Prévision de l'évolution des prix de l'énergie - hiver 2024

Mis à jour le
minutes de lecture
représentation de l'électricité et des entreprises, comme dans un reve

Scrutons avec attention les tendances à venir dans les secteurs du gaz, de l'électricité et du pétrole en Europe et en France. Alors que le monde continue de naviguer à travers des enjeux énergétiques cruciaux, des changements géopolitiques aux transitions vers des sources d'énergie plus durables, nous offrons une analyse prospective des marchés, mettant en lumière les influences clés qui façonneront les prix au cours des prochains mois.

Marchés de l'électricité

Les marchés de l'électricité, sous l'influence croissante des énergies renouvelables et des politiques environnementales, connaissent une transformation rapide. L'augmentation de la capacité des énergies renouvelables et les avancées technologiques dans le stockage de l'énergie continueront de remodeler la dynamique du marché. Les prévisions indiquent une pression à la baisse sur les prix de l'électricité, stimulée par l'expansion des capacités renouvelables, bien que des défis liés à l'intermittence et à l'intégration puissent entraîner des fluctuations.

Mais pendant l'hiver, les facteurs de température et de capacité à pouvoir produire suffisamment d'énergie sont les principaux facteurs impactant les prix de l'électricité.

  • Au début de l'hiver/automne, les prix augmentent en raison des préoccupations liées au temps froid. Le marché a corrigé cela et les prix ont baissé.
  • Le conflit Israël/Hamas a eu un impact considérable sur les marchés. Les volumes d’échanges ont presque doublé et les prix ont augmenté. Maintenant qu’il a été démontré que cette situation n’a pas beaucoup d’impact sur le marché de l’énergie (pour l’instant), les volumes sont revenus à la normale. Le prix du gaz sur le marché néerlandais du TTF reste cependant un peu trop élevé (environ 10 EUR).
  • La production nucléaire française a de nouveau augmenté pour atteindre l'objectif de 40 GW. EDF a annoncé que la production nucléaire allait augmenter dans les semaines à venir. La bonne performance du parc nucléaire français a considérablement réduit le risque sur le marché européen de l'énergie. Cela peut également entraîner une baisse du prix du gaz, car moins de gaz est nécessaire pour la production d’électricité.
  • En général, les prix spot au cours du prochain trimestre devraient être inférieurs à 100 EUR. De nombreux prix négatifs contribuent également à faire baisser les prix, notamment aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne.
  • La demande d’électricité en Europe est inférieure d’environ 10 à 20 % à la moyenne de cette période de l’année. Cela est principalement dû à la situation macroéconomique, mais l'épargne des particuliers joue également un rôle (notamment en Allemagne et aux Pays-Bas).
  • Avant la crise énergétique, environ 80 % des transactions se faisaient sur les marchés à terme et environ 20 % sur les marchés SPOT. Aujourd’hui, c’est l’inverse et le marché ne donne pas de bonnes raisons de changer. Cela pourrait arriver l’année prochaine, mais nous n’en sommes pas sûrs.

Marchés du gaz

Le marché du gaz demeure un acteur majeur dans le paysage énergétique, et son évolution est étroitement liée à une série de facteurs, tels que l'approvisionnement, la demande et les dynamiques géopolitiques. Les experts prévoient une stabilité relative des prix du gaz au cours des prochains mois, bien que des perturbations potentielles dues aux tensions régionales et aux fluctuations de la production puissent influencer cette stabilité. Des changements dans les modèles de consommation et les politiques énergétiques nationales auront également un impact significatif sur ce marché essentiel.

  • Les marchés asiatiques utilisent encore (en partie) une indexation basée sur les prix du pétrole. Cela fait que les prix du GNL sont plus élevés et que l’Asie est donc en mesure d’attirer beaucoup de GNL. L'Europe est désormais en concurrence avec l'Asie pour le GNL, notamment la Chine. Les expéditions de GNL décident d'être acheminées vers l'Asie plutôt que vers l'Europe, car elles peuvent obtenir un prix plus élevé. Cela fait que le prix du TTF néerlandais est un peu plus élevé qu'il ne devrait l'être (environ 10 EUR).
  • L’Europe doit prêter une attention particulière à ses réserves de gaz, mais pour l’instant il n’y a aucun signe d’inquiétude, car l’offre est bonne et les niveaux de réserves sont généralement élevés.
  • Les températures sur les principaux marchés gaziers d’Europe (occidentale) (Royaume-Uni, BE, FR, DE et NL) pourraient être d'environ 7 degrés inférieurs à la moyenne normale. Cela provoque une réaction excessive sur le marché du gaz, ce qui fait augmenter un peu les prix. Les commerçants parient sur les prévisions météorologiques. Aujourd’hui, les températures sont plus élevées et les prix ont baissé.
  • Le gaz norvégien reste le plus important pour l’Union européenne. Après une forte baisse en septembre/octobre, l’approvisionnement actuel en gaz est presque à son maximum.
  • Actuellement, la Norvège est le fournisseur le plus important de l’UE et est en mesure de compenser la quasi-totalité des pertes de gaz russe.
  • La demande de gaz naturel en Europe a augmenté en raison d'une augmentation de la demande résidentielle (hiver = températures plus basses = demande résidentielle plus élevée). La demande industrielle reste nettement inférieure aux années précédentes en raison d’une croissance industrielle plus faible, notamment en Allemagne.

Marchés pétroliers

Le secteur pétrolier reste soumis à une complexité sans cesse croissante, influencée par des facteurs tels que la demande mondiale, la production, les politiques environnementales et les tensions géopolitiques. Les fluctuations dans l'offre, en particulier dans les régions clés de production, joueront un rôle déterminant dans les variations des prix du pétrole.

  • Depuis le début de l’année, les prix ont fortement augmenté : passant d’environ 70 USD à 100 USD/baril.
  • Les prix ont de nouveau diminué depuis l’été 2023. Les prix sont passés de l’offre à la demande.
  • Les spreads de risque (différence entre les prix à long terme et à court terme) ont beaucoup diminué. Cela signifie généralement qu’il y a plus de confiance dans le marché et qu’à long terme, les prix resteront similaires.
  • L’Arabie Saoudite et la Russie ont diminué leur production, mais cela a été compensé par les augmentations d’autres pays, comme l’Iran, les États-Unis, l’Angola et le Nigeria.
     
Did you find this information useful? 0% of the 0 votes found the information useful.