Étiquette énergie : fonctionnement, toutes les infos à connaître

Economisez jusqu’à 180€/an sur votre facture d’énergieProfitez de la même électricité que chez EDF, moins cher.
09 73 72 25 00 (Selectra, lundi-vendredi 8h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h)
Rappel immédiat et gratuit

Étiquette Énergie

Depuis 1992, une fiche environnementale réglementaire doit être apposée sur les appareils lors de leur mise en vente. Cette étiquette énergie attribue à chaque équipement, une note selon ses performances énergétiques, son impact environnemental, sa capacité à consommer de l’eau, à émettre des gaz à effet de serre, etc. La considération de ces informations permet d’avoir une idée de la consommation électrique future de l’appareil convoité. Décryptage.


Les informations contenues dans une étiquette énergie

Etiquette Energie Lave-linge

La loi européenne 92/75/CEE exige le classement des appareils en se basant sur leur consommation énergétique. Cette classification va de A à G, la classe A étant la plus performante du point de vue énergétique. L’étiquette énergie est ainsi formulée suivant un format standard répondant aux normes en vigueur dictées par cette directive.

La validation de cette fiche technique nécessite l’affichage des quatre informations suivantes :

  • Les références de l’appareil mis en vente incluant le nom de son fabricant ainsi que son modèle ;
  • La classe énergie qui n’est autre que la note accordée à la performance énergétique de l’appareil à l’issue d’un bilan ;
  • Les caractéristiques techniques informant sur la consommation, l’efficacité et la capacité de l’équipement en question ;
  • Le niveau de bruit exprimé en décibels produit par l’appareil lors de son utilisation. Cette information est indispensable pour avoir un aperçu de son confort d’utilisation.

Cette fiche technique est l’outil idéal de comparaison des appareils classés dans une même catégorie.

L’utilité d’une étiquette énergie

L’étiquette énergie récapitule les caractéristiques d’un article en indiquant notamment ses performances énergétiques. Cette fiche permet la comparaison des appareils d’une même catégorie sur une même base. Ce label énergétique doit également être accessible sur les produits mis en vente à distance ainsi que via les publicités.

L’efficacité énergétique est estimée suivant une échelle allant de A+++ à D ou G. la classe A+++ étant celle la plus performante selon l’objet du test effectué.

En se basant sur les informations obtenues sur l’étiquette énergie, le consommateur peut facilement faire le tri entre les divers modèles existants et ainsi, opter pour celui le moins énergivore.

Les différents types d’étiquette énergie

L’étiquette énergie diffère d‘un produit à un autre.

Les étiquettes énergie pour l’équipement de la maison

La fiche technique classe ces appareils de la lettre A à G. Les équipements classés A+++ sont ceux qui sont à 20 à 50% plus performants du point de vue énergétique que ceux de la classe A+.

Quant aux machines à café, elles ne sont pas estampillées d’une étiquette énergie. Cependant, leur consommation en mode veille doit être strictement inférieure à 1 Watt. Ces appareils sont donc dotés d’un système permettant de maintenir leur dépense énergétique dans la limite exigée par la loi.

Les étiquettes énergie pour les appareils de chauffage, d’eau chaude sanitaire et de climatisation

Une loi de septembre 2015 oblige les fabricants à apposer une étiquette énergie sur ces appareils :

  • Les chauffe-eau de puissance n’excédant pas les 70kW ;
  • Les ballons de stockage de moins de 500 litres et faisant partie d’une installation de chauffage central ;
  • Les chaudières, les pompes à chaleur de puissance inférieure à 70kW, même si les radiateurs électriques ainsi que les chaudières bois ne sont pas encore concernés par cette obligation d’étiquetage ;

La signification de l’étiquette énergie

Pour cette catégorie d’équipements, la fiche technique environnemental indique :

  • Leur classe énergétique à l’exception du ballon de stockage ;
  • Leur rendement saisonnier qui reflète leur capacité de fonctionnement dans la situation réelle sur une année ;
  • Leur efficacité énergétique exprimée en %.

L’étiquette énergie doit être affichée de telle façon à ce qu’elle soit facilement visible. Il est essentiel de demander à l’installateur professionnel auquel vous faites appel de vous montrer l’étiquette énergie de l’appareil qu’il va vous installer.

D’autres exigences qui vont de pair avec l’étiquette énergie

La loi européenne Eco-conception en vigueur depuis 26 septembre 2015, impose une valeur minimale d’efficacité énergétique, d’émission de polluants et de bruits pour les équipements de chauffage de puissance n’excédant pas les 400kW et pour les ballons de 2000 litres et moins.

Les appareils proposés à l’achat depuis cette date, sont donc tous censés être performants.

Les étiquettes environnementales pour l’habitat

Exigé depuis 1994 pour les équipements électroménagers, l’étiquetage énergie arrive dans le domaine de l’habitat en 2006. Il y a les étiquettes d’énergie pour les habitations et celle sur les produits de construction et de décoration.

Les deux types d’étiquettes énergie pour les habitations

Etiquette Energie Logement

La performance d’une habitation est classée suivant les étiquettes environnementales :

  • L’étiquette énergie qui note la performance énergétique sur une échelle allant de A à G ;
  • L’étiquette climat qui établit la quantité de gaz à effet de serre émis sur une échelle allant également de A à G.

Ces deux fiches techniques récapitulent les résultats du diagnostic de performance énergétique ou DPE. Cet examen est obligatoire avant toute mise en vente ou en location d’une maison donnée. Ce DPE contient aussi des conseils d’optimisation de la performance énergétique.

La lecture d’une étiquette énergie d’un logement

L’étiquette énergie est depuis 2012, l’une des deux étiquettes que doit contenir un résultat de DPE. Elle indique l’efficacité énergétique d’un poste à un autre exprimée en kWh/énergie primaire/m2/an. L’étiquette climat quant à elle, indique la quantité d’émission de gaz à effet de serre.

L’étiquette énergie utilise la même méthode de classement (nomenclature et couleurs) que pour les équipements électroménagers. Les habitations les moins énergivores sont classées dans la catégorie A de couleur verte si celles les moins économes sont mises dans la classe G de couleur rouge.

Les logements passifs ainsi que les maisons BBC ou Bâtiment de Basse Consommation estampillées du label HQE ou Haute Qualité Environnementale sont classés dans la catégorie A. Leur efficacité énergétique n’excède pas les 50kWh/ep/m2/an. Les habitations plus âgées sont en générale, plus énergivores et se retrouvent en majorité dans la classe F ou G.

Les produits de construction et de décoration

Dans la catégorie des produits de construction et de décoration, l’étiquette énergie porte sur les émissions de produits polluants volatils dans l’air intérieur. Les polluants ici considérés sont fixés au nombre de 11 par la loi. Les produits les moins polluants se retrouvent dans la classe A+ si les plus polluants sont relégués dans la classe C.

Son affichage sur chaque produit de cette catégorie est obligatoire depuis septembre 2013, et ce, notamment pour les articles suivants :

  • Les produits à utiliser pour la construction ou le revêtement des parois d’intérieur ;
  • Les produits utilisés pour l’intégration ou l’application du revêtement d’intérieur.

L’exception à l’obligation d’étiquetage pour les produits de construction et de décoration L’étiquetage n’est pas exigé pour les produits constitués de métal non traités ou de verre, les ferrures, les visseries, les serrures, les produits de construction et de décoration d’extérieur.

Les étiquettes environnementales pour les transports

La préservation de l’environnement s’étend aussi au domaine des transports. L’usage de l’étiquette énergie y est aussi exigé, et ce, notamment dans deux types de produits : les voitures et les pneumatiques.

L’usage de l’étiquette énergie sur les voitures

Etiquette Energie Voiture

Tous les véhicules particuliers destinés à la vente sont estampillés d’une étiquette énergie. Cette fiche environnementale réglementaire porte ici sur la quantité de gaz carbonique émis par la voiture en question. Plus cette quantité est élevée, plus la consommation de carburant est grande, l’efficacité énergétique est donc faible.

L’émission est alors quantifiée de A à G. Les véhicules de la classe A possédant la plus grande efficacité énergétique. Ceux de la classe G sont ceux qui émettent le plus de CO2.

En plus de cette efficacité énergétique, l’étiquette énergie doit aussi ici mentionner :

  • La marque, le modèle et la version de la voiture ;
  • Le carburant utilisé (essence, Diesel, GPL, GNV) ;
  • La consommation mesurée sur cycle urbain, extra-urbain et mixte, exprimée en litres / 100 km et en m3/100 km pour le GNV.

L’étiquette énergie utilisée sur les pneumatiques

L’étiquette énergie sert également de référence pour le choix du meilleur pneumatique notamment en matière de consommation de carburant et en résistance au roulement. Elle classe les pneus suivant une échelle de A à G. Ceux de la classe A possèdent la plus faible résistance au roulement et sont donc plus économes en carburant.

Le pneumatique joue un rôle important dans la quantité de carburant consommée par un véhicule. C’est pourquoi, l’application de cette étiquette énergie est obligatoire sur les pneus des véhicules de plaisir, des véhicules légers et lourds, des remorques. Elle n’est pas exigée sur les pneus de secours, les pneus des moto, etc.

En plus de la résistance au roulement, l’étiquette énergie doit également indiquer :

  • L’adhérence sur sol mouillé (le pneu classé A est le plus adhérant) ;
  • Le bruit du roulement externe qui est proportionnel à la dimension des pneus.

La fiabilité de l’étiquette énergie

L’établissement d’une étiquette énergie est fait en suivant un protocole standard de mesure. Il est donc possible de comparer les appareils en se basant sur cette même fiche. Cependant, il se peut qu’un certain écart soit constaté une fois dans les conditions réelles.

Les conditions de réalisation des tests ne sont pas toujours identiques à celles de l’utilisation. Lorsqu’une valeur est rapportée sur une durée annuelle, elle se calcule sur une moyenne d’utilisation. Or, la moyenne ici obtenue ne reflète pas toujours le nombre réel d’emploi.

Il est à rappeler que c’est le fabricant lui-même qui est chargé d’établir l’étiquette énergie de son produit. Aucune vérification des valeurs affichées n’est effectuée sauf si bien sûr, il y a un dépôt de plaintes concernant le contenu de cette étiquette énergie. Un retrait de l’article du marché peut être décidé pour toute mise en évidence d’une « erreur » sur le contenu de la fiche technique environnemental.

Électricité moins chère ? Jusqu'à 200€/an d'économies en comparant les prix09 73 72 25 00 (Selectra, lundi-vendredi 8h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h)
Rappel gratuit Annonce

Mis à jour le
 

Sur le même sujet :