Vous êtes ici

Prix de l'électricité : pas de hausse au 1er janvier, mais plusieurs augmentations à venir en 2017

Après une période de relative accalmie en 2016, le prix de l'électricité devrait repartir à la hausse en 2017. La faute à un rattrapage sur l'année 2014-2015, et à une hausse des tarifs d'acheminement.

Pour la première fois en quinze ans, les taxes sur l'électricité ne connaîtront pas de hausse au 1er janvier. La CSPE, une taxe dont les recettes couvrent le développement des énergies renouvelables dans l'Hexagone, n'augmentera pas en 2017, après avoir connu une hausse totale de +650% entre 2003 et 2016. Si le gouvernement semble déterminé à courber la hausse du prix du kWh pour les ménages français, c'est parce que d'autres hausses inéluctables se profilent pour le courant de l'année à venir. De fait, en 2017, la facture annuelle pourrait connaitre une hausse de 70 à 110€. Décryptage.

Quel est le fournisseur le moins cher en 2017 ?Comparez et découvrez l'offre la plus adaptée pour votre profil énergétique.
Découvrir

Dès le début d'année : une hausse de rattrapage sur les tarifs réglementés d'EDF

Ce n'est plus un secret : le fournisseur historique d'électricité enregistre une forte hausse des coûts d'exploitation et de maintenance de son parc nucléaire vieillissant. EDF avait demandé pour 2014 et 2015 des hausses significatives du prix du kWh pour couvrir ces frais, mais elles ont été retoquées par la ministre en charge de l'énergie, Ségolène Royal. Sur décision du Conseil d'Etat, ces hausses devront finalement être appliquées de façon rétroactive. Etalée sur une période de 18 mois, la hausse de rattrapage débutera début 2017, sans encore de précisions sur la date. Elle concernera les clients aux tarifs réglementés et aux offres à prix indexé, et sera de l'ordre de 30€ en moyenne par an. Les clients ayant souscrit à une offre à prix fixe échapperont donc à cette hausse.

Août 2017 : hausse du tarif d'acheminement

Le gestionnaire de réseau Enedis (ex-ERDF) avait demandé une hausse conséquente de 6,6% du TURPE, le tarif d'acheminement permettant le financement des activités d'Enedis et RTE, et qui représente 40% du prix final du kWh pour les clients particuliers. Sur décision de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), cette hausse sera finalement plus modérée (2,71%). Elle se répercutera dans une augmentation de 2% de la facture d'électricité, représentant environ 40€ de hausse pour un ménage moyen consommant 15 000 kWh d'électricté par an. Elle s'appliquera à tous les ménages quel que soit leur fournisseur, hors offres à prix fixe.

Deuxième semestre 2017 : possible hausse de la TVA

Favori de l'élection présidentielle 2017, François Fillon inclue dans son programme une hausse de 2 points de la TVA à taux plein, ce qui la porterait à 22%. La TVA s'applique sur le prix complet du kWh, c'est-à-dire à la fois sur les consommations en elles-mêmes (regroupant les coûts de production, d'acheminement et de commercialisation) mais aussi sur les taxes liées (CSPE et TCFE). Au total pour un ménage moyen consommant 15 000 kWh d'électricité, la facture d'énergie connaîtrait alors une inflation d'un peu plus de 40€ par an.

Quel est le fournisseur le moins cher en 2017 ?Comparez et découvrez l'offre la plus adaptée pour votre profil énergétique.
Découvrir

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus