Stop Linky : qui sont réellement les associations anti linky ?

8 Français sur 10 paient encore trop cher pour leur électricité. Et vous ?Economisez jusqu'à 200€/an en quittant EDF pour un fournisseur moins cher.
09 74 59 22 84  
Rappel immédiat et gratuit


Stop Linky / Anti Linky

Robin des toits, Stéphane Lhomme, collectifs stop-Linky, etc. La mobilisation anti-Linky ne s'arrête plus ! De nombreux acteurs s'impliquent chaque jour pour s'opposer à ce nouveau compteur connecté et défendre les droits des consommateurs. Mais pourquoi Linky déchaîne-t-il autant les passions ? Qui se cache réellement derrière ces associations, militants et regroupements de consommateurs ? Quels est leur avis à propos du compteur Linky ? Ces questions méritent bel et bien un peu d'attention.


Stop Linky : quels sont les principaux reproches faits au compteur ?

  1. La dangerosité des ondes électromagnétiques.
    Selon les détracteurs de Linky, les ondes émises via la technologie CPL seraient dangereuses pour la santé (voire mortelles) et perturbantes pour les électro-hypersensibles ;
  2. La protection des données des consommateurs.
    Les anti linky associent le compteur intelligent à un "espion", voire à "Big Brother". Il permettrait au distributeur Enedis et aux fournisseurs d'électricité de récupérer toutes les données de consommation d'énergie des utilisateurs ;
  3. Les incidents techniques après la pose du compteur communicant.
    Les anti-Linky reprochent le nombre croissant de problèmes techniques survenus après la pose du nouveau compteur : coupures d'électricité, dysfonctionnement des appareils électriques, problèmes de facturation, etc. Selon une étude menée par UFC-Que choisir, 26% des ménages auraient rencontré ce type de problème sur Linky ;
  4. L'intérêt des consommateurs négligé.
    Des rapports récents d'associations reprochent le manque d'intérêt de Linky pour les consommateurs. Selon ces derniers, il aurait plutôt été réfléchi pour servir les intérêts d'Enedis et des fournisseurs d'énergie. Les économies permises par ce nouveau compteur ne serait plus si sûre, le suivi de consommation et sa lisibilité seraient plus difficiles que prévu et le coût final du compteur serait davantage supporté par les consommateurs que le gestionnaire de réseau.

Qui sont les associations et collectifs anti Linky

L'association de consommateurs UFC Que choisir

logo association ufc que choisir

Il s'agit de l'association de défense des droits des consommateurs la plus connue. UFC Que choisir a contesté dès le début ce nouveau compteur communicant sur le plan juridique et législatif.

Ses revendications n'ont toutefois pas abouti et l'association préfère aujourd'hui se concentrer sur son rôle informatif tout en s'assurant que les droits des consommateurs soient respectés.

Elle continue d'ailleurs de mener des pétitions Linky contre des points qu'elle estime injuste sur la mise en place du compteur intelligent. La dernière en date, "Refusons de payer pour Enedis", dénonce le coût final et a recueilli plus de 150 000 signatures.

  • Revendications et critiques de l'association UFC-Que Choisir
  • Le manque d'informations autour de l'installation du compteur Linky ;
  • Le manque d'intérêt de Linky pour les consommateurs ;
  • Le coût de revient final : D'après ses calculs, Linky ferait augmenter de 15€ la facture d'électricité pendant 10ans. Et les avantages du compteur ne compenseraient pas ce coût.

Les associations Anti Linky de lutte contre les ondes électromagnétiques

Robin des Toits, CRIIREM, PRIARTEM, Next-up, etc. Les associations luttant contre les ondes électromagnétiques émises par les technologies sans fil (wi-fi, 4G, antennes relais, etc) sont nombreuses. Ces dernières défendent les personnes électro-sensibles et militent bien sûr contre les soit disant dangers de Linky.

Chacune lutte contre le compteur, relaie diverses informations et peut proposer de défendre/aider les consommateurs pour qu'ils refusent l'installation Linky. Pour la majorité de ses associations, le premier facteur d'opposition pour dire stop à Linky était l'émission d'ondes via la technologie CPL. Aujourd'hui les reproches se sont multipliés (intrusion dans la vie privée, problèmes techniques, etc)

  • Exemples de revendications faites par l'association Robin des toits
  • L'émission des ondes dangereuses pour la santé. Même si le champ électrique émis par Linky est inférieur à 1 V/m et 100 fois moins élevé que la valeur limite réglementaire, l'association milite pour un abaissement des ondes à 0,2V/m à l’intérieur des logements ;
  • Le respect de la vie privée. L'association affirme qu'avec linky un contrat lie le consommateur au fournisseur et donne le droit au fournisseur d'exploiter ses données à des fins commerciales.

Les petites associations et collectifs stop-Linky

logo-mouvement-stop-linky

Avec le phénomène Linky, un véritable mouvement de contestation est apparu. Les collectifs Stop Linky se sont multipliés dans toute les France et de petites associations se sont aussi créées pour s'opposer au dispositif du distributeur d'électricité Enedis. Des sites ou pages Facebook rassemblant tous ces collectifs ont également vu le jour.

L'objectif de ces collectif anti-linky est de rassembler les consommateurs pour mener des actions communes contre l’installation Linky. Ils communiquent également des informations contre le compteur connecté et proposent des astuces et aides pour refuser ce nouveau dispositif.

Toutefois, il est parfois difficile de savoir qui se cache derrière ces communautés activistes.

Des figures emblématiques de la lutte anti linky

Corinne Lepage, ancienne ministre de l'environnement

photo-ministre-corinne-lepage

Corinne Lepage, avocate et ancienne ministre de l'environnement, s'est engagée dans la lutte anti linky. Elle dénonce les risques pour le respect de la vie privée des consommateurs et les risques sur la santé liés aux ondes électromagnétiques générées par la technologie CPL.

Elle s'est associée au site marchand anti linky, "mysmartcab", organisé comme une plateforme collaborative. Cette plateforme permet de rassembler les consommateurs pour essayer de faire des recours en justice collectifs nationaux ou régionaux contre Linky.

Suite à l'inscription, un avocat représente les consommateurs anti-linky devant la justice pour faire valoir leur droit de refus ou, le cas échéant, remettre l'ancien compteur électricité. La prestation est facturée plus ou moins chère selon le nombre de participants :

  • Action collective nationale : forfait d'honoraire à moins de 48€ ;
  • Action collective petit groupe : 480€ ;
  • Action individuelle : 3 000€

Stéphane Lhomme, un militant très actif

mililtant-anti-linky-stephane-lhomme

Crédit photo : Libération

Stéphane Lhomme est un des personnages les plus connus du mouvement stop linky. Ses déclarations sont souvent alarmistes, reprises et critiquées par la presse.

A l'origine, c'est un militant contre les centrales nucléaires qui a créé l'association l'observatoire du nucléaire. Il s'engage aujourd'hui dans la lutte anti-linky, notamment via un site web dédié. Il y parle des actualités autour du compteur électrique communicant, milite contre son installation et explique comment le refuser.

C'est également un militant controversé, accusé d'exagérer ces propos et d'avancer des arguments flous. Il a critiqué à plusieurs reprises les autres acteurs se battant contre Linky et a été attaqué pour diffamation par l'association UFC-Que choisir.

  • Principales revendications de Stéphane Lhomme
  • Linky serait un "Big Brother" qui utiliseraient les données utilisables des consommateurs à des fins commerciales et policières ;
  • Contre la technologie CPL, : le compteur serait un danger pour la vie ;
  • Compare le dispositif Enedis à Facebook ;
  • Pointe les désagréments survenus après les installations.

Philbert MAHÉ, co-fondeur de la plateforme POAL

Philbert Mahé est le co-fondateur décrié de la plateforme Anti-linky POAL. Il la positionne sa comme une véritable alternative aux autres collectifs stop-linky et propose de former une communauté unie contre le compteur connecté. Il la voit également comme un outil anti linky qui met en place de nouvelles actions pertinentes.

Alors en quoi la plateforme POAL se différencie des autres collectifs selon ses créateurs ?

  • Plateforme collaborative pour échanger des informations et s'entraider ;
  • Forum et espace de brainstorming autour de Linky ;
  • Organisation de débats et conférences sur le sujet ;
  • A la tête de nombreuses actions engagées : e-mailings, pétitions, manifestation, etc.

La polémique autour de Philbert MAHÉ et POAL POAL fait la promotion d'un filtre anti-CPL pouvant être vendu plus de 300€. Le problème est que Philbert Mahé est aussi le dirigeant de la société Cem-bioprotect qui vend ses filtres anti-linky. Certains voient donc cette plateforme et ce blog anti-Linky comme un acte intéressé, au service de sa première société. De plus, aucune preuve n'est apportée quant à l'utilité de ces filtres.

Que réclament ces associations ?

L'application du principe de précaution

En l'absence de "consensus scientifique" certaines personnes telle que Corinne Lepage et certaines associations demandent l'arrêt complet des installations du nouveau compteur Enedis au nom du principe de précaution.

Les associations et collectifs demandent donc des études plus poussées sur le sujet avant de continuer à déployer le compteur.

La liberté de choix

Une des autres demandes de ces associations et collectifs est la liberté de choix. Le site de Corinne Lepage met par exemple en avant cet argument. D'après elle, le consommateur devrait avoir le droit de choisir s'il souhaite avoir le nouveau compteur connecté ou non.

Les conflits d'intérêts et guerre entre les militants anti-linky

Les attaques de Stéphane Lhomme

Stéphane Lhomme critique les plus grandes associations et les différents militants anti-linky. Selon lui, plusieurs acteurs se disant engagés dans le mouvement "stop linky" auraient des intérêts financiers ou politiques dans cette lutte.

Il a notamment vivement critiqué :

  1. L'association de défense de consommateurs UFC Que Choisir. Il l'a accusé d'être liée économiquement à Enedis et de soutenir le projet d'Enedis et des fournisseurs ;
  2. Corinne Lepage. Il critique le fait qu'elle soit associée à un site marchand de défense des consommateurs et qu'elle se concentre principalement sur les arguments liés aux ondes ;
  3. Philibert Mahé et sa plateforme POAL. Selon Stéphane Lhomme, cette plateforme est un "faux site militant mis en place par deux escrocs" pour vendre leur produit. Il critique également l'efficacité du filtre anti-CPL.

La riposte des collectifs et associations contre Stéphane Lhomme

Les acteurs attaqués par Stephane Lhomme se sont bien sûr défendus.

  • UFC Que Choisir a entamé plusieurs procès contre Stéphane Lhomme pour diffamation ;
  • MySmartcab l'a accusé de mener des campagnes de dénigrement, de soutenir "l'ennemi" et lui a reproché de faire appel aux particuliers pour financer son procès l'opposant à UFC Que Choisir ;
  • Philibert Mahé, lui répond de manière plus sereine aux accusations en déclarant ne proposer qu'une solution technologique pour les personnes sensibles aux questions des ondes électromagnétiques.

La thèse d'Aude Danieli sur les opposants de Linky

photo-aude-danieli

Crédit photo : Usbek & Rica

Aude Danieli est une doctorante en sociologie à l’École des Ponts Paris Tech et fait partie du Laboratoire Technique Territoires, Sociétés (LATTS). C'est dans ce contexte qu'elle a mené une thèse de recherche sur les compteurs communicants et ses opposants.

Selon ses recherches, de nombreux militants, associations et politiques ont en réalité un intérêt se mobiliser dans le débat anti-linky. Ces acteurs sont en effet également engagés sur des causes plus générales comme l'environnement, le nucléaire ou la santé. Ils seraient donc en "recherche d'une légitimité dans le débat public".

Les informations objectives qui contredisent les anti-linky

Les conclusions de la thèse d'Aude Danieli sur les problémes techniques

Toujours selon cette thèse le mouvement Stop Linky perdure autant car dans un processus industriel à grande échelle comme Linky, il y a toujours des aléas ou problèmes client. Même si ces problèmes ne reflètent pas la majorité des cas, ils sont repris par la presse et permettent d'alimenter le débat anti-linky.

En ce qui concerne les problèmes sur la relation client d'Enedis, la thèse met en avant le fait qu'il y a toujours eu des problèmes dans cette relation et que l'installation de ce nouveau compteur intelligent vient simplement raviver ces conflits.

Les recherches des organismes sur la dangerosité des ondes Linky

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (l'ANSES) a mené une expertise pour évaluer les effets sanitaires pouvant être associés aux ondes électromagnétiques émises par le compteur connecté et décriées par les anti-Linky. La conclusion est sans appel :

"Les compteurs Linky sont à l’origine d’une exposition comparable à celle d’autres équipements électriques déjà utilisés dans les foyers depuis de nombreuses années."

Ces ondes ne sont pas plus fortes et plus dangereuses que celles émises par les télés, les chargeurs d'ordinateurs ou les plaques à induction d'une cuisine.

La sécurité des données

En Europe, la sécurité des données est un enjeu important protéger par la loi. En France, la CNIL s'assure du respect de la protection des données. Il est ainsi strictement interdit de "voler" les données des clients ou de les "espionner".

Le consommateur doit obligatoirement donner son consentement pour qu'Enedis et les fournisseurs aient le droit de récolter ses données. L'entreprise ne respectant pas la loi risquerait de très lourdes sanctions et perdrait toute crédibilité.

Dans son mode par défaut, Linky envoie seulement les données de consommation d'électricité globale de la journée. Ces données servent à la facturation et il est impossible d'en déduire des informations précises sur la vie du foyer.

Des données de consommation plus fines avec un relevé toutes les 10 min est possible mais nécessite l'accord explicite du consommateur. Ce laps de temps ne permet pas non plus de connaitre les habitudes précise d'un ménage. Cela permet seulement au fournisseur de pouvoir adapter son offre par rapport aux besoins du foyer, voire proposer une offre plus personnalisée et économique.

Le coût du compteur

L'UFC Que Choisir reproche à Enedis de faire supporter le coût du compteur au consommateur en augmentant les taxes sur les factures d'électricité. Suite à sa pétition "Refusons de payer pour Enedis", le distributeur national d'électricité a riposté via un communiqué.

Enedis a alors réaffirmé que le coût du compteur Linky ne serait pas répercuté sur les clients finaux. Le distributeur se justifie en affirmant que les économies sur la consommation d'électricité effectuées grâce à Linky équilibreront la facture finale. La réponse à la question reste donc encore floue, seul l'avenir pourra y répondre.

La formation des techniciens installateurs et pannes

La qualification des installateurs envoyés par Enedis reste encore floue. En effet, sur ce point, l'association UFC Que Choisir dénonce le manque de qualifications des installateurs linky, des formations trop rapides de la part d'Enedis et des cadences imposées trop dures.

Le délai de trente minutes pour installer un compteur serait beaucoup trop rapide, surtout pour les compteurs avec des options spéciales (Tempo, EJP, heures creuses/heures pleines, etc). Les installateurs seraient également encouragés à effectuer un maximum d'interventions dans la journée via un système de prime.

Certaines manipulations sont également délicates et peuvent être difficiles pour les débutants. Les problèmes techniques suite aux installations de compteurs Linky pourraient donc davantage provenir d'un problème au niveau de la main d'oeuvre que d'un problème lié au compteur.

Toutefois, le nombre de problèmes techniques en lien avec l'installation du compteur Linky n'est pas plus élevé qu'avec les compteurs classiques.

Électricité moins chère ? Jusqu'à 200€/an d'économies en comparant les prix 09 73 72 25 00  
Rappel immédiat et gratuit


Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus