est le gaz H (haut pouvoir calorifique), en provenance de Norvège, de Russie ou encore d'Algérie, qui est consommé. Le gaz H est plus riche en énergie et le coefficient de conversion oscille entre 10,3 et 12,4 kWh/m3 au niveau de la mer

Deuxièmement, l'altitude du site de consommation joue un rôle important : plus l'altitude est élevée, plus la pression atmosphérique est faible et moins le gaz est dense en énergie. Un mètre cube de gaz à 1000 mètres d'altitude contient ainsi 10% d'énergie en moins qu'un mètre cube de gaz au niveau de la mer. Plus l'altitude est élevée, plus le coefficient de conversion diminue.

 
Altitude Zone gaz H Zone gaz B
0-200 m 10,3 - 12,4 kWh/m3 9,2 - 10,1 kWh/m3
200-400 m 10,1 - 12,1 kWh/m3 9,0 - 9,9 kWh/m3
400-600 m 9,9 - 11,8 kWh/m3  
600-800 m 9,6 - 11,5 kWh/m3  
800-1000 m 9,4 - 11,3 kWh/m3  
> 1000 m 9,2 - 11,0 kWh/m3  

Variations dans le temps selon la composition du gaz

Au sein de la zone gaz B et de la zone gaz H, la composition du gaz varie légèrement chaque jour en fonction des gisements dont sont issus les volumes de gaz transitant sur le réseau. La composition du gaz est analysée sur le réseau chaque jour et le coefficient de conversion final appliqué sur la facture est défini selon la moyenne des coefficients de conversion constatés chaque jour entre la date du relevé de compteur gaz précédent et la date du dernier relevé GRDF.

Le coefficient de conversion varie toutefois relativement peu dans le temps : en cours d'année, il n'évolue que de plus ou moins 3% autour de sa moyenne, sauf exception liée à une modification radicale des sources d'approvisionnement en gaz de la zone.

Variations selon la pression de livraison

Les valeurs mentionnées ci-dessus sont valables pour les particuliers et les petits professionnels disposant d'une pression de livraison de 20 mbar en gaz H et de 25 mbar en gaz B. Les plus grands sites de consommation des entreprises, des collectivités et des copropriétés (chauffage collectif) sont toutefois alimentées avec une pression de livraison plus élevée : pour 300 mbar, on retrouve les coefficients de conversion moyens suivants :

  • 14,5 kWh par mètre cube (m3) en gaz H
  • 13,0 kWh par mètre cube (m3) en gaz B

Une valeur utilisée par tous les fournisseurs et donnée par GRDF

Le coefficient de conversion est calculé par le gestionnaire de réseau GRDF et non pas le fournisseur. Quel que soit le fournisseur et l'offre que vous choisissez (GDF Suez tarifs réglementés ; Direct Energie ; eni...), le coefficient sera ainsi identique en un lieu donné et à un moment donné. Les cas de contestation du coefficient de conversion sont très rares, notamment du fait de la technicité d'un calcul réalisé par GRDF. En 2009, le député socialiste Jean-Louis Gagnaire a posé à l'Assemblée Nationale une question au gouvernement sur la transparence du calcul des coefficients de conversion par GRDF, le client n'étant pas en mesure de se reporter à une source d'information indépendante de son fournisseur pour contrôler sa valeur. La réponse du gouvernement s'est faite particulièrement évasive sur un sujet qui reste incompréhensible pour la grande majorité des consommateurs.

Le coefficient de conversion, instrument de péréquation ?

Le coefficient de conversion permet à tous les Français, à température intérieure du logement égale, de faire bouillir un litre d'eau pour le même coût ! On peut donc le considérer comme un instrument de péréquation. Toutefois, l'existence de zones pour la consommation du gaz annule cet effet de péréquation. Certains Français vont en effet payer plus cher que d'autres selon leur zone tarifaire gaz : classées de 1 (la moins chère) à 6 (la plus chère), les zones tarifaires gaz n'affectent que les foyers consommant plus de 6000 kWh par an (ceux qui sont chauffés au gaz) et rendent le gaz plus coûteux pour les foyers les plus éloignés des grands axes de transport du gaz.

Électricité moins chère ? Jusqu'à 200€/an d'économies en comparant les prix09 73 72 25 00 (Selectra, lundi-vendredi 8h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h)
Rappel gratuit Annonce

Mis à jour le